Le taux national de participation à l'élection présidentielle est de 51,70% (T.Belaiz, ministre de l'intérieur et des collectivités locales)Soudan du Sud: plus de 100 morts lors d'un raid pour du bétail (ministre   Les quatre journalistes français enlevés en Syrie libérés après huit mois de captivité  Football: Le match amical international entre l'équipe algérienne de football et son homologue arménienne, a été maintenu au stade de Sion (Suisse) le samedi 31 mai (APS) Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Dimanche, 15 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Crise malienne

Contours de la solution politique de l’Union africaine

Par : Djilali BENYOUB

La solution militaire ne peut rien apporter à la crise malienne. Elle ne peut influencer positivement la situation dans ce pays, a estimé le commissaire à la Paix et la Sécurité de l’Union africaine, Ramtane Lamamra. Intervenant hier samedi à Addis-Abeba, le diplomate a soutenu que la solution peut être africaine et sans intervention militaire.
Option avancée par certains pays qui est destinée, selon lui, à la consommation interne. Cela d’autant plus que, pour le diplomate, la démarche actuelle pour le règlement de la crise malienne n’a pas épuisé tous les moyens pacifiques.
L’urgence, cependant, est, selon lui, dans la mise en place “d’un gouvernement représentatif inclusif à Bamako, en mesure de représenter la souveraineté nationale et de prendre des dispositions afin que durant la période de transition d’une année, il puisse y avoir un calendrier électoral et éventuellement des amendements à la Constitution”. Cette solution prévoit également la mise en place d’une Chambre haute pour représenter le territoire à travers le Parlement. Le but est de donner une plus grande représentation aux populations du Nord qui ont développé un sentiment de marginalisation et d’exclusion dans la gestion des affaires du pays.
La partie la plus complexe de la crise malienne demeure, cependant, la situation du Nord tombé entre les mains des groupes terroristes et qui fait l’objet d’affrontements entre les groupes affiliés à Al-Qaïda et les séparatistes Azawad du MNLA. Un double problème lié à l’intégrité territoriale et à la sécurité. Situation accentuée par la présence des groupes terroristes et les activités criminelles transnationales. Il n’y a pas de solution miracle, a tranché le commissaire africain. Non seulement le combat est de longue haleine, encore faut-il surtout que la coopération régionale soit effective et efficace. “C’est-à-dire, a souligné M. Lamamra, que les pays de la région adhèrent aux mêmes valeurs et consentent des sacrifices comparables.” Cela dit, la solution reste entre les mains des Maliens eux-mêmes. D’où l’insistance sur le dialogue et la négociation entre les différentes parties. Il y a d’un côté le MNLA et Ançar Eddine et de l’autre le gouvernement de Bamako. Lamamra intègre Ançar Eddine non pas comme groupe islamiste à l’instar d’Aqmi ou du Mujao liés à Al-Qaïda, mais un acteur susceptible de contribuer au même titre, selon la stratégie adoptée par l’UA et le Burkina Faso médiateur de la Cédéao, que le MNLA à d’abord isoler les groupes terroristes et entamer les négociations. Le but, dans un premier temps, est d’arriver à avoir l’accord des deux parties, Ançar Eddine et MNLA pour amorcer le dialogue. Ag Ghaly, leader d’Ançar Eddine, faisait partie de la rébellion avec feu Bahanga et avait signé en 2006 l’accord d’Alger. Il est également contre la présence des groupes d’Al-Qaïda sur le territoire malien. Ce qui fait de lui, de fait, un acteur indispensable. Quant au type d’accord, M. Lamamra évoque l’existence d’accords du genre de celui d’Alger (2006) ou le pacte national dont l’application donnerait de nouvelles perspectives “à un Mali démocratique et convivial où tous les citoyens seront égaux en droits et en devoirs”.
De leur côté, les pays du champ s’activent dans le même sens avec une démarche similaire. Les ministres des Affaires étrangères des pays de la sous-région ont augmenté la cadence des consultations pour aboutir à une convergence sur l’analyse et les modalités de mise en œuvre de la démarche commune. Les MAE d’Algérie, de Mauritanie, du Mali et du Niger vont se rencontrer avant la fin de ce mois de juillet dans la capitale nigérienne, Niamey. Signe que les choses évoluent et s’accélèrent dans le bon sens.
Sur le terrain, la population du nord du Mali ne cache désormais plus son mécontentement et sa colère devant les exactions des islamistes. Après les manifestations à Gao, Tombouctou, la population est sortie avant-hier à Goundam, une ville proche de Tombouctou, pour protester et dénoncer le comportement des islamistes qui se sont attaqués à un homme accusé à tort d’adultère et à une femme sans voile. Les manifestants ont, par ailleurs, bloqué l’accès à la mosquée de la ville pour les islamistes qui allaient accomplir la prière du vendredi. Malgré des coups de feu en l’air, les islamistes n’ont pas réussi à leur faire peur.


D B.

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 19 AVRIL 2014
Galerie Agrandir

LE SCRUTIN EN IMAGES

CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Vote à Nedroma (Tlemcen)
Vote à Nedroma (Tlemcen)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière

Élection Présidentielle

Voir toute La rubrique

Dernières infos