Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Entraves politico-administratives à la création de partis politiques

Conclave de 4 porteurs de projets chez Benflis

Benflis : "L’initiative de création de partis politiques se heurte à l’abus d’autorité de l’appareil politico-administratif.” ©Yahia/Archives Liberté

Le président de Talaïe El-Hourriyet, Ali Benflis, qui a dû surmonter de multiples difficultés avant de pouvoir obtenir l’agrément pour son parti, se rend solidaire des personnalités politiques qui subissent toujours les entraves politico-administratives à la concrétisation de leurs projets de création de partis politiques.

La problématique alimentait de moins en moins la chronique politique qui se nourrissait d’actualités autrement plus chaudes et plus sensationnelles. Jusqu’à hier, jour où quatre personnalités politiques, porteuses de projets de lancement de partis, ont décidé d’en refaire cas à travers une concertation avec un ancien camarade d’infortune, Ali Benflis, chez qui ils se sont retrouvés l’instant d’un conclave. En effet, dans un communiqué parvenu à notre rédaction, Ali Benflis, le président de Talaïe El-Hourriyet, a informé qu’il a reçu hier, au siège du parti, “des personnalités politiques dont l’initiative de création de partis politiques se heurte à l’abus d’autorité et de pouvoir de l’appareil politico-administratif”.
Les quatre personnalités, à savoir Karim Tabbou, Merouane Tabti, Sadek Temmache et Abderrahmane Henanou, qui managent respectivement les projets de création des partis suivants : l’Union démocratique et sociale (UDS), Nida El-Watan, le Front national pour l’authenticité et le renouveau et le Parti de l’Algérie pour la justice et la construction, ont fait part à leur hôte de la nature des obstacles que leurs initiatives rencontrent. “Ces obstacles et ces violations se manifestent, soit par l’impossibilité dans laquelle ils sont mis de procéder au dépôt de leur demande de création de partis, soit par le refus de leur accorder l’autorisation de tenue de leurs congrès constitutifs, soit en les empêchant de tenir ces congrès constitutifs après leur en avoir accordé l’autorisation, soit encore du fait d’une disqualification par une justice aux ordres. L’ensemble de ces personnalités politiques victimes d’une négation abusive et inacceptable de leurs droits politiques légitimes et légaux ont réaffirmé leur détermination à défendre leur juste cause jusqu’à satisfaction de ces droits intransgressibles”, est-il rapporté dans le communiqué public de Talaïe El-Hourriyet, soulignant que “de son côté, le président de Talaïe El-Hourriyet a assuré ses hôtes de sa solidarité personnelle, ainsi que de celle du Parti à l’action politique qu’ils mènent en vue d’imposer la reconnaissance et le respect de leurs droits qui ne sont pas dissociables de la pleine citoyenneté que le régime politique en place ignore et méprise et qu’il vide de sa substance de manière délibérée et permanente”. Ali Benflis, ajoute la même source, a dénoncé les arrière-pensés politiques qui ont présidé à la loi sur les partis politiques dont le régime use “comme d’un moyen pour peser sur le cours du pluralisme politique dans notre pays”.
Il a, en outre, salué “leur résolution à ne pas donner l’occasion au régime politique en place d’imposer sa volonté liberticide par leur résignation aux faits accomplis ou en se décourageant face à la diversité des obstacles que l’appareil politico-administratif multiplie sur la voie politique qu’ils ont choisie”.

S. A. I.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER