Sept morts et deux blessés dans un accident de la circulation au sud de LaghouatCisjordanie occupée: 7.500 nouveaux colons israéliens en six moisLa Tunisie relève son niveau d'alerte de sécuritéTrois morts et 22 blessés dans deux accidents de la circulation à TlemcenPour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Dimanche, 23 Septembre 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Rebondissement dans la crise du fln

Belkhadem, ses adversaires et les “baltaguiya” 

Par : Azzeddine Bensouiah

Et ça repart ! La crise qui secoue le FLN depuis plus d’une année ne semble pas connaître de répit, mais risque, au contraire, un nouvel épisode dont l’issue reste incertaine.

Hier, redresseurs et contestataires avaient prévu d’organiser une action de protestation au sein de “l’appareil”, le siège central du parti. Le patron contesté, Abdelaziz Belkhadem, a pris ses précautions, en s’évaporant du siège. Certains le disent à Relizane, alors que d’autres affirment qu’il “arrivera d’un moment à l’autre”. En tout cas, Belkhadem n’a rien laissé au hasard.
Une centaine de jeunes, dont les têtes n’ont rien à voir avec le militantisme, ont passé la nuit dans la cour du parti. Hier, ils étaient affaissés sur les chaises, rôdant comme des zombies dans les couloirs. On se croirait dans une gare routière d’un coin reculé du pays ! Seule distinction, ils avaient, en guise de badge, le portrait de Belkhadem. Et les cadres du parti ? Seulement une dizaine de membres du comité central, encore fidèles au SG, se terraient dans les bureaux et demandaient aux journalistes les nouvelles de l’autre camp.
Dehors, la route est fermée à la circulation.
Un impressionnant dispositif sécuritaire est déployé pour empêcher les contestataires d’y parvenir. Un député est en colère. “Je suis député, j’ai le droit d’accéder au siège de mon parti.” Un autre sénateur, visiblement intenable, a voulu forcer le cordon de sécurité. “On nous frappe, on nous traite comme des voyous, alors que les voyous sont ceux qui occupent illégalement notre siège en ce moment.”
Les ex-ministres El-Hadi Khaldi et Abdelkrim Abada tentent de le raisonner. “On ne va pas tomber dans leur piège. Belkhadem veut nous pousser à l’affrontement.” Ils décident de déposer une plainte auprès du procureur de la République pour “occupation illégale du siège du parti par des jeunes armés de couteaux et de gourdins”. Ils veulent les déloger par la force publique, mais dans le respect de la loi. Certains membres du comité central sont sceptiques. “Regardez où est-ce qu’on nous parque, dans le jardin du Paradou, entouré d’un cordon sécuritaire, alors que notre siège est occupé par des baltaguiya !”
Une centaine de membres du comité central sont sur place, des sénateurs, d’anciens ministres, mais aussi d’anciens mouhafadhs.
Mais au moment où Abada s’apprêtait à lire un communiqué au nom des contestataires, un groupe de jeunes, venu de Bourouba, emmené par un responsable d’une organisation juvénile, fait irruption dans le jardin et scande des slogans, tantôt politiques, tantôt sportifs, ne sachant même pas à qui ils avaient affaire.
Il aura fallu toute la sagesse des anciens pour ramener un semblant de calme. Abada prend le mégaphone et rappelle les raisons de ce mouvement de protestation.
Il affirme que le fils de Belkhadem, Abderrahmane, a loué des jeunes, à 5 000 DA par tête, pour passer la nuit au siège du parti. Pour Abada, “il est malheureux que nos enfants soient exploités de la sorte et jouent aux baltaguiya”.
La plainte a finalement été déposée et les contestataires, qui ont longuement palabré avec les officiers de police présents sur place, comptent sur ces derniers pour qu’ils transmettent à la justice toutes les preuves matérielles de l’intrusion des “baltaguiya” dans le siège du parti.
Une bataille juridique qui commence, mais surtout un bras de fer qu’ils comptent mener jusqu’au bout en organisant des manifestations quotidiennes devant “l’appareil”, ce qui ne va pas plaire du tout aux riverains, ni aux usagers du jardin du Paradou et constituera un véritable casse-tête pour les forces de l’ordre. Est-ce une façon de faire bouger les choses en haut lieu ? Peut-être.
En tout cas, Belkhadem, lui, ne semble pas être près de reculer d’un iota. Au contraire, en faisant appel, de nouveau, aux “baltaguiya”, il lance un défi, non seulement à ses adversaires, mais aux forces de l’ordre.


A. B.

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 17  SEPTEMBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
 Gilles Kepel au Forum de Liberté (Partie 02)
Gilles Kepel au Forum de Liberté (Partie 02)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos