Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Actualité foot

L’entraîneur, les libérés, Sidibé, les jeunes…

Les premières maladresses de Kaci-Saïd

Alors que tout le monde croyait que l’équipe allait connaître un léger mieux dans le domaine de l’organisation après le limogeage d’Omar Ghrib, le Mouloudia d’Alger est retombé dans ses travers en dépit de la présence d’un nouveau directeur sportif. En effet, une semaine à peine après son intronisation dans l’organigramme du club, Kamel Kaci-Saïd a enchaîné les maladresses. Il a, d’abord, remercié un entraîneur avant de s’assurer les services d’un autre, ce qui fait que l’équipe se retrouve sans coach en ce début de préparation estivale. La séance de la reprise a été assurée par l’ancienne coqueluche des Vert et Rouge, Rafik Saïfi, qui fait ses tout premiers pas dans le domaine de l’entraînement après la volte-face de Shehata et le refus de Benchikha.
Cela dit, de nombreux noms sont associés à la barre technique des Vert et Rouge et Kamel Kaci-Saïd essaye de se montrer rassurant en affirmant que le nouvel entraîneur sera avec l’équipe avant le début du stage. On a parlé de Fabrizio Ravanelli, le célèbre avant-centre aux cheveux gris de la Squadra Azzurra et la Juventus, d’Alain Perrin, l’ancien coach de Rafik Saïfi à Troyes, de Rolland Courbis, qui a effectué un passage fructueux à l’USMA, de Paul Le Guen, de Victor Munoz et de Jorge Costa, le récent entraîneur du CS Sfaxien, qui était avec l’équipe tunisienne lors du match aller face au MCA à Alger. Cependant, le Français Courbis semble le mieux placé pour prendre en main la barre technique du Doyen. Il y a eu un premier round de négociations et l’ancien coach de Boudebouz et de Bensebaïni à Montpellier s’est montré intéressé par le projet du MCA et du discours de ses dirigeants auxquels il ne devrait pas tarder à donner la réponse. Courbis semble faire l’unanimité surtout après le travail effectué à l’USMA lors de son passage en Algérie. La deuxième maladresse réside dans la gestion du dossier des libérés. Hormis Bouguèche, qui a rejoint l’USM El-Harrach, tous les autres joueurs figurant sur la liste refusent de céder la moindre parcelle de terrain. Ainsi, Kacem Mehdi, Seddiki, Mokdad et Zerdab ne veulent pas partir sans être indemnisés et se disent prêts à s’entraîner avec l’équipe réserve. D’ailleurs, Kacem s’est entraîné hier avec l’équipe réserve au centre d’Aïn Benian.
Ce sont autant de licences que l’équipe a perdues, obligeant la direction à prêter les jeunes joueurs issus du club. Seul Gourmi a été repêché après avoir accepté de baisser son salaire de plus de moitié. L’autre maladresse est celle relative au cas du milieu de terrain du MO Béjaïa, Soumaïla Sidibé. La direction du club béjaoui a, certes, libéré le joueur au profit du MCA, mais ce dernier refuse de s’engager avec le club algérois. La lettre de libération a coûté aux Algérois la somme d’un milliard 500 millions de centimes, mais le joueur malien affirme qu’il veut jouer à l’USMA, faisant que le Doyen traîne cette histoire comme un boulet, alors qu’il ne reste que quelques heures avant la clôture du mercato.
Par ailleurs, l’équipe algéroise a enregistré la venue d’un attaquant nigérian. Il s’agit de Barnabas Imenger, âgé de 25 ans, qui évoluait dans un club au Nigeria, le Kano Pillars. Cet avant-centre, dont on dit beaucoup de bien, a signé un contrat de deux ans pour un salaire de 7 500 euros. La nouvelle recrue mouloudéenne a passé avec succès la visite médicale. Hier, les dirigeants ont accueilli un nouveau joueur étranger qui devait signer en faveur du club. Il s’agit de Mustapha Konde, un attaquant malien  issu du Centre Salif-Keïta.
Ce joueur a évolué à l'AS Nianan au Mali, puis il a rejoint le championnat où il a joué à la Renaissance de Berkane, avant de partir aux Émirats arabes unis où il avait signé avec Dubaï Club. Il revient, ensuite, au Maroc pour s’engager avec le FUS Rabat, avant d’aller monnayer son talent en Turquie où il a évolué au sein de Manisaspor, club de deuxième division. Ainsi, le recrutement de Sidibé ne serait plus d’actualité.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER