Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Dimanche, 24 Juin 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Désertec

Énergies renouvelables : un projet à l’étude en Algérie

Par : Meziane Rabhi

Grâce aux ressources abondantes en énergies éolienne et solaire dans la région EU-Mena, un système électrique intégré se basant à plus de 90% sur les énergies renouvelables est possible, selon une étude présentée le 21 juin par Désertec.

L’initiative industrielle Dii travaille actuellement sur des projets référence au Maroc, en Algérie et en Tunisie, comprenant un volume total de 2,5 gigawatts dont 500 mégawatts (MW) au Maroc. Le type de technologie utilisé pour la moitié du volume de ce projet a déjà été défini : 150 MW de solaire à concentration et 100 MW de photovoltaïque et d’éolien. En 2014, les premiers mégawatts/heure seront produits à partir de ces centrales. “Les volumes à l’étude en Algérie et en Tunisie sont actuellement de 1 000 MW par pays”, a annoncé Dii dans un communiqué.
Les stratégies spécifiques à chacun de ces pays développées par Dii servent de base aux projets de référence. L’initiative industrielle Dii a présenté, le 21 juin dernier à Munich, les résultats de l’étude “Desert Power 2050”. Cette étude montre que grâce aux ressources abondantes en énergies éolienne et solaire de la région EU-Mena, un système électrique intégré se basant à plus de 90% sur les énergies renouvelables est possible.
“Tous les partenaires impliqués bénéficieront d’un tel système : les pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient (Mena) pourraient couvrir leur demande d’électricité à partir des énergies renouvelables et créer un secteur d’exportation, à partir de leurs excédents de production d’électricité, pouvant atteindre un volume de 60 milliards d’euros par an”, souligne un communiqué. D’après Dii, en important jusqu’à 20% de son électricité depuis les déserts, l’Europe pourrait économiser 30 euros par mégawatt/heure d’électricité importée des déserts.
“Les objectifs climatiques de l’UE pourraient, en outre, être atteints plus efficacement”, estime Dii, indiquant que le Nord et le Sud seront les “foyers énergétiques” de ce système intégré, avec des parcs éoliens et des centrales hydrauliques en Scandinavie ainsi que des centrales solaires et éoliennes dans la région Mena. “L’éolien et le solaire seront des ingrédients essentiels du futur bouquet énergétique de la région EU-Mena, contribuant respectivement à environ la moitié et un quart de l’approvisionnement total”, relève le communiqué. L’étude “Desert Power 2050” démontre également que l’offre et la demande se complètent parfaitement, aussi bien au niveau géographique que saisonnier. La région Mena pourrait ainsi subvenir à une partie des besoins d’électricité de l’Europe pendant l’hiver, évitant à celle-ci de construire des capacités de production d’appoint qui coûtent très cher. “Un tel système intégré renforcerait, en outre, la sécurité de l’approvisionnement énergétique de tous les pays impliqués. Ceux-ci seraient plus autosuffisants sur le plan énergétique et importeraient depuis le sud et le nord de la région pour compléter leur approvisionnement”, explique Dii. “L’étude “Desert Power 2050” analyse les perspectives d’approvisionnement de la région EU-Mena sous un nouvel angle. Pour la première fois, une étude s’intéresse à la région EU-Mena dans son ensemble, prenant, par exemple, en considération la demande croissante d’électricité des pays Mena”, explique Mario Ragwitz, directeur de la section énergies renouvelables au sein de l’Institut Fraunhofer pour la recherche sur les systèmes et l’innovation ISI, qui a largement contribué à l’étude “Desert Power 2050”.
En effet, la demande d’électricité des pays Mena pourrait quadrupler d’ici 2050, atteignant alors 3 000 térawatts/heure en 2050. La population et la demande d’emplois vont s’accroître considérablement d’ici 2050 dans la région Mena. L’électricité des déserts pourrait stimuler la croissance et permettre ainsi de relever plus efficacement les défis sociaux et économiques de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Fondée en 2009, l’initiative industrielle Dii travaille en collaboration avec 56 partenaires issus de 15 pays différents afin de concrétiser la vision Desertec. Les activités du consortium se concentrent sur la réalisation, d’ici 2050, d’un marché des énergies renouvelables issues des déserts de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Ceci inclut le développement de marchés énergétiques intégrés et l’identification de technologies appropriées pour la production et le transport de l’électricité.


M. R.

 

Commentaires 

 
#5 klame 25-06-2012 22:01
Temar aurait il oublie le soleil et le desert algerien dans ces calculs de privatisation,?,pour que EU-mena nous le rappelle.Decidemment rien ne nous aura ete epargne pendant cette decennie de redressement.
 
 
#4 Juste Krim 24-06-2012 16:56
Il est vrai que nous avons des richesses naturelles. Le soleil en est une on
Pourrait même exporter Grace a ce genre de production. Mais l'homme qui travail
et qui reflichi chez nous on ne laisse pas travailler !
A quand la fin des magouilleres des rachouas des voleurs qui nous maintiennent dans
Rond du tiers monde ! 2050 ! Quelle honte ! Énième sujet mais c point mort !
 
 
#3 sudiste 24-06-2012 16:45
nos pays devraient developper leur propres projets et eviter de rester sous la tutelle eternelle des allemands et autres occidentanux preocuupes en premier lieu a assurer le futur energetique a moindre cout (maroc, tunisie sont les pays de reve du point de vue cout et docilite de la main d'oeuvre. D 1 champion en exportation reve de vendre le soleil algerien aux algeriens
 
 
#2 Loukan 24-06-2012 14:53
L'Algérie n'est pas un pays sérieux et ce projet comme beaucoup reposent sur les effets d'annonce.
Ou alors il sera réalisé par des sociétés étrangères (et le but de l'annonce est d'essayer de les mettre en concurrence pour des raisons douteuses). Certains parlent de projets pour 2030 ou même 2050 ...!!!
C'est pour dire si on est les rois de la planification !
 
 
#1 Boumediene Vaillant 24-06-2012 10:52
On en parle régulièrement avec d'ailleurs souvent la même photo, mais je vois aussi qu'on est toujours à la phase d'études. Donc pas de progreession finale, depuis le dernier article.
 
DIlem
DILEM DU 20 OCTOBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos