Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Grand défenseur des causes perdues

Jacques Vergès a disparu un certain 13 août

©D. R.

Il y a trois ans, disparaissait Jacques Vergès, l’anticolonialiste qu’on qualifiait d’avocat des “causes perdues”. Me Jacques Vergès, dit “Mansour”, décédé le 13 août 2013 à Paris, a été l’un des grands avocats français de son temps, bien que n’étant pas “très ami” avec beaucoup de monde, notamment ceux qui lui reprochaient d’avoir acquis sa célébrité en défendant Djamila Bouhired et le FLN. Jacques Vergès fut celui qui avancera : “Nous savons aujourd’hui que démocratie et droits de l’Homme ne sont pas synonymes.”
Convaincu, il osera défendre le nazi Klaus Barbie, Carlos, Omar Raddad, etc. “Plus l’accusation est lourde, plus le devoir de défendre est grand”, déclarait-il en 2002. L’homme s’est fait non seulement plein d’amis à travers le monde, mais également beaucoup d’ennemis, il le savait. Il avait aussi ses relations dans les pays de l’Est et fut un homme de culture passionné de théâtre et de littérature à laquelle il consacrait beaucoup de son temps. Homme de gauche et farouche opposant aux idées colonialistes et de domination, il a vécu son siècle, comme témoin, comme acteur, comme il l’avait voulu, hors du commun.
En 2011, il avait condamné l’agression contre la Libye. C’est lui qui dira, à propos des massacres du 8 Mai 1945 en Algérie : “Le crime du 8 Mai est imprescriptible, il n'a pas été amnistié puisqu'il n'a pas été reconnu, seules les victimes ont été poursuivies, un procès est donc toujours possible, soit devant une cour algérienne, soit devant la Cour pénale internationale.”
Pour lui, “la France, non pas celle qui ordonne de glorifier la colonisation dans les livres scolaires, mais celle du discours de Phnom Penh, celle qui a refusé l'agression contre l'Irak, celle qui a reconnu ses responsabilités envers les juifs livrés aux nazis fût-ce par un gouvernement illégitime, cette France-là s'honorerait en reconnaissant sa responsabilité dans les massacres du 8 Mai1945 et sa dette envers le peuple algérien” (Liberté du 9 mai 2015).
Sur le même sujet, toujours à Guelma, il y a quelques années, taquinant à sa manière le colonel Montagnac, le comte d’Hérisson, le général de Saint Arnaud et enfin le maréchal Bugeaud, ce dernier disait : “Il faut une grande invasion en Afrique qui ressemble à ce que faisaient les Francs, à ce que faisaient les Goths”, expression, dira-t-il, de “l’humanisme occidental”.

B. NACER


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER