Scroll To Top
FLASH
  • Un homme âgé d'une trentaine d'années a été mortellement percuté mercredi soir par une rame de tramway à Alger ( Setram, la société d'exploitation des tramways).
  • L'accident s'est produit mercredi vers 23 h18mn entre les stations Mimouni et Mouhous 

A la une / Actualité

Actualité

Des projets et des perspectives

SNC-Lavalin est présente en Algérie depuis plus de 45 ans. Sa présence touche un grand spectre d’activités, allant des infrastructures routières aux hydrocarbures, en passant par l’hydraulique et le secteur de la construction. Elle a un effectif de 1 700 employés, dont 200 expatriés.
Depuis son premier projet (cimenterie de Meftah) qui remonte aux années 1970, le géant québécois de l’ingénierie collectionne les projets. Pas moins d’une vingtaine ont été confiés à SNC-Lavalin. Charles Chebl, vice-président du groupe, chargé de la filiale infrastructures et construction, exhibe fièrement ces réalisations qui renseignent sur le pédigrée de l’entreprise. Le Sanctuaire des martyrs, le Palais de la culture, le siège du ministère des Finances figurent parmi les réalisations de SNC-Lavalin.
Actuellement, SNC-Lavalin chapeaute sept projets qui sont en cours de réalisation. Il s’agit, entre autres, de la réalisation de l’usine de GPL à Rhoude Ennous, de l’exploitation de deux centrales thermiques à Hadjrat Ennous et Skikda qui couvrent 20% des besoins nationaux de consommation en énergie électrique, de l’exploitation de l’usine de traitement d’eau potable du barrage de Taksebt à Tizi Ouzou, de l’entretien de l’usine de dessalement d’eau à Fouka. Un autre projet en phase d’être complété est celui de la supervision de la conception et de la construction de l’autoroute Est-Ouest. Outre la création d’emplois, par ces projets, la compagnie canadienne participe aussi au transfert technologique. Bien plus, SNC-Lavalin a mis en place deux centres de formation pour la prise en charge des opérateurs des centrales thermiques, dont elle est actionnaire, souligne M. Chebl. C’est le cas de la centrale thermique de Hadjrat Ennous dont le groupe canadien revendique 25% d’actions. Elle est opérationnelle depuis 2009. Par ailleurs, SNC-Lavalin supervise actuellement le projet de l’autoroute Est-Ouest. 120 employés travaillent sur ce projet.
Enfin, SNC-Lavalin est impliquée avec certaines universités dans le cadre du parrainage de stagiaires, comme c’est le cas avec l’École polytechnique d’Alger. Autant de projets qui confirment une solide présence dans le pays. Les affaires de corruption  qui mettent en cause des employés du groupe ne semblent pas la fragiliser, puisque la multinationale montréalaise met désormais le cap sur l’avenir. Pour montrer que les leçons ont été retenues par rapport à ces scandales de corruption dont on attend les conclusions de la justice, SNC-Lavalin a opéré des changement à la tête de sa direction et revu certaines règles de gestion et de gouvernance. Elle vient d’ailleurs de s’offrir les services d’un ancien de Siemens pour s’occuper de la conformité. Il s’agit d’Andreas Pohlmann qui a une grande connaissance de son domaine, d’après des spécialistes. Pour Charles Chebl, SNC-Lavalin ne va pas quitter l’Algérie. “Nous répondrons toujours présents à chaque fois qu’on fera appel à nous”, promet notre interlocuteur.


Y. A.