Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

50e acte DU MOUVEMENT POPULAIRE

Grandiose marche à Béjaïa


On a assisté à un regain de mobilisation à l’occasion de la 50e marche du vendredi à Béjaïa. Le nombre de manifestants sortis hier dans la rue oscillait entre 15 000 et 20 000 personnes. Pourtant, avant l’entame de la marche, tout plaidait pour une faible mobilisation avant que des cohortes de manifestants ne se joignent à la marche pour grossir les rangs des protestataires venus des quatre coins de la wilaya. 

Au final, il y a eu plus de monde que les fois précédentes et l’on a assisté à un retour, plus que significatif, des femmes, sorties plus nombreuses. “Non à l’exploitation des roches de schiste ; non à la production du gaz et du pétrole de schiste”, est le nouveau slogan des protestataires sortis pour la 50e marche contre le système car, expliquent-ils, son exploitation sur différentes pancartes brandies par des jeunes et des moins jeunes cause des dégâts environnementaux. Sur les effets, jugés désastreux, de l’exploitation du gaz et du pétrole de schiste, plusieurs manifestants ont brandi des pancartes pour dire : “Non à la pollution de la nappe phréatique” ou plus précisément de la nappe de l’Albien, la plus grande réserve d’eau douce au monde.

Cette nappe, profondément enfouie sous le Sahara, est une ressource non renouvelable et partagée avec les pays riverains (Tunisie et Libye). Et 70% de la nappe se trouve en territoire algérien au sud-est du pays. Occasion pour d’autres manifestants de rappeler, avec regret, qu’en France, l’exploitation du gaz de schiste est interdite. Les défenseurs de l’environnement du hirak ont tenu à en dénoncer les conséquences ravageuses.

La “destruction des paysages, la pollution des eaux, les séismes locaux, l’émission de gaz à effet de serre…”. Après avoir scandé “Wallah mana habsine” (Nous jurons de continuer et que nous ne nous arrêterons pas), certains manifestants ont exhibé des pancartes sur lesquelles ils ont écrit : “Nous ne sommes pas sortis pour notre ventre.” Ils ont illustré leurs propos par des images de la pomme de terre. Un autre a rappelé : “Notre objectif est de faire aboutir cette révolution.” Un carré de manifestants a choisi d’évoquer le sort des travailleurs en chômage technique ou menacés de perdre leur emploi. 

On a cité notamment l’Enie, Condor, l’ETRHB, l’Eniem, etc. D’autres se sont inquiétés du sort des détenus politiques et d’opinion, à l’instar de Karim Tabbou, d’Abdelouahab Fersaoui, de Fodil Boumala, de Samir Belamri, etc.

 

 

 

M. OUYOUGOUTE


ARTICLES CONNEXES

  • GRANDE MOBILISATION HIER À TRAVERS LE PAYS
    Hirak : 50 vendredis et pas une ride

    Hirak : 50 vendredis et pas une ride

  • 50e marche du Hirak à alger
    La mobilisation ne faiblit pas

    Dès les premières heures de la matinée, un important dispositif policier a été déployé sur les principaux boulevards de la capitale. Cela n’a pas dissuadé les dizaines de milliers de manifestants de battre le pavé.

  • Une immense foule a investi hier la rue
    Marée humaine à Tizi Ouzou

    C’est encore une fois une impressionnante marée humaine qui a déferlé, hier, sur les rues de la ville de Tizi Ouzou pour prendre part à la 50e marche consécutive du vendredi pour exprimer son rejet catégorique


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER