Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Dimanche, 23 Septembre 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Enlèvement des ordures ménagères et des déchets solides

“Ce n’est pas une opération conjoncturelle”

Par : Souhila HAMMADI

L’opération portant hygiène des villes, lancée récemment par les autorités publiques, “n’est pas conjoncturelle. Elle ira en accélérant”, a affirmé le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales. Les secteurs concernés ont identifié
5 000 points noirs qui donnent aux grandes agglomérations algériennes leur réputation de villes sales. Jusqu’au 16 septembre dernier, les 49 412 agents, mobilisés pour les besoins de l’opération, ont ramassé 83 647 tonnes d’ordures de toutes sortes. Les walis ont témoigné de la déstructuration des services engagés dans le nettoiement, mais aussi le manque de moyens financiers dont souffrent les communes auxquelles est dévolue cette mission. La secrétaire d’État chargée de l’Environnement a exposé les résultats d’une étude sur le coût réel d’une gestion rationnelle des ordures ménagères sans traitement. Elle a informé que le balayage revient à la commune à 400 DA par habitant par an. La collecte des ordures coûte 600 DA par habitant par wilaya. L’enlèvement des ordures ménagères est estimé à 4 000 DA par ménage par an. La taxe y afférente ne couvre que 25% de ce montant. Encore, elle n’est recouvrée actuellement qu’à hauteur de 24%. “Le problème de financement se pose avec acuité pour les communes”, a-t-elle conclu, en estimant qu’il ne faudrait pas surexploiter les centres d’enfouissement techniques, qui ont des objectifs précis et une durée de vie limitée. “Justement, il s’agit de mettre en place une organisation dans l’enlèvement des ordures, puis de fournir les moyens. Les ressources financières de l’État sont disponibles”, a répondu M. Ould Kablia.
Amara Benyounès, le nouveau ministre de l’Aménagement du territoire, de l’environnement et de la ville, a estimé que la responsabilité dans la saleté dans les centres urbains incombe à part égale aux autorités publiques et au citoyen. De son point de vue, il faut non seulement réglementer les horaires de sortie des poubelles, mais aussi réhabiliter les métiers de concierge et de gardien d’immeubles.
“Les règles d’hygiène et d’environnement doivent être strictement respectées. On doit immédiatement passer à l’acte, et en cas de dépassements, ça va être la sanction.”


S. H.

 

Commentaires 

 
#2 dupont 23-09-2012 19:19
Combien de journées de volontariat ont été organisées pour le nettoyage des villes. Le résultat : le lendemain le tonnage des ordures est multiplié au mêmes endroits nettoyés la veille.pourtant les budgets n'ont jamais manqués. Ce qui manque c'est la volonté et le devoir ainsi que l'obligation des collectivités à assumer. L'Etat doit intervenir, il est le seul responsable devant le peuple.
 
 
#1 hmimed 23-09-2012 10:50
Une opération qui n'est pas conjoncturelle dites-vous?
On dit chez nous que celui qui ne sait pas faire grand chose? fait toujours la même chose.Alors ,vous m'avez compris.
 
DIlem
DILEM DU 01ier OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos