FIEVRE APHTEUSE: La fièvre aphteuse a touché jusqu’à jeudi 23 wilayas alors que des cas suspects sont signalés dans la wilaya de Mostaganem( DG de l’Institut national de médecine vétérinaire) Palestine: Sept Palestiniens, dont quatre enfants, ont été tués dans deux nouveaux raids Israéliens sur la bande de Ghaza, ont annoncé les secours, portant à au moins 15 le bilan des victimes depuis ce jeudi matin  Tunisie: Le ministère du Transport a décidé d'annuler tous les vols en provenance de trois aéroports libyens "jusqu'à nouvel ordre"TURQUIE: Le ministre des affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, choisi pour succéder à Erdogan à la tête du gouvernement Le groupe terroriste, Boko Haram, s'est emparé jeudi d'une nouvelle ville dans le nord-est du Nigeria, Buni Yadi (AFP)  Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Mercredi, 06 Mars 2013 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Mort d’Abou Zeïd et Belmokhtar

étrange polémique entre Paris et N’Djamena

Par : Merzak Tigrine

Pendant que la France insiste pour dire qu’elle ne détient aucune preuve de la mort des deux chefs d’Aqmi, Abou Zeïd et Belmokhtar, le Tchad persiste et signe quant à leur élimination par ses troupes stationnées dans le Nord-Mali.

Paris et N’Djamena n’arrivent pas à accorder leurs violons sur la disparition des deux chefs d’Aqmi, Abdelhamid Abou Zeïd et Mokhtar Belmokhtar. En effet, en réponse à la certitude du président tchadien, Idriss Deby Itno, qui a réaffirmé lundi que les deux chefs islamistes Abou Zeïd et Mokhtar Belmokhtar avaient été tués dans des combats dans le nord du Mali, la France répond du tac au tac en assurant qu’elle n’avait aucune preuve confirmant leur mort.
Dans un discours retransmis en partie au journal du soir, le président Deby a réaffirmé : “Deux des chefs terroristes — Abou Zeïd et Mokhtar Belmokhtar — qui écument le Nord-Mali ont trouvé la mort lors des affrontements qui ont eu lieu le 22 février et 2 mars (...) au Nord-Mali, entre les forces armées tchadiennes et les islamistes.” Il a également ajouté : “C’est par respect des principes de l'islam que les dépouilles de ces deux terroristes n'ont pu être exposées. C'est sur cette base que je peux répondre au ministre français de la Défense (Jean-Yves Le Drian, ndlr) qui souhaiterait avoir des preuves.” De son côté, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a martelé lundi soir : “Je n'ai pas de preuve de la mort de ces deux hommes.” Il a même ajouté : “Je ne vous dirai pas que l'un et l'autre sont morts car je ne le sais pas.”
Ces déclarations contradictoires interviennent alors que la station Radio France internationale (RFI) publiait lundi soir, sur son site Internet, une photo présentée comme celle du cadavre du chef islamiste, Mokhtar Belmokhtar. Selon RFI, c'est cette photo qui a déterminé les autorités tchadiennes à annoncer la mort au combat du chef islamiste qui a mené une prise d'otages massive et sanguinaire en janvier sur un site gazier du sud de l'Algérie, In Amenas.
Les morts de Belmokhtar et d'Abou Zeïd avaient déjà été annoncées par le Tchad en fin de semaine dernière. Mais ni Bamako ni Alger ne les ont confirmées. Le décès d’Abou Zeïd, un des chefs au Mali d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), semblait cependant se confirmer lundi tandis que celui de Belmokhtar restait incertain. Ceci étant, l’affaire des sept otages français détenus par des groupes islamistes que l'on pensait être dans le massif des Ifoghas constitue un facteur justifiant la position prudente de Paris sur la mort des deux chefs d’Aqmi, car il ne veut pas les mettre en danger. À ce sujet, le chef d'état-major des armées françaises, l'amiral Edouard Guillaud, a reconnu que l'armée française ne savait pas où ils se trouvaient. “Il est possible qu'ils aient été déplacés, pas forcément vers un autre pays”, a
dit le chef d'état-major des armées  françaises.
Dans le même ordre d’idées, les familles de quatre Français enlevés au Niger en 2010 ont estimé, dans un communiqué, que leurs proches ne seraient pas sauvés par les opérations militaires et ont appelé le gouvernement français à “négocier” avec Aqmi. Le ministre français a, de son côté, a affirmé lundi soir qu’“au moment où nous parlons, tout laisse penser que les otages français retenus au Sahel sont en vie”.


M T

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 21 AOUT 2014
Galerie Agrandir
Bannière
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Mohamed Mebarki, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, au forum de “Liberté” du 04 août
Mohamed Mebarki, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, au forum de “Liberté” du 04 août
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos