Scroll To Top
FLASH
  • Chutes de neige: plusieurs routes bloquées à Batna (gendarmerie nationale)
  • Dix nouveaux décès dus au coronavirus MERS ont été enregistrés en une semaine en Arabie saoudite (Agences)
  • Avalanches en Afghanistan: le bilan atteint plus de 250 morts (officiel)
  • Plus de 25.000 égyptiens ont quitté la Libye (officiel) 
  • Tunisie: treize terroristes, dont 5 femmes arrêtés à Kasserine (agence) 
  • Corée du Sud: quatre morts dans une fusillade   

A la une / Actualité

Actualité

La Coordination locale des étudiants appelle à la mobilisation

La Coordination locale des étudiants de Béjaïa a, par le biais d’une déclaration rendue publique hier, appelé les étudiants à la mobilisation et à l’auto-organisation et a tenu à dénoncer l’impunité des responsables des incidents vécus à la fin de l’année écoulée, les nouvelles mesures engagées par l’administration et la menace de suppression de la mixité au sein des résidences universitaires. Dans le document, les étudiants de Béjaïa ont d’emblée rappelé que suite aux incidents qui ont secoué l’université de Béjaïa à la fin de l’année, les vrais responsables sont restés impunis malgré la marche du mois de juin dernier organisée pour dénoncer les actes de vandalisme auxquels se sont livrés un groupe d’étudiants et d’extra-universitaires. “Aujourd’hui, des responsables complices continuent leur fuite en avant en savourant en toute quiétude leur impunité, après avoir sacrifié aux mains de la justice quelques boucs émissaires, qui ne sont en fait que l’arbre qui cache la forêt”, écrivent les étudiants de Béjaïa qui qualifient les nouvelles mesures engagées par l’administration de “mesures carcérales et policières”. Selon eux, l’administration, au lieu de répondre aux aspirations des étudiants, “continue ses attaques contre eux” en procédant à “l’exclusion des étudiants de la pédagogie et des résidences universitaires, la sélection et la limitation de l’accès au mastère, la limitation d’accès aux résidences qu’aux étudiants résidents et l’installation de caméras de
surveillance, etc.”. Des décisions qui, selon cette coordination, constituent “une atteinte aux libertés individuelles”.
Aussi, les étudiants de Béjaïa ont tenu à dénoncer la menace de suppression de la mixité considérée comme l’un de  leurs derniers acquis majeurs sur le plan des libertés. Pour eux, la mixité “n’a jamais été à l’origine de la corruption, et encore moins de la violence, comme l’a explicitement prétendu le wali de Béjaïa”, et une comparaison avec le reste des universités du pays prouve le contraire.
La Coordination locale des étudiants de Béjaïa, qui accuse la tutelle de vouloir normaliser leur université “en imposant un contrôle sur les étudiants et leurs structures revendicatives”, a, à cet effet, appelé les étudiants à la mobilisation et à l’auto-organisation autour des comités de résidence et de département, élus et révocables démocratiquement.

H. K