Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Actualité

Alger signera des conventions avec la Tunisie et l’Égypte


Le Conseil des ministres arabes des Télécommunications qui s’est tenu hier a également décidé de prendre l’exemple de l’Algérie en matière de service universel postal.

C’est un point de presse plutôt expéditif qui a été animé, hier, par la nouvelle ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication à l’hôtel Sheraton, à l’occasion de la réunion du Conseil des ministres arabes des Télécommunications. Une rencontre ouverte, donc, par Mme Derdouri qui, dans un arabe “châtié”, a souligné “les défis auxquels sont confrontés les pays arabes dans un domaine sensible pour le développement économique et social et la pertinence de multiplier les efforts, notamment à travers une plus grande coordination et l’échange d’expérience”.
Le reste des travaux s’est déroulé à huis clos pour permettre ensuite à la ministre de faire une brève apparition durant laquelle elle a choisi de s’exprimer “dans la langue où elle est plus à l’aise”, selon ses propres termes, en l’occurrence la langue de Molière. Le champ des questions étant évidemment limité au sujet du jour, les réponses ont fait abstraction, de ce fait, de toutes les préoccupations actuelles, à savoir la 3G, la loi sur les télécoms et autres… “Le regroupement des ministres arabes des Télécoms à permis de retenir un ensemble de recommandations dont l’échange d’expérience”, se contentera-t-elle de dire, donnant en exemple “le savoir-faire algérien dans le domaine du service universel postal”.
Il est question, selon l’oratrice, de conclure des conventions bilatérales, notamment avec les Égyptiens qui enregistrent une bonne expérience en termes de contenu, ainsi qu’avec les Tunisiens. Avec ces derniers, il est question, entre autres, de négocier de meilleurs tarifs de roaming. Interrogée sur les lacunes et les retards en matière de TIC dans les pays arabes par rapport aux pays européens, Mme Derdouri a indiqué que “beaucoup de choses ont été réalisées”, précisant qu'un certain nombre de pays arabes sont même “à la pointe de la technologie”. Mme Derdouri abordera aussi “la stratégie arabe qui sera adoptée pour présenter un candidat unique pour une meilleure représentation dans les réunions futures”. C’est d’ailleurs dans ce même ordre de logique que s’est orientée l’intervention d’un membre du bureau exécutif du conseil qui a abordé, pour sa part, “les défis qui attendent les pays arabes”. Il affirmera, en outre, que “les moyens existent dans les pays arabes qui peuvent avoir un rôle complémentaire en s’échangeant les informations et les expériences”.


N S