Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Actualité foot

AFFAIRE MAHREZ

Zetchi épinglé par Leicester

Craig Shakespeare l’a subtilement mis en scène. En raison de la longue journée passée entre quelques aéroports du Vieux continent lors de l’ultime journée du mercato européen, Ryad Mahrez a hérité du surnom de Tom Hanks dans le vestiaire de Leicester, en référence au fameux rôle joué par l’acteur américain dans Terminal, le film qui retrace l’histoire vraie d’un touriste iranien bloqué à l’aéroport à son arrivée sur le sol US. Mais si Mahrez a seulement été victime de l’humour des Foxes de Leicester en étant surnommé Tom Hanks comme l’a révélé son coach Shakespeare, le président de la FAF mériterait, à son tour, d’être qualifié de semblant de Sir John Falstaff, l’inoubliable bouffon menteur du chef d’œuvre Henry IV du “vrai” Shakespeare, William ! Et pour cause ! Comme s’il ignorait qu’en ces temps 2.0 du tout technologique que tout finirait par se savoir, l’actuel patron de la FAF est allé de son grotesque mensonge lors de ce qu’il convient d’appeler “l’affaire Mahrez”.
Kheireddine Zetchi avait, pour rappel, affirmé que la FAF avait autorisé Mahrez à quitter le stage de l’équipe nationale pour aller finaliser son transfert dans un grand club d’Europe, mettant un point d’honneur à certifier que son club anglais de Leicester avait été mis au courant, comme le veulent les us et coutumes de la planète football.
Or, interrogé par le Daily Telegraph, le patron technique des Foxes, Craig Shakespeare, a révélé tout à fait le contraire ces dernières heures. “J’étais assis tranquillement chez moi lorsque je reçois un coup de fil de la part de John Rudkin pour me dire que la Fédération algérienne de football avait autorisé Mahrez à rater le match de la Zambie pour négocier son transfert. À ce moment-là, on était complètement entre les mains d’autres gens, car pour nous, c’était comme si on recevait une lame de couteau. On savait très bien qu’il voulait partir parce qu’il avait été très clair sur le sujet. Cependant, les propriétaires voulaient avoir un prix correspondant à ses qualités. Sur cet épisode, on a prouvé qu’on avait de l’expérience dans le management”, soulignera, avec forte précision, l’entraîneur de Leicester.
Une mise au point cinglante en direction de la FAF et de son président qui sera bien inspiré à l’avenir de ne plus nous sortir d’aussi gros mensonges à même de se mettre, tout seul, dans un humiliant embarras.

Rachid BELARBI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER