Scroll To Top
FLASH
  • Éliminatoires de la CHAN 2018: L'Algérie éliminée après son nul au match retour face à la Libye (1-1)
  • Au match aller, les Verts avaient été battus à Constantine par deux buts à un.
  • Le but algérien inscrit au match retour (disputé à Sfax, tunisie) a été l'oeuvre de Bendebka à la 20'. Les libyens ont égalisé par El Lafi (45'+2)

A la une / Actualité

L’entrevue du premier ministre avec Édouard Philippe a provoqué une féroce levée de boucliers

Guerre ouverte contre Tebboune

© D.R.

Dans les chancelleries, c’est la mobilisation des “radars” pour essayer de capter les signaux à même de permettre de décoder une situation qui prête à inquiétude.

La rencontre, lundi, à Paris, entre le Premier ministre algérien, Abdelmadjid Tebboune, et son homologue français, Édouard Philippe, focalise tout l’intérêt des observateurs politiques, des analystes et des médias. L’entrevue, intervenue hors agenda officiel de Tebboune et à un moment de grandes tensions à Alger, est tout sauf un rendez-vous banal. Elle trahit, à travers les réactions qu’elle a suscitées, pour le moins qu’on puisse noter, l’existence de tiraillements plus ou moins violents au sommet de l’État.
Sinon, il transparaît comme un affrontement entre deux forces qui tentent de se neutraliser l’une l’autre. L’une, la plus visible, s’organise autour du Premier ministre qui a soutenu devant le Parlement qu’il a pour mission de séparer l’argent de la politique. Une feuille de route avalisée, avait-il précisé, par le président de la République. L’autre, dont on ne voit que les éléments agissants, est celle qui associe le patron du groupe ETRHB Haddad, le président du Forum des chefs d’entreprise (FCE), Ali Haddad, le frère conseiller du chef de l’État, Saïd Bouteflika, et, accessoirement, le secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Abdelmadjid Sidi-Saïd. L’opposition entre ces deux forces est si intense qu’elle n’a pu s’éviter un étalage sur la place publique.

Retour de flamme
Tout, en effet, dans ce qu’entreprend le Premier ministre est prétexte à estocade à son encontre. Sa rencontre avec son homologue français n’y échappe pas. Lundi, alors que la rencontre venait à peine de s’achever, une télévision, Ennahar TV, réputée entretenir une proximité avec Saïd Bouteflika, diffusait l’information, appuyée d’une assertion qui voudrait que la désormais fameuse entrevue de Matignon n’avait pas eu l’aval du chef de l’État. Ce qui veut dire qu’Abdelmadjid Tebboune prenait des initiatives sans l’aval de Bouteflika. La suggestion qui vient en filigrane est que si la rencontre a lieu à l’insu du chef de l’État, les autres décisions que le Premier ministre a prises auparavant le seraient tout aussi.
C’est assurément ces insinuations, pour ne pas dire accusations, qui ont fait réagir les services du Premier ministère qui, dans un communiqué concis, diffusé dans l’après-midi de lundi, informaient de la rencontre entre Abdelmadjid Tebboune, parti passé des vacances en France, et édouard Philippe.  “Durant son escale à Paris, le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, a été convié par son homologue français, édouard Philippe, à une rencontre informelle à l’hôtel Matignon”, notait le communiqué répercuté par l’agence de presse APS. Le communiqué vaut démenti officiel de l’assertion qui voulait faire accroire à une rencontre clandestine. Mais la communication, tardive, il faut le dire, des services du Premier ministère, ne dissuade pas les adversaires d’Abdelmadjid Tebboune qui, visiblement, sont farouchement décidés à en découdre. Leur détermination, leur puissance aussi, apparaissent à travers le traitement réservé par les médias audiovisuels au communiqué du Premier ministère, une des plus importantes institutions de la République.
La télévision et les radios publiques ont carrément zappé l’information dans leurs principaux journaux télévisés et parlés. Un passage sous silence qui ne peut qu’être ordonné d’“en haut”. Car, c’est un secret de Polichinelle, la gestion politique des médias lourds, notamment la télévision publique, relève, si ce n’est du chef de l’État lui-même, de sa sphère immédiate. D’anciens ministres de la Communication ont avoué, une fois hors orbite gouvernementale, n’avoir pas eu de prise sur la télé et les radios.

Qui des protagonistes agit au nom de Bouteflika ?
C’est tout le paradoxe de la situation : autant le Premier ministre que ses adversaires disent agir pour le compte du chef de l’État. Abdelmadjid Tebboune affirme suivre la feuille de route tracée par Bouteflika. Ses adversaires déclarent, eux, être les plus loyaux envers le Président dont ils ont soutenu la candidature. Ils l’ont répété plus d’une fois, depuis le fameux épisode de l’École supérieure de la sécurité sociale où le président du FCE était déclaré indésirable à la cérémonie que devait présider le Premier ministre.
La réaction du “patron des patrons” était de convoquer, avec l’aide du SG de l’UGTA, un conclave des signataires du pacte national économique pour la croissance. Une rencontre sanctionnée par une dénonciation du geste de Tebboune envers Haddad mais aussi par un rappel de l’adhésion au programme de Bouteflika. Les conclavistes ont pernicieusement travaillé à distinguer entre le chef de l’État et son Premier ministre. Les choses cependant n’en restèrent pas là. Le Premier ministre devait, quelques jours plus tard, tenter de calmer le jeu, en invitant les mêmes signataires du pacte national économique pour la croissance à une réunion préparatoire de la tripartite.
C’est Tebboune qui, ce jour-là, en maître de céans, a le plus parlé. Le président du HCE a gardé le silence. Et alors que d’aucuns croyaient la hache de guerre enterrée, voilà que, moins d’une heure après la réunion, à l’enterrement de l’ancien chef de gouvernement, Rédha Malek, au cimetière d’El-Alia, une mise en scène vient rappeler que l’incident de l’École supérieure de la sécurité sociale est loin d’être clos, surtout que le président du FCE et le SG de l’UGTA avaient toujours leur place dans la proche proximité du pouvoir. Cette mise en scène, qui avait pour but de délivrer un message, a impliqué Saïd Bouteflika qui a donné l’accolade à Haddad sous le crépitement des appareils photo et des zooms des caméras mais qui, mieux encore, lui a offert de le raccompagner dans le véhicule de la présidence de la République.
Largement commenté, cet épisode montrait clairement que le patron de l’ETRHB Haddad avait le soutien de Saïd Bouteflika qui, dans ce conflit, a pris publiquement position contre le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune. Ragaillardi, du moins rassuré par ce positionnement du frère cadet du Président, Ali Haddad osera la bravade contre Tebboune. Dans une publicité insérée dans certains journaux, il a dénoncé une cabale politique contre sa personne, laquelle, selon lui, avait commencé en 2014 déjà, lorsqu’il a soutenu la candidature de Bouteflika. Les rédacteurs de la publicité en question ont mentionné, délibérément, c’est sûr, l’existence d’un lien entre l’engagement de Haddad avec Bouteflika et les attaques qui le visent aujourd’hui. L’association de l’image de Saïd, le frère du Président, suggère l’idée que c’est le Premier ministre qui manque de discipline politique.
 

Et le Président dans tout cela ?
Avec les prolongements que connaît “l’incident” entre le Premier ministre et le président du FCE, c’est l’image du pays qui en prend un coup. Dans les chancelleries, c’est la mobilisation générale des “radars” pour essayer de capter les signaux à même de permettre de décoder une situation qui prête à inquiétude. Les diplomates en poste à Alger peinent à comprendre que la situation politique puisse s’enliser de la sorte sans que le chef de l’État intervienne pour mettre de l’ordre, arbitrer entre les protagonistes. À plus forte raison, quand les résistances à la feuille de route politique du Premier ministre prennent les allures d’une guerre ouverte qui se traduit, pour le moment, par un acharnement médiatique sans précédent contre Tebboune, un Premier ministre désormais dans l’œil du cyclone. Et qui, depuis avant-hier, se trouve soumis à une terrible pression.
Des allégations selon lesquelles Bouteflika aurait recadré son Premier ministre ont circulé hier. Mais aucune confirmation officielle de ce recadrage supposé dont on n’a d’ailleurs pas souligné la manière avec laquelle il a été opéré, Tebboune se trouvant, jusqu’à preuve du contraire, toujours en vacances à Nice.


Sofiane Aït Iflis


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER