Une des deux boites noires de l'appareil du vol AH5017 qui s'est crashé jeudi dans le nord du mali a été retrouvée vendredi (le ministre des Transports, Amar Ghoul) Crash de l'avion affrété par Air Algérie : le président Bouteflika décrète un deuil national de trois jours Crash de l'avion espagnol affrété par Air Algérie: Aucun survivant, l'épave retrouvée L'avion de la compagnie espagnole Swift Air affrété par Air Algérie s'est écrasé au Mali (Lamamra)  Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Jeudi, 19 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

La crise au FFS prend de nouvelles proportions

Aït Ahmed, l’arbitre ?

Par : Karim Kebir

Depuis les premières salves contre la direction actuelle, Hocine Aït Ahmed a été ménagé par les contestataires, ce qui lui confère l’autorité nécessaire au règlement de la crise.

Avec la démission mardi d’une soixantaine de cadres dont un ex-premier secrétaire, la crise qui secoue le Front des forces socialistes (FFS) prend de nouvelles proportions. Jamais sans doute dans l’histoire de ce parti, qui a résisté à bien des épreuves et survécu à bien des bourrasques politiques, la crise n’a atteint de telles proportions. Le malaise est si profond que beaucoup d’observateurs se demandent si le FFS, un parti qui a cristallisé bien des espoirs, sortira indemne de cette épreuve.
Mais les cris de colère et autres dissidences qui se sont exprimés depuis le dernier scrutin sont-ils liés à “un changement de cap politique”  comme le dénoncent les contestataires, ou à une guerre de succession pour le contrôle de l’appareil qui ne dit pas son nom ? Autant les démissionnaires, à leur tête l’ex-premier secrétaire Karim Tabbou, que les contestataires regroupés autour des anciennes figures de proue comme Djamel Zenati, Samir Bouakouir, Djoudi Mammeri ou encore Mustapha Bouhadef, accusent la direction actuelle d’avoir dévié le parti de sa ligne politique originelle. “Les contorsions et les déviations par lesquelles l’équipe dirigeante actuelle veut soumettre le parti à la logique totalitaire du pouvoir ne nous laissent guère le choix sur les décisions à prendre. Nous refusons de nous rendre complices des tractations menées à l’insu des militants et de l’opinion publique”, affirment les démissionnaires dans une déclaration rendue publique. “Nous voulons que le FFS retrouve les idéaux et principes de 1963”, proclament, de leur côté, les partisans de Djamel Zenati et des autres contestataires. Mais si les premiers inscrivent leur combat en dehors de l’appareil du parti en projetant le lancement d’une nouvelle formation politique, les seconds s’emploient à mener la bataille à l’intérieur des structures du parti. Et face à cette situation, la direction actuelle dont la communication constitue incontestablement le talon d’Achille, se complait dans un silence inexpliqué, mais dont le message sibyllin suggère la minimisation de l’ampleur de la crise.
Dans cette guerre à distance que se livrent les divers acteurs, une seule personne échappe à la critique : le leader historique et membre fondateur du parti, Hocine Aït Ahmed, même si Samir Bouakouir n’hésite pas à déclarer lors du meeting tenu jeudi dernier à Tizi Ouzou qu’“il faut sortir de la culture du chef et de l’homme providentiel”.
Depuis son message, le 21 mai, où il demandait à la direction actuelle des “sanctions exemplaires” à l’encontre de ceux dont le comportement a été indigne pendant la campagne, Hocine Aït Ahmed ne s’est plus manifesté. L’appareil du parti lui échappe-t-il ou est-il mal informé ? Considère-t-il cette crise comme un simple orage d’été ? Autant de questions qui restent sans réponse. Une énigme enveloppée dans un mystère, pour reprendre une célèbre phrase de Winston Churchill.
En tout cas, pour nombre d’observateurs, il reste le principal arbitre de la crise, même si le “culte de la personnalité” a peut-être alimenté celle-ci.


KK

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 24 JUILLET 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos