Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Accompagné de cadres de l’UDS

Karim Tabbou chez Benflis

©D.R.

 Le coordonnateur et porte-parole de l’Union démocratique et sociale (UDS), Karim Tabbou, s’est entretenu, hier, avec le président de Talaiou El-Houriyet, Ali Benflis. L’entretien a eu lieu au siège de Talaiou El-Houriyet. Karim Tabbou était accompagné d’une délégation de cadres de son parti en voie de constitution. Ali Benflis était, lui, entouré de membres du bureau politique de son parti, dont il a déposé au courant de ce mois de janvier le dossier d’agrément auprès des services concernés du ministère de l’Intérieur. Dans un communiqué parvenu à la rédaction, Talaiou El-Houriyet a informé qu’“Ali Benflis et Karim Tabbou ont procédé à un échange de vues et d’analyses au sujet de la situation générale prévalant dans le pays dans ses dimensions politique, économique et sociale”, soulignant que “cet échange de vues et d’analyses a été caractérisé par une large convergence quant à la nature, aux causes et aux voies de dépassement de la crise globale à laquelle est confrontée la nation”. Le même communiqué a précisé que, par ailleurs, le président de Talaiou El-Houriyet “a saisi cette occasion pour renouveler à Karim Tabbou et à travers lui à l’Union démocratique et sociale et à l’ensemble de ses militants, sa solidarité, ainsi que son soutien sans réserve dans leur démarche visant à exercer leur droit politique et constitutionnel de créer un parti politique leur permettant de défendre leurs choix et leurs convictions politiques”, et a, en même temps, “profondément déploré les obstacles de diverses formes que l’appareil politico-administratif érige sur la voie de la création de l’UDS en violation flagrante de la Constitution et des lois de la République”. Pour rappel, le projet de Karim Tabbou de structurer un parti politique est toujours bloqué. Karim Tabbou avait eu à dénoncer publiquement des négociations en sourdine entre son ancien parti, le FFS, et le pouvoir. “Le dossier de l’UDS est l’otage d’arrangements politiques”, avait-il accusé. 


S. A. I.



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER