Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Jeudi, 28 Juin 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Hommage de Nacer Boudiaf

“Cher père, 20 ans déjà”

Par : Nacer Boudiaf

Voilà déjà vingt ans qu’habitué à frapper dans le dos, le système, par soldat interposé, un membre du Groupe d’intervention spéciale, nous dit-on, muni d’un ordre de mission isolé de son groupe, a été chargé d’exécuter ton lâche assassinat, le 29 juin 1992, qualifié d’“acte isolé”, par la justice algérienne.
Depuis lors, beaucoup d’encre et de sang ont coulé en Algérie. Avec de l’encre, je n’ai pas cessé d’interpeller, dans des lettres ouvertes publiées par nos quotidiens nationaux, tous les responsables algériens au sommet de l’État, au moment de “l’acte isolé”. Je leur ai écrit pour rejeter la théorie de “l’acte isolé” et pour revendiquer la vérité. Je n’ai jamais eu de réponse. J’ai même publié, en juin 2011, un livre sur la question. Je n’ai jamais eu de réponse. Mais depuis lors, certains ont tiré leur révérence.
Tout récemment, le premier président de l’Algérie indépendante est venu te rejoindre au cimetière d’El-Alia. Mais sa tombe a été creusée sur le côté opposé à celui de la tienne. C’est normal, dans toute ta vie, Ben Bella n’a jamais été de ton côté, mais toujours du côté opposé. N’a-t-il pas eu l’indécence de t’envoyer, en plein mois de juin 1963, dans un fourgon à Adrar, pour t’enterrer vivant dans une cave ? Alors que tu l’avais très décemment reçu à la présidence de la République.
Quelques mois avant sa mort, c’était au tour de feu le général Larbi Belkheir, ministre de l’Intérieur, le général Smaïl Lamari, le général-major Mohamed Lamari, tous les responsables et dirigeants influents, au moment de “l’acte isolé”, ont quitté ce monde. Ils sont certainement dans un monde où l’assassinat, l’injustice et l’acte isolé n’ont pas de place, ni de protecteur.
Sur un autre registre, notre Armée ne veut plus de l’appellation de “grande muette”. Mais elle ne parle jamais de ton assassinat. Sur ce sujet, elle demeure parfaitement muette. Mais pour faire exception, le général Khaled Nezzar a publié récemment un livre, dont un chapitre t’est consacré. Je t’en ai choisi ces passages : “Lorsque, le 29 juin 1992, le général Toufik me téléphona pour m’apprendre qu’on venait d’attenter aux jours de Mohamed Boudiaf, un grand froid me saisit, puis un vertige… Pourquoi aurions-nous tué Mohamed Boudiaf ?... Lorsque les prisonniers de Serkadji s'étaient révoltés, tous les responsables, je dis bien tous, n'eurent qu'un souci : préserver la vie de Lembarek Boumaârafi l’assassin. Et pour cause.”
Nous voilà donc édifiés. Ce passage nous informe que c’est le général Toufik qui téléphona au général Nezzar pour lui apprendre qu’on venait de commettre “l’acte isolé”. Aussi, le général Khaled Nezzar, au nom de l’Armée, s’interroge : “Pourquoi aurions-nous tué Mohamed Boudiaf ?” La question reste entière. Mais le plus terrible, dans ce passage, c’est qu’il nous apprend qu’à la mutinerie de Serkadji, tous les responsables — “je dis bien tous” — n’avaient qu’un souci : préserver la vie de ton présumé assassin.
J’espère que dans son prochain livre, il nous répondra à la question : pourquoi tant de soucis des responsables pour préserver la vie de ton présumé assassin et pas le moindre effort pour préserver celle du chef de l’État à Annaba. Quelques efforts auraient peut-être fait de t’éviter de subir une rafale d’une quarantaine de balles, dans le dos, à ton âge ; alors que tu n’avais jamais demandé à venir occuper le fauteuil tant convoité. Ou alors, comme il est ironiquement colporté dans les milieux populaires : “C’est un système qui protège l’assassin et non la victime.” Des éclaircissements à ce sujet seront les bienvenus car le peuple est avide de connaître la vérité.
D’autre part, une pétition-test vérité a été lancée par mes soins, sur Internet, en février dernier. Elle a eu plus d’un millier de signatures en quelques jours, malgré toutes les embûches savamment orchestrées par le système pour la bloquer.
Cependant, il y lieu de t’avouer que dans mon livre, je n’ai pas été “tendre” avec tes amis, notamment Ali Haroun et Ahmed Djebar. C’est Ali Haroun lui-même qui s’en est plaint, à l’un de nos médias. Alors, que l’année dernière, il a déclaré que ton assassinat est “un acte isolé”, il a même changé la date de la commémoration, quelle prouesse ! Il pensait, peut-être que les instigateurs de “l’acte isolé” ont été tendres avec toi en te fracassant le dos, le crâne, le thorax et les jambes avec des grenades et des rafales. Bien sûr, je ne m’attends pas à ce que Ali Haroun ait un cœur tendre pour avoir des remords de t’avoir livré à une fin aussi tragique qui ne fait que peser la suspicion sur les maîtres de Ali Haroun.
Pour sa part, M. Ghozali, Premier ministre au moment de “l’acte isolé”, quelques jours avant la campagne électorale du 10 mai, avait proposé ses services pour répondre, entre autres, de l’assassinat de Mohamed Boudiaf. Lui qui m’avait accusé de faire de ton sang, un fonds de commerce, je lui ai alors rappelé que le sang de Boudiaf n’est ni à vendre ni à acheter et que s’il était achetable, ses assassins ne lui auraient pas réservé toute une rafale — qui ne leur a rien coûté — mais coûté beaucoup aux Algériennes et Algériens qui avaient vu en toi l’espoir.
Par ailleurs, l’Algérie s’apprête à célébrer le 50e anniversaire de “l’Indépendance confisquée”, quelques jours après le 20e anniversaire du jour où le système a décidé de te confisquer la vie. On va danser et chanter. On va faire éclater des feux d’artifice pour avoir réussi à confisquer l’Indépendance au peuple et à confisquer la vie de l’Homme qui a rédigé l’Appel du 1er Novembre 1954, préparé la Réunion des 22 et coordonné les préparatifs du déclenchement de la Révolution.
Pour revenir au fameux livre du général Nezzar, il me semble opportun de te faire part de ce passage : “On a dit que l’assassinat de Mohamed Boudiaf a été commandité par une mafia politico-financière craignant les foudres de l’Incorruptible venu au pouvoir… Le président Boudiaf s’était rendu à l’évidence que la corruption n’était pas le fait de quelques ‘barons’ du système retranchés dans des redoutes inexpugnables, mais le résultat de la dévalorisation de la notion d’État et du désordre moral qui en a découlé.” Tels sont les propos du général Nezzar tels que produits dans son livre L’Armée algérienne face à la désinformation.
Je le remercie de t’avoir qualifié d’Incorruptible, avec un grand “I” majuscule. Il est regrettable, cependant, qu’un État, non seulement laisse son chef d’État Incorruptible tomber facilement devant un “acte isolé” mais ne fait rien pour rétablir la vérité sur son lâche assassinat.

 

Commentaires 

 
#3 koala 28-06-2012 20:55
J'ai lu cette lettre ouverte de M. Nacer Boudiaf avec beaucoup d’émotion , de respect et de reconnaissance à son Père le Feu Président Mohamed Boudiaf.Que dieu l'accueille dans son paradis et sanctionnera sévèrement l’assassin et ses complices. Je salue le courage de Nacer Boudiaf et je lui souhaite un rétablissement de ses blessures morales et de ses souffrances. L'assassinat de M.Boudiaf me rappelle celui de JF.Kennedy. La verité est visible mais non lisible.
 
 
#2 Méditerrannéen1 28-06-2012 20:27
Malheureusement , je crains qu'on ne connaitra jamais la vérité, ils ont été le cherché pour servir d'homme de paille, ils se sont trompés sur sa personne. Ils prennent leurs cas pour une généralité.
En Algérie, il faut être un monstre pour tenir le cap, sinon, c'est le rouleau compresseur qui t'aplatis et si ce n'est pas siffusant, les armes prennent la reléve, remarquer que ceux qui ont plongé l'Algerie dans l'enfer sont encore vivants et ne seront jamais inquiètés et la vie est belle pour eux.
Nous nous sommes un peuple civilisé, et le chemin est encore trés trés long avant qu'on le devienne, peut-être dans un avenir lointain!!!
 
 
#1 zora 28-06-2012 13:10
On a jamais entendu parler de Messali un jour. la faute de l'algerie est Le congres de SOUMAM.
 
DIlem
DILEM DU 01ier OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos