Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Samedi, 07 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Louisette Ighilahriz, ancienne moudjahida

“Des plaies blessent profondément l’Algérie d’aujourd’hui”

Par : Hafida Ameyar

Le 5 Juillet 1962, c’est la fin des conflits. Je précise qu’en principe, la fin de la guerre devait avoir lieu le 19 mars 1962. C’est ce jour-là qu’a été décrété le cessez-le-feu… Mais, l’OAS a juré une Algérie terre brûlée. C’est là qu’il y a eu le plus d’assassinats, le plus d’incendies… Les gens de l’OAS tiraient à vue d’œil sur les Algériens. Ils tiraient comme sur des lapins. On a eu beaucoup de morts en l’espace de cinq- six mois que pendant deux années de guerre de Libération nationale.
A l’époque, je venais d’être libérée. J’avais d’ailleurs rejoint l’Algérie le 8 mai 1962. Je n’avais pas arrêté de transporter des blessés. J’évitais de les transporter dans les hôpitaux, car là aussi on les achevait. Je les transportais alors chez des habitants qui les prenaient alors en charge.
Dans ma famille, nous étions trois générations en prison : ma grand-mère, mes parents et nous les enfants. Nous nous sommes attelés à sauver ce qui devait être sauvé, du 19 mars au 5 juillet 1962. Alors imaginez un peu : un 5 juillet sans être canardé ! Ce jour-là, il y avait la folie mélangée à de la joie. Il y avait joie, il y avait deuil.
Qu’en est-il de l’Algérie, cinquante ans après  ? Effectivement, de 1962 à aujourd’hui, des universités ont été construites dans toutes les wilayas, il y a des millions d’étudiants aujourd’hui, nous sommes à plus de soixante barrages… Dans chaque wilaya, il y a des écoles primaires, des établissements du moyen et du secondaire… Quand on pense qu’on a hérité de 98% d’analphabètes, on se rend bien compte, aujourd’hui, que nous avons réalisé des projets prodigieux. Mais… Il y a un mais… Il y a les plaies qui blessent profondément l’Algérie, comme la corruption, les harraga, la drogue que notre voisin ne cesse de fournir pour anéantir notre jeunesse… Il y a aussi trop de vols…
Il y a également un mode d’expression à revoir…
En ce qui me concerne, les colloques internationaux, les regroupements scientifiques, pour ne citer que ceux-là, me permettent de m’exprimer. Aujourd’hui, il devient urgent d’ouvrir une chaîne télévisée d’Histoire. C’est nécessaire ! C’est indispensable !


H. A.

 

Commentaires 

 
#3 akhamoq 07-07-2012 15:41
Je suis un enfant de l’indépendance ! Je ne nie pas qu'il y a eu tant de réalisations depuis l'indépendance de notre pays: au moins une université par wilaya, sinon plus alors qu'avant il n'y avait qu'une seule! Avant il y avait à peine un lycée par département alors que maintenant il y en a au moins deux par commune! sans compter que maintenant il y a même des écoles primaires qui ferment faute d'élèves! Je sais qu'on a fait tant de routes, tant d'infrastructures construites. Mais les patriotes et les nationalistes comme moi ne sommes pas satisfaits car nous savons que nous pouvons et que nous aurions pu faire mieux! Tant de richesses, un territoire immense, une pépinière de cadres jaloux de leur pays on aurait fait mieux, vraiment mieux! Mais je ne regrette pas la colonisation, jamais ce sera de l'ingratitude, de la trahison même envers ces millions de morts, morts pour que je puisse écrire cette intervention! Vive l' Algérie libre et indépendante. Gloire à nos martyrs!
 
 
#2 guel 07-07-2012 12:32
Mais, il y a un mais . Il y a aussi un Mai - un 10 précisément - et ce Mai là , mois des fêtes des mères, du travail
il n'y aurait pas dû y avoir de mais , vous qui vous vous êtes approprié les victoires du peuple , vous dites tout bas ce que le Peuple pense tout haut : arrêtez de remuer le couteau dans la plaie . Voici une autre opportunité de refaire un 2ème Novembre, vous avez la responsabilité morale de dénoncer ce qui se passe , non pas par un mais , il faut tout simplement accomplir le pèlerinage : libérer totalement ce pays !
 
 
#1 Boumediene Vaillant 07-07-2012 11:30
Je rappelle qu'on est TOUS des Moudjahidines au quotidien pour construire chacun à sa façon et son style pour le bien du pays. A l'inverse, certains porteur de titre de Moudjahide, n'apporte rien à ce quotidien si ce n'est absorber comme une vantouse les richesses du présent en usant les "droits" de ce titre. A quand tout le monde est pareil dans ce combat, sans ce coup d'oeil sur le rétroviseur inéluctable pour les profiteurs bien sûr.
 
DIlem
DILEM DU 22 OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos