Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Lundi, 09 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

RENCONTRE INÉDITE À ALGER DES MAE DE LA RÉGION

L’UMA se retrouve après le Printemps arabe

Par : Rédaction Nationale

C’est une réunion inédite qu’abritera Alger aujourd’hui. Les chefs de la diplomatie maghrébine y discuteront sur “les menaces qui pèsent sur la sécurité dans la région du Maghreb et la définition des grands axes de coopération dans ce domaine”. Inédite, pour plusieurs raisons.

D’abord, parce qu’elle intervient au lendemain du Printemps arabe qui a propulsé au pouvoir des gouvernements islamistes dans la région. L’Algérie, qui abrite la rencontre d’aujourd’hui, sera la seule à avoir résisté à ce vent de changement. Elle risque d’être isolée, sinon affaiblie au milieu de cette nouvelle alliance islamiste qui la cerne de toutes parts.
Mourad Medelci n’aura certainement pas de large marge de manœuvre, mais il sait que le Maghreb ne se fera jamais sans l’Algérie. Au pire des cas, il pourra faire, comme l’a déjà fait le voisin marocain, en gelant les activités de l’UMA, puisque les statuts de cette dernière le permettent.
Mais on en n’est pas encore là. C’est juste que la diplomatie algérienne aura fort à faire avec de nouvelles têtes, issues de formations islamistes et qu’il va falloir apprendre à composer avec elles.
Si avec les islamistes du Maroc, le courant passe plutôt bien, du moins officiellement, puisque les deux pays ont multiplié les rencontres et les gestes d’apaisement depuis la formation d’un gouvernement islamiste proche du palais royal, il n’en demeure pas moins que “les choses qui fâchent” sont toujours là, comme une bombe à retardement qui pourrait, à tout moment, démolir ce qui a été entrepris ces derniers mois.
N’empêche, les Algériens et les Marocains se connaissent assez bien pour ne pas s’attendre à des surprises de part et d’autre.
La Mauritanie, également, ne devrait pas poser de grands soucis à la diplomatie algérienne, sachant l’étroite coopération, notamment en matière de lutte antiterroriste entre les deux pays.
Ce qui n’est pas le cas pour la Tunisie, où le président Marzouki a du mal à s’affranchir de la mainmise d’Ennahda, lui qui a réussi à arracher l’accord de principe des leaders maghrébins pour la tenue d’un sommet de l’UMA en octobre prochain à Tabarka.
Le dernier épisode lié à l’extradition de l’ex-Premier ministre libyen aura été la goutte qui a fait déborder le vase, poussant le président tunisien à se mettre “en grève”. Incroyable mais vrai ! C’est que les prérogatives du président tunisien sont quasi nulles aux yeux d’Ennahda qui contrôle le gouvernement. Cette situation pose problème pour Alger qui ne voudrait surtout pas s’immiscer dans les affaires internes de la Tunisie, mais qui aimerait bien savoir qui du président ou du Premier ministre tunisiens prendre au sérieux. Les deux étant provisoires en attendant la promulgation de la nouvelle Constitution et l’organisation d’élections générales.
La plus grande inquiétude vient de la Libye Hasard du calendrier, la réunion d’Alger se tient au lendemain de la première élection législative libre en Libye. Laquelle a été émaillée d’incidents et surtout, ne permet pas, en l’état actuel des choses, de dire si la Libye a, enfin, tourné la page du conflit armé. Les conséquences du conflit libyen ont été grandement ressenties par ses voisins, en particulier le Mali, l’Algérie et la Tunisie.
Les Touareg, jadis soutenus par Kadhafi, sont rentrés au nord du Mali, avec armes et bagages, pour proclamer un État indépendant dans le Nord, ajoutant à la confusion générale qui y régnait, à cause de la présence de groupes terroristes, une situation inédite dont la communauté internationale reste incapable de démêler l’écheveau. Les armes libyennes sont tombées entre les mains de groupes terroristes et ce qui reste de l’arsenal de l’armée de Kadhafi n’est toujours pas répertorié, encore moins récupéré. Si l’on ajoute la prédominance des milices armées dans un pays qui n’a jamais fonctionné avec des institutions normales, l’on est en droit de s’interroger sur les capacités des autorités actuelles de Tripoli à maîtriser, dans des délais raisonnables, la situation sécuritaire interne.
Toutes ces considérations font que la rencontre d’Alger risque d’être une simple formalité, sachant que les questions de sécurité sont gérées ailleurs. Pour le cas malien, il existe le comité des pays du Champ, sans compter la communauté de l’Afrique de l’Ouest. Quant à la Libye, l’Otan et les pays qui ont pris part à la destitution de Kadhafi s’en chargent, en principe.


A. B.

 

Commentaires 

 
#6 Diab 10-07-2012 09:43
Le seul pays en Afrique qui reste partiellement colonisé est le Maroc avec les villes de Ceuta et Melila, et qui ne se soucie guère.
Le seul pays d'Afrique du nord qui a des problèmes avec ses voisins est le Maroc, alors qu'il n'a que 02 voisins (l'Algérie et les territoires du Sahara Occidental).
Sur les six voisins de l'Algérie, seul le Maroc pose problème.
Le Maroc veut annexer les territoires de l'Algérie et du Sahara Occidental, alors que sur son propre territoire en 2012, 02 de ses villes sont colonisées.

Le Makhzen a oublié que depuis que les chinois ont inventés la poudre, les empires ont cesses leur expansionisme.
 
 
#5 Mlih4444 09-07-2012 22:07
Vive le Maghreb et nos frères voisins
 
 
#4 mohammed0 09-07-2012 19:51
sans une inplication serieuse du regime algerien et une vision pragmatique loin de l'ideologie revolutionomili taire genre annèes 70.. totalement depassès par le temps et par la situation actuelle de la region..rien ne se passera rellement.. la tunisie et le maroc synthonisès sur beaucoup de questions se heurtent a une algerie qui a une relle difficultè avec une veille classe dirigente encore a utiliser la demagogie postcolonial pour rester et justifier son pouvoir....
 
 
#3 taxibleu 09-07-2012 18:58
ils ont profite de notre decenie noir pour se faire meilleure image et maintenant ils cherchent l union avec nous .moi je prefere chacun continue son chemin c a leur tour de vivre les crises de revolution et c notre tour de progresser vers la paix et le devellopoement.
 
 
#2 Boumediène Vaillant 09-07-2012 16:12
Sans réelle solution du Sahara occidentale, et la rivalité de voisinage, on souffle et pour longtemps dans un tambour creux.
 
 
#1 mecipsa 09-07-2012 12:45
C'est un bon début, si cela débouche sur quelque chose de concret qui peut permettre la stabilité de la région de l'Afrique du nord, surtout que les gouvernements s'implique d'avantage dans les luttes intestinales qui exacerbes et polluent l'atmosphère de la région de l'Afrique du nord dans tout les domaines et compris la drogue Marocaine.
 
DIlem
DILEM DU 25 OCTOBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos