Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Pour régler le problème des impayés

400 milliards de dinars sur la table

Le gouvernement Ouyahia veut faire de la planche à billets, cette émission de nouveaux  billets de banque, pour régler différents problèmes hérités des exécutifs précédents.
En effet, le budget de l’État contenu dans le projet de loi de finances 2018 prévoit une enveloppe de 400 milliards de dinars, soit 4 milliards de dollars pour régler le problème des impayés qui empoisonne la “vie” d’une bonne partie des entreprises de réalisation.
“Le budget d’équipement de l’année prochaine contient une provision de 400 milliards de dinars pour le remboursement des entreprises locales et étrangères qui détiennent des créances sur l’État et ses démembrements”, lit-on dans le communiqué rendu public à l’issue de la réunion, hier, du Conseil des ministres.
Le texte ne nous dit pas si cet argent qui sera déboursé à partir de janvier 2018 règlera définitivement le problème des créances impayées des entreprises de réalisation du secteur du BTPH. En un mot, la question est de savoir si cette manne sera suffisante. En tout état de cause, cette dépense publique permettra de soulager la trésorerie de nombre d’entreprises de cette entreprise et de relancer, pour au moins durant le premier semestre, les travaux retardés à cause de cette difficulté. L’argent permettra de payer les salaires des travailleurs, d’empêcher les licenciements, voire la fermeture d’entreprises de réalisation.
Cet argent est donc censé relancer le secteur du BTPH pour au moins plusieurs mois. On peut s’attendre donc en 2018 à la reprise des chantiers : pénétrantes, ouvrages d’art, voies à grande circulation et autres infrastructures. Le projet du grand stade de Tizi Ouzou avait  connu un arrêt des travaux à cause de ce problème.
En clair, en raison du manque de ressources financières dues à la baisse des prix du pétrole, l’État ne parvenait pas ou difficilement en 2016 et en 2017 à payer les situations de travaux des entreprises de réalisation, d’où d’importants retards enregistrés dans les chantiers.
Le gouvernement Ouyahia compte disposer de la manne tirée du recours à la planche à billets pour en finir avec ce problème des impayés. Le budget d’équipement est en hausse en partie pour solutionner ces problèmes.Cette relance des chantiers du BTPH s’accompagne du dégel des projets dans les secteurs de l’éducation nationale, de la santé et des ressources en eau.
Cette mesure laisse entendre que contrairement aux déclarations des gouvernements Sellal et Tebboune, à savoir “Nous ne toucherons pas à l’effort de réduction des dépenses au logement et à la santé”, les effets de la crise ont affecté ces deux secteurs, puisque des projets figurant dans leur programme d’investissement ont été gelés.
Par ailleurs, le communiqué indique que le projet de loi de finances 2018 prévoit plusieurs mesures en faveur des citoyens parmi lesquels la bonification intégrale par l’État des crédits bancaires levés par l’AADL pour financer la réalisation de 120 000 logements location-vente. Cet allègement des charges au profit de l’AADL facilitera la réalisation de ces logements sans doute au profit des postulants de l’AADL 2 .
Le texte de loi prévoit également le rétablissement de la subvention sur les prix de l’orge fourni aux éleveurs pour l’alimentation du bétail. Ces derniers se plaignent de la hausse importante des prix de l’aliment de bétail depuis fin 2016. Cette disposition pourrait alléger les charges des éleveurs et contribuer à la stabilité des prix de la viande, si l’État intervient pour lutter contre les spéculateurs tentés de détourner cette aide à leur profit.

K. Remouche

ARTICLES CONNEXES

  • Projet de Loi de finances 2018
    Légère baisse du budget de fonctionnement

    Les allocations prévues pour le budget d'équipement couvrent notamment la relance des projets gelés dans les secteurs de l'éducation nationale, de la santé et des ressources en eau, ainsi qu'un effort plus soutenu en direction du développement local.

  • Révision de la loi sur la monnaie et le crédit
    Les réserves du MSP

    Le Mouvement de la société pour la paix (MSP) émet des réserves par rapport au projet de loi sur la monnaie et le crédit que l’APN d’apprête à examiner.

  • Actualité
    Une loi pour réguler le commerce électronique

    Un projet de loi relatif au commerce électronique a été adopté hier par le Conseil des ministres.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER