Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Espaces pédagogiques squattés à Alger et ailLeurs

Benghabrit : la situation sera assainie “avant la prochaine rentrée”

La ministre de l’éducation, Nouria Benghabrit, en compagnie du wali d’Alger, Abdelkader Zoukh. ©D. R.

Ce sont en fait plus de 1 600 espaces pédagogiques dans 250 établissements à l’échelle nationale qui sont encore squattés par des familles.

Lors d’une tournée dans les écoles de la wilaya d’Alger à travers ses trois circonscriptions est-ouest et centre, la ministre de l’Éducation nationale, Nouria Benghabrit, a indiqué que tous les espaces pédagogiques qui ont été squattés seront récupérés d’ici la prochaine rentrée scolaire.
La ministre de l’Éducation, qui a visité une école récupérée, après son squat depuis les années 80, a fait le constat de la complexité de cette situation. “Cette visite de travail a montré toute la complexité de la situation de l’éducation. Nous avons pu récupérer la moitié des classes d’une école, où vivait depuis presque une trentaine d’année une famille qui s’est transformée en neuf familles”. La solution à ce problème a pu être trouvée grâce à l’appui des collectivités locales, notamment le wali, en relogeant neuf familles dans des appartements, selon Mme Benghabrit, qui a salué cette appui ayant permis de récupérer six classes et d’ouvrir, dès la prochaine rentrée scolaire, des classes pour les enfants aux besoins spécifiques.
Cette situation, qui concerne plusieurs communes de la capitale, notamment El-Mouradia et El-Madania, n’est pourtant pas sans générer des difficultés au secteur de l’éducation qui souffre déjà de surcharge des classes.
Hormis les frais supplémentaires qu’elle occasionne pour l'établissement qui leur assure gratuitement, l'eau, l'électricité et le gaz, elle prive les directeurs d’établissement de logements de fonction à cause des gens qui squattent les lieux. “Un chef d’établissement qui habite loin de son école ne peut veiller au bon fonctionnement de celle-ci”, a expliqué sur les ondes de la Radio nationale Noureddine Khaldi, le directeur de l’éducation de la zone Alger-Centre.
Ce sont en fait plus de 1 600 espaces pédagogiques dans 250 établissements à l’échelle nationale qui sont encore squattés par des familles. Parmi elles, des anciens du secteur de l’éducation nationale dont certains directeurs et enseignants, qui avaient bénéficié d'un logement, ont laissé leurs enfants dans les logements de fonction.
D’autres, qui lui sont totalement étrangères, ont pris pour refuge les écoles en fuyant leurs maisons qui menaçaient ruine suite aux catastrophes naturelles, comme c’était le cas lors des inondations de Bab El-Oued ou du séisme de Boumerdès. Pour d’autres familles, par contre, occuper une école est le meilleur moyen d’obtenir leur relogement, et ainsi échapper à la crise du logement.
Depuis le lancement de l’opération de relogement des familles occupant les écoles, 574 espaces pédagogiques ont été réhabilités et 454 familles ont été relogées suite au lancement par le wali d’Alger d’une opération spécialement dédiée à ces familles qui occupaient des infrastructures scolaires, notamment des classes, des cantines et des salles de soins au niveau de 474 établissements scolaires de la wilaya d'Alger, afin de régler le problème de surcharge.

A. R.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER