Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Jeudi, 19 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

La crise au FFS prend de nouvelles proportions

Aït Ahmed, l’arbitre ?

Par : Karim Kebir

Depuis les premières salves contre la direction actuelle, Hocine Aït Ahmed a été ménagé par les contestataires, ce qui lui confère l’autorité nécessaire au règlement de la crise.

Avec la démission mardi d’une soixantaine de cadres dont un ex-premier secrétaire, la crise qui secoue le Front des forces socialistes (FFS) prend de nouvelles proportions. Jamais sans doute dans l’histoire de ce parti, qui a résisté à bien des épreuves et survécu à bien des bourrasques politiques, la crise n’a atteint de telles proportions. Le malaise est si profond que beaucoup d’observateurs se demandent si le FFS, un parti qui a cristallisé bien des espoirs, sortira indemne de cette épreuve.
Mais les cris de colère et autres dissidences qui se sont exprimés depuis le dernier scrutin sont-ils liés à “un changement de cap politique”  comme le dénoncent les contestataires, ou à une guerre de succession pour le contrôle de l’appareil qui ne dit pas son nom ? Autant les démissionnaires, à leur tête l’ex-premier secrétaire Karim Tabbou, que les contestataires regroupés autour des anciennes figures de proue comme Djamel Zenati, Samir Bouakouir, Djoudi Mammeri ou encore Mustapha Bouhadef, accusent la direction actuelle d’avoir dévié le parti de sa ligne politique originelle. “Les contorsions et les déviations par lesquelles l’équipe dirigeante actuelle veut soumettre le parti à la logique totalitaire du pouvoir ne nous laissent guère le choix sur les décisions à prendre. Nous refusons de nous rendre complices des tractations menées à l’insu des militants et de l’opinion publique”, affirment les démissionnaires dans une déclaration rendue publique. “Nous voulons que le FFS retrouve les idéaux et principes de 1963”, proclament, de leur côté, les partisans de Djamel Zenati et des autres contestataires. Mais si les premiers inscrivent leur combat en dehors de l’appareil du parti en projetant le lancement d’une nouvelle formation politique, les seconds s’emploient à mener la bataille à l’intérieur des structures du parti. Et face à cette situation, la direction actuelle dont la communication constitue incontestablement le talon d’Achille, se complait dans un silence inexpliqué, mais dont le message sibyllin suggère la minimisation de l’ampleur de la crise.
Dans cette guerre à distance que se livrent les divers acteurs, une seule personne échappe à la critique : le leader historique et membre fondateur du parti, Hocine Aït Ahmed, même si Samir Bouakouir n’hésite pas à déclarer lors du meeting tenu jeudi dernier à Tizi Ouzou qu’“il faut sortir de la culture du chef et de l’homme providentiel”.
Depuis son message, le 21 mai, où il demandait à la direction actuelle des “sanctions exemplaires” à l’encontre de ceux dont le comportement a été indigne pendant la campagne, Hocine Aït Ahmed ne s’est plus manifesté. L’appareil du parti lui échappe-t-il ou est-il mal informé ? Considère-t-il cette crise comme un simple orage d’été ? Autant de questions qui restent sans réponse. Une énigme enveloppée dans un mystère, pour reprendre une célèbre phrase de Winston Churchill.
En tout cas, pour nombre d’observateurs, il reste le principal arbitre de la crise, même si le “culte de la personnalité” a peut-être alimenté celle-ci.


KK

 

Commentaires 

 
#19 aghioul 21-07-2012 04:05
LA KABYLIE EST FATIGUEE DE LA POLITIQUE
 
 
#18 gentil 20-07-2012 12:28
je vois que beaucoup de traitre il vois uniquement leur interét pour ce qui est du F.F.S IL RESTERA TOUJOUR UN GRAND PARTI D' OPPOSITION
 
 
#17 akli 20-07-2012 01:07
Citation en provenance du commentaire précédent de Exilé:
c'est intrigant le silence de monsieur Ait Ahmed, il devrai peut etre quitter sa suisse et rentrer parmi ses siens pour prendre les bonnes decisions! c'est le moment ou jamais on guérit le mal par le mal, c'est la règle en Algerie. Monsieur AIT AHMED les Algerien sont pret a prendre leur destin en main c'est plus 63.

et vous pensez reellement qu'il y a des regles en algerie? Si c vraiment vrai instruisez-nous et je vous remercie d'avance.
 
 
#16 akli 20-07-2012 01:05
Ben maintenant bravo, il y avait un parti en kabylie maintenant il n'y en a plus. parce que si vous croyez que c le RCD qui va arriver au pouvoir en Algerie c que vous meconnaissez beaucoup les autres algeriens. Et si aussi vous croyez que le MAK est la solution c qu'aussi vous delirez. le seul parti kabyle un peu credible aux yeux des autres algeriens vient d'imploser et celui qui reste n'est guere mieux.
 
 
#15 Aarav 19-07-2012 22:56
Je crains que la fin du FFS s'approche, en acceptant de se rapprocher du pouvoir. Et pourtant, le FFS est le seul parti d'opposition qui a résisté à des tentations . Malheureusement , c'est un mauvais moment de faire un tel choix . Les peuples bougent et cherchent à se libérer. Et en Algérie, on a besoin d'une opposition solide, pour faire bouger et réveiller l'Algérie somnolée. Eh là ! le mauvais coup vient malheureusement du FFS d'une façon inattendue.J' ignore quelle promesse ont-ils reçue les dirigeants du parti, pour accepter une telle adhésion? Mais croient-ils à la réalisation de telles promesses? croient-ils que nos dirigeants accepteront l'instauration d'une vraie démocratie dans notre pays? accepteront-ils un vrai changement pacifique?... en tout cas, je crois jamais.
 
 
#14 axulus 19-07-2012 22:26
Citation en provenance du commentaire précédent de nasri azedine:
TABOU est contre la participation aux élections législatives mais chaque mois il percoit le salair faramineux du aux députés.Qu'il nous explique sa position serait un gage d'honnéteté. Moi je crois avec de telles idées ce parti est condamné a étre l'éternel opposant à tout parti qui incarnerait l'état.

ILS ONT MONTRE QUE DEPUIS 1997 ILS ONT INTEGRE UNE IDEOLOGIE DU FLN USURPATEUR ET IMPOSTEUR COMME DISAIT FEU BOUDIAF .. CETTE IDEOLOGIE C EST LE ....KHOBSISME !!!!!!
 
 
#13 salay 19-07-2012 22:18
Un homme a souffert de ce parti, de son gourou. Il l'a bien conceptualisé par son livre FFS: Espoir et Trahison. C'est le lieutenant de l'ALN de la W4, Da Mohand Arav Bessaoud, auteur du livre "Heureux les martyrs qui n'ont rien vu". L'Histoire ne pardonne jamais. Elle rattrape ses faussaires, ses imposteurs.
 
 
#12 axulus 19-07-2012 22:06
Citation en provenance du commentaire précédent de Barigou:
Les mauvaises langues disent qu'Ait Ahmed serait atteint de la maladie d'Alzaimer. Ceci donc explique cela.

ait ahmed s est toujours defausse vis avis de l histoire par manque de courage physique....il aurait pu prendre lepouvoir en 1989... 1992.il a prefere la dolce vita en suisse et considere le FFS COMME UNSIMPLE FOND DE COMMERCE......!!!!!!
 
 
#11 axulus 19-07-2012 22:01
iILS SONT TOUS COUPABLES !!!! ils ont oublies qu ils ont ASSASSINE LE FFS LE JOUR OU IL DEVAIT REMPLACER LE FLN MORIBOND EN 1989 COMME CELA ETAIT PREVU DEPUIS 1963 POUR METTRE FIN A L USURPATION ET L IMPOSTURE DU FLN DE 1962.. ILS ONT PRIS LA POSITION DE LACHETE EN DESERTANT LE TERRAIN DE LUTTE ET EN RENIANT LA RAISION D ETRE D UN PARTI CELUI DE PRENDRE LE POUVOIR ILS ONT SORTI LE FAMEUX SLOGAN ...OULACHLVOT !! C EST CE JOUR LA QU ILS ONT ETE DE VRAI SOUS TRAITANT DU SYSTEME POUR LAISSER LE F I S RAFLER LA MISE ET SUPREME TRAHISON ILS ONT ETE REANIMER LE FLN A SAINT EGYDIO ET S ETONNE MAINTENAN DE LA PROGRAMMATION D UN ETAT INTEGRISTE...LE FFS EST UNE SUPERCHERIE !!!!!!
 
 
#10 touahri 19-07-2012 20:53
a qui profite tout ces crises dans les partis, et ce, après les élections? d'autre pendant ce temps jouissent de tout ces désaccord en laissant le champ libre sans aucune opposition, le pays souffre et vous le savez par cette mauvaise gestion partout ce qui détruit l'avenir de notre pays au lieu d'avancer en recule hélas! chacun se prend pour le maître absolu et personne ne peut les détrôner?
 
DIlem
DILEM DU 25 OCTOBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos