Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Rachid Benyellès, Ali-Yahia Abdenour et Ahmed Taleb Ibrahimi s’opposent au 5e mandat de Bouteflika

“Ça suffit !”

© D.R.

“L’entourage familial du Président est un groupe de puissants oligarques disposant des richesses du peuple selon leur bon vouloir”, dénoncent-ils.

“Trop, c’est trop !” Coup de gueule, cri de colère, de rage ? C’est ce qui ressort des propos des trois personnalités, Me Ali Yahia Abdenour, Rachid Benyellès et Ahmed Taleb Ibrahimi, qui viennent de signer une déclaration appelant à un front commun pour “faire barrage à ceux qui ont confisqué notre destin” et “préparent la candidature pour un cinquième mandat présidentiel  d’un vieil homme impotent et incapable de s’exprimer”.
Les personnalités signataires de la déclaration s’appuient sur deux arguments pour justifier cet appel “urgent” : l’état de santé du président de la République, un handicap qui l’empêche, depuis sa dernière hospitalisation, en 2013, de “continuer à diriger le pays”. “Totalement absent de la scène nationale et internationale, il apparaît dans les rares occasions où il est exhibé pour dissiper les rumeurs et montrer qu’il est en vie, dans un état de délabrement physique qui ne laisse aucun doute sur son incapacité à gouverner”, relèvent-ils.
L’autre argument est lié à la gestion économique du pays par l’entourage du Président, autrement dit, comme ils le désignent, des oligarques qui ont fait main basse sur les ressources financières du pays. “L’entourage familial du Président est un groupe de puissants oligarques disposant des richesses du peuple selon leur bon vouloir. Gérant le pays au jour le jour, ils ont acheté la paix sociale en inondant le marché de produits et services d’importation, en empochant au passage des commissions faramineuses transférées ou gardées à l’étranger”, dénoncent-ils. Une situation qui risque de mener vers l’explosion sociale et de porter atteinte à la cohésion nationale.
Bien entendu, l’attitude passive ou réserve de la population trouve son explication, selon eux, dans la peur des citoyens de “compromettre le rétablissement de la paix sociale enfin retrouvée et de revenir aux années les plus sombres du terrorisme avec les conséquences dramatiques qui pourraient en découler de nouveau”, estiment-ils. Et devant cette absence de réaction de la population, les tenants illégitimes du pouvoir se croient, selon la déclaration, tout permis, jusqu’à préparer un cinquième mandat au président de la République. “Forts de l’impunité dont ils ont bénéficié jusqu’à présent et persuadés qu’ils peuvent tout se permettre en l’absence de réactions significatives de la part des partis d’opposition et de l’opinion, les responsables de cette banqueroute poussent l’arrogance et le mépris envers les citoyens jusqu’à préparer la candidature pour un cinquième mandat présidentiel d’un vieil homme impotent et incapable de s’exprimer”, dénoncent-ils encore.
Et pour remédier à cette situation et éviter le naufrage au pays, les trois personnalités lancent un appel à une mobilisation de toutes les forces du pays, en laissant de côté les divergences, pour “crier à l’unisson : ça suffit !”. “Pour nous faire entendre et faire barrage à ceux qui ont confisqué notre destin depuis près de vingt ans, nous devons parler d’une seule voix et nous mobiliser derrière ceux des partis d’opposition qui s’engageront à respecter un programme d’action commun visant l’instauration de la démocratie, l’application de la justice sociale et le respect des libertés publiques individuelles et publiques. Nous n’insisterons jamais assez sur le fait que seul un front commun est en mesure de peser sur la situation pour changer le rapport des forces, favoriser l’avènement d’hommes et de femmes de qualité”, précisent-ils. Et de demander enfin à l’armée tout au moins de ne pas s’impliquer et de “se démarquer du groupe qui s’est emparé indûment du pouvoir et entend le conserver en laissant croire qu’il a le soutien de cette institution”.


Djilali B.

 

Lire la déclaration en cliquant sur ce lien


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
5 réactions
népourêtrelibre le 08/10/2017 à 13h51

Ça suffit qui est lancé par 3 personnes qui faisaient partie, qui ont participé ou qui ont cautionné le régime de Bouteflika n'est qu'un feu de paille... Le seul moyen pour démanteler ce régime de Bouteflika c'est le peuple, que le peuple et rien que le peuple qui pourra le démanteler de ses racines pour qu'il ne se régénère plus jamais. Le pays, l'Algérie, n'est pas doté d'un vrai peuple instruit, responsable, civilisé et éduqué qui vit à l'ère du 21 siècle.

abess le 08/10/2017 à 15h33

Comment une armée qui se dit "républicaine et héritière de l'ALN; respectueuse de la constitution et au service du pays" laisse faire, alors que l'intégrité du pays, sa cohésion sociale et son avenir sont dans l’œil du cyclone? Ma pauvre mère "paix à son âme" avait fait un AVC à 84 ans, a suivit une rééducation "modeste" mais qui lui a rendu une grande part de ses capacités et pour nous joie durant 4 années.Le Président Bouteflika, 11 ans plus jeune n'y arrive pas avec des moyens énormes?

Brahms le 08/10/2017 à 16h51

Le matelas en devises à fondu comme neige au soleil et tous ces politiques ne sont plus crédibles. Quand un politique parle, on voit tout de suite qu'il n'y aura aucune application sur le terrain, les discours sonnent faux, c'est du toc. Leurs intérêts va uniquement dans la captation des richesses puis des placements eu Europe ou ailleurs pour dissimuler le magot détourné. Bien mal acquis ne profite jamais.

abess le 08/10/2017 à 17h10

....Suite de ma réflexion. Je ne souhaite pas que l'armée attende que le peuple se rebelle pour sortir des casernes, pour le mater au profit de la dictature et des affairistes qui tiennent le pays, ou pour le soutenir dans une nouvelle version de "Révolution des œillets". Non ce qui est souhaitable, c'est que l'armée reconnaisse la gravité de la situation et ne plus fermer les yeux sur les dépassements et violations de la constitution et des droits du peuple; Il y a urgence!!

meliani le 09/10/2017 à 11h54

Alors ! ni l'Armée,ni les politiques exerçants ou ayant exercés ,ne peuvent renverser la situation ! Qui ? rétablira la vraie Démocratie si ce n'est le peuple lui-même!les soi-disant " Sit-in " se suivent et se ressemblent et rien ne change " un petit tour et puis s'en va " des mièttes et on reprend le collier ! y en a marre!! notre pays est en danger!!"les frérots,et les Émirs et courtisans véreux DEHORS...

Commentaires
5 réactions