Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actu-Alger

Dernière ligne droite avant la fête de l’Aïd El-Fitr

Onéreux les vêtements !

À l’approche de l’Aïd El Fitr, les prix des vêtements ont subi de fortes augmentations. © D. R.

La cherté des vêtements pour enfant fait le bonheur des vendeurs de l’informel, qui squattent l’espace piétonnier et livrent une concurrence déloyale aux marchands légaux.

Nourrir sa famille par les temps qui courent n’est pas une sinécure, du fait que le budget familial est érodé par la cherté de la vie en ce mois sacré de Ramadhan. Néanmoins, le citoyen lambda fait de son mieux, ou du mieux qu’il peut, en dépit d’une mercuriale de légumes et de fruits hissée au firmament du déséquilibre, voire de l’aliénation. Donc, l’impératif de nourrir sa famille n’est rien, comparé à l’ardu devoir de vêtir ses enfants pour la fête de l’Aïd El-Fitr.
Du reste, l’épreuve “lessiveuse” de l’Aïd S’ghir va racler le peu de sous qu’il y a, au fond d’un porte-monnaie molesté durant cette période de jeûne. Outre cela, le plaisir d’un shopping dans le mode “sahra”, s’en trouve “fripé” dans les échoppes de friperie.
Alors, pour se mettre à l’esprit cette horrible évidence toute crue, une “expédition” nocturne ou de préférence une exploration permet d’estimer la valeur réelle du vêtement de l’Aïd El-Fitr et d’évaluer les “indicateurs” de prix qui clignotent réellement au rouge.
Mais qu’à cela ne tienne, c’est le rush au pied des devantures de magasins de l’avenue Didouche-Mourad, où la tenue d’un garçonnet incluant une chemise et pantalon coûte 10 000 DA.
Authentique ! Et qu’authentifie R… “J’ai payé deux tenues englobant chacune un blouson, un tee-shirt et un pantalon à 20 000 DA pour mes deux enfants à peine plus haut que trois pommes.” À ce propos, un “haut” de fillette taillé en chemisier sans manches et transparent coûte 3500 DA, tandis qu’un short et un tee-shirt accrochés dans un cintre coûtent 4500 DA. “C’est onéreux et cela s’en ressent sur la relation qualité/prix ! Et à propos de la découpe, force est d’admettre que la qualité du tissu n’explique pas du tout le prix, du fait que le haut en forme de débardeur n’a nécessité qu’un demi-mètre de tissu”, a-t-on su de cette mère de famille, à qui on ne l’a fait pas en matière de couture. Certes, si les prix sont au-dessus du pouvoir d’achat des ménages, en revanche la cherté des vêtements pour enfant fait le bonheur des vendeurs de l’informel, qui squattent l’espace piétonnier et livrent une concurrence déloyale aux marchands légaux de la rue Larbi-Ben M’hidi.
C’en est ainsi jusqu’aux arcades de Bab Azzoun où, à l’exception du mini supermarché qui a pignon sous les arceaux de l’ancienne porte d’Alger, les tenanciers d’échoppes se sont donné le mot pour se conformer ainsi au mot d’ordre de s’aligner sur une fourchette, où il n’y a pas d’écart entre l’onéreux et le prix correctement admis. “L’hésitation se paie cash, et c’est le prix à payer pour avoir tergiversé jusqu’à la veille de l’Aïd El-Fitr”, a déclaré ce papa que nous avons abordé à la place des Martyrs. “Certes, l’inflation des prix d’articles vestimentaires était prévisible comme chaque année à pareille période. Seulement, il y a des priorités, et le choix est vite fait entre le besoin de s’alimenter et le vœu d’habiller décemment ses enfants. Bien entendu, dans mon cas, la faute ne m’incombe pas, mais incombe plutôt au retard mis dans le virement des salaires”, a tenu à préciser notre interlocuteur. S’agissant des magasins de la grande distribution, les prix ne sont pas attractifs pour un “sourdi” ! En effet, à la consultation du catalogue dans le brouhaha des Sablettes et le tohu-bohu du cirque Florilegio, la robe pour une adolescente coûte 2799 DA et les leggings et robe sont estimés à 2350 DA. Enfin, pour ce qui est du garçon, le pantalon en jean varie de 2760 à 2799 DA. C’est dire si la règle de l’alignement sur le prix unique et désavantageux a encore de beaux jours devant elle, et ce n’est pas demain la veille que le citoyen lambda aura l’avantage de la formule “comparez avant d’acheter”. Cependant, au chapitre de la qualité, beaucoup préfèrent attendre la dernière ligne droite avant la fête de l’Aïd El-Fitr qui coïncide d’habitude avec les dernières livraisons de marchandises supposées dernier cri. D’où l’opportunité d’avoir le choix d’une gamme d’articles de qualité. Mais en attendant de trouver chaussure au pied du dernier chérubin et une jupette pour l’aînée d’une fratrie, certains vont jusqu’à la place du 17-Octobre-1961 à l’ancienne rue de Chartres et à la limite du quartier de Zoudj Ayoune à la Basse-Casbah. En ce lieu où les vendeurs du marché de l’informel dictent leurs règles, les prix des jupes pour fillettes dans la tranche d’âge de 2 à 7 ans oscillent entre 700 DA et 1300 DA, alors que les pantalons pour garçonnets sont cotés à 1700 DA sur les étals de fortune des camelots. Peut-être bien que c’est pour toutes ces bonnes affaires que la place des Martyrs reste interdite à la circulation durant les veillées de ce mois de jeûne, où il reste à satisfaire à l’obligation de pétrir d’appétissants gâteaux traditionnels pour la fête de l’Aïd. Mais ceci est une autre histoire.


Louhal N.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER