Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Mercredi, 06 Mars 2013 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Mort d’Abou Zeïd et Belmokhtar

étrange polémique entre Paris et N’Djamena

Par : Merzak Tigrine

Pendant que la France insiste pour dire qu’elle ne détient aucune preuve de la mort des deux chefs d’Aqmi, Abou Zeïd et Belmokhtar, le Tchad persiste et signe quant à leur élimination par ses troupes stationnées dans le Nord-Mali.

Paris et N’Djamena n’arrivent pas à accorder leurs violons sur la disparition des deux chefs d’Aqmi, Abdelhamid Abou Zeïd et Mokhtar Belmokhtar. En effet, en réponse à la certitude du président tchadien, Idriss Deby Itno, qui a réaffirmé lundi que les deux chefs islamistes Abou Zeïd et Mokhtar Belmokhtar avaient été tués dans des combats dans le nord du Mali, la France répond du tac au tac en assurant qu’elle n’avait aucune preuve confirmant leur mort.
Dans un discours retransmis en partie au journal du soir, le président Deby a réaffirmé : “Deux des chefs terroristes — Abou Zeïd et Mokhtar Belmokhtar — qui écument le Nord-Mali ont trouvé la mort lors des affrontements qui ont eu lieu le 22 février et 2 mars (...) au Nord-Mali, entre les forces armées tchadiennes et les islamistes.” Il a également ajouté : “C’est par respect des principes de l'islam que les dépouilles de ces deux terroristes n'ont pu être exposées. C'est sur cette base que je peux répondre au ministre français de la Défense (Jean-Yves Le Drian, ndlr) qui souhaiterait avoir des preuves.” De son côté, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a martelé lundi soir : “Je n'ai pas de preuve de la mort de ces deux hommes.” Il a même ajouté : “Je ne vous dirai pas que l'un et l'autre sont morts car je ne le sais pas.”
Ces déclarations contradictoires interviennent alors que la station Radio France internationale (RFI) publiait lundi soir, sur son site Internet, une photo présentée comme celle du cadavre du chef islamiste, Mokhtar Belmokhtar. Selon RFI, c'est cette photo qui a déterminé les autorités tchadiennes à annoncer la mort au combat du chef islamiste qui a mené une prise d'otages massive et sanguinaire en janvier sur un site gazier du sud de l'Algérie, In Amenas.
Les morts de Belmokhtar et d'Abou Zeïd avaient déjà été annoncées par le Tchad en fin de semaine dernière. Mais ni Bamako ni Alger ne les ont confirmées. Le décès d’Abou Zeïd, un des chefs au Mali d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), semblait cependant se confirmer lundi tandis que celui de Belmokhtar restait incertain. Ceci étant, l’affaire des sept otages français détenus par des groupes islamistes que l'on pensait être dans le massif des Ifoghas constitue un facteur justifiant la position prudente de Paris sur la mort des deux chefs d’Aqmi, car il ne veut pas les mettre en danger. À ce sujet, le chef d'état-major des armées françaises, l'amiral Edouard Guillaud, a reconnu que l'armée française ne savait pas où ils se trouvaient. “Il est possible qu'ils aient été déplacés, pas forcément vers un autre pays”, a
dit le chef d'état-major des armées  françaises.
Dans le même ordre d’idées, les familles de quatre Français enlevés au Niger en 2010 ont estimé, dans un communiqué, que leurs proches ne seraient pas sauvés par les opérations militaires et ont appelé le gouvernement français à “négocier” avec Aqmi. Le ministre français a, de son côté, a affirmé lundi soir qu’“au moment où nous parlons, tout laisse penser que les otages français retenus au Sahel sont en vie”.


M T

 

Commentaires 

 
#3 Laulo32 07-03-2013 11:38
Citation en provenance du commentaire précédent de lecorbo:
...

Il y a une phrase qui est prononcée dans le film de Stanley Kubrick "Full Metal Jacket" qui est prononcée par le sergent des Marines: "L'arme n'est pas le fusil mais le soldat et son fusil.". Cette phrase signifie quelque part qu'avoir la technologie ne suffit pas, il faut avoir le mental.
Je parle de ce film pour illustrer que les soldats de l'armée Tchadienne est certes moins équipée que l'armée Française mais ils connaissent le terrain et ils savent se battre dans le Sahel. Ils sont entrainés pour ça. De même que ceux d'en face, les terroristes sont hyper dangereux car justement de bons guerriers car ils ont une conviction (certes détestable) et ils se battent pour elle.
 
 
#2 JOE 07-03-2013 02:38
Je crois qu il ya dans votre commentaire ce meme discours des neo colonialiste ,mais l avenir proche nous dira que ses 2 crapules sont consideres par l armee tchadienne comme des simple contrebandiers ,et si vous cherchez bien vous trouverez des images et video qui eclaireront votre vision luminique
 
 
#1 lecorbo 06-03-2013 16:15
Le président tchadien est en train de tirer à lui le bénéfice de la mort de ces 2 chefs terroristes alors qu'il n'y est pour rien et comme tous les dictateurs de ces contrées il exploite ce genre d'évènement à des fins de politique intérieure Franchement comment un pays 4 ème puissance militaire au monde disposant de moyens techniques et militaires considérables et qui est à l'avant garde du conflit ne se prononce pas tout à fait sur ce sujet pour des raisons stratégiques et pragmatiques (recherche de preuves formelles et non de supputations !)alors que le Tchad qui n'est qu'une force d'appoint pérore sur des faits dont il n'est mème pas sur ?!...Quant à la polémique entre Paris et N'djaména,il ny a que le rédacteur de cet article qui en voit une ....
 
DIlem
DILEM DU 23 OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos