Scroll To Top
FLASH
  • 14 contrebandiers arrêtés et cinq véhicules tout-terrain saisis au Sud (MDN)
  • Les fumeurs dans les places publiques passibles d'une amende de 2000 à 5000 DA (APS)
  • Un puissant séisme de magnitude 7,8 au large du Japon (Agences)
  • Méditerranée: plus de 4000 migrants secourus, 17 morts (AFP)

A la une / Actualité

Daho Ould Kablia répond à Ghozali

“Je ne connais du FD que celui qui le préside”

“Il a du temps à perdre ! Et je ne connais de ce parti que celui qui le préside, en l’occurrence Ghozali”. C’est ainsi qu’a répondu hier le ministre de l'Intérieur et des collectivités locales, Daho Ould Kablia, aux déclarations du président du Front démocratique (FD), Sid Ahmed Ghozali, qui a soutenu que son parti “est agréé par la force de la loi”. Intervenant dans une déclaration à la presse en marge d'une séance plénière du Conseil de la Nation consacrée au vote du projet de loi relatif à la wilaya, le ministre de l’intérieur a appelé les fondateurs de cette formation politique à la tenue d'un nouveau congrès et à l'actualisation du dossier d'agrément de manière qu'il soit conforme aux dispositions de la nouvelle loi organique relative aux partis politiques. Dans le même ordre d’idées, le membre du gouvernement a annoncé la remise probable, mercredi prochain, d'autorisations à des partis en cours de constitution pour tenir leurs congrès constitutifs.” “Comme je l'avais déclaré la semaine dernière, il existe une liste de partis dont les dossiers sont en cours d'examen et dont les noms seront probablement communiqués mercredi prochain”, a noté Ould Kablia. Selon le ministre, certains dossiers ont été finalisés alors que d'autres ne le sont pas encore. “Tous les Algériens désireux de créer des partis peuvent déposer leurs dossiers”, a expliqué à ce sujet le ministre faisant observer que “c'est le peuple qui donne la vie aux partis et non l'agrément”. Intervenant à propos du rôle de la commission nationale de supervision des élections, composée exclusivement de magistrats, il a indiqué qu’ “un règlement intérieur de cette commission était en cours d'examen au niveau du ministère de la Justice”, tout en soutenant que  “cette commission est soumise aux lois en vigueur”. À une autre question sur la demande formulée par un juge d'instruction français aux autorités algériennes concernant la mise en place d'une commission rogatoire pour enquêter dans l'affaire de l'assassinat des moines de Tibhirine (Médéa) en 1996, le ministre a souligné qu'il existe des lois internationales en la matière et que le ministère de la Justice était dûment habilité pour examiner cette demande.


N M