Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Mardi, 05 Juin 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Approche par compétence

La formation professionnelle algérienne profite de l’expérience canadienne

Par : Djazia Safta

La cérémonie de clôture du projet portant appui à l’introduction de l’approche par compétence (APC) dans la formation professionnelle, qui a vu le jour en 2004, a eu lieu, hier, au centre de formation et de l’enseignement professionnels, à Alger.

La rencontre a permis aux participants de faire le point sur cette nouvelle approche qui entre dans le cadre de la réforme du système de formation professionnelle en Algérie et qui intervient dans le cadre de la coopération algéro-canadienne.
La démarche entreprise, il y a 10 ans, s’articule autour de deux axes s’inscrivant dans la transition vers une économie de marché. Le principe conclu entre l’Algérie et le Canada a donné lieu à une collaboration entre les deux pays qui se divise en deux phases. L’objectif ultime se traduit par l’expérimentation de l’APC qui est basée sur quatre grandes étapes qui sont, la détermination des besoins en compétences, la transposition des compétences dans une démarche de formation, le développement des compétences puis l’évaluation des compétences.
“L’économie algérienne vise à se diversifier, ce qui entraîne des ajustements importants au niveau de la formation de sa main-d’œuvre. Pour répondre à ces défis, elle a sollicité l’expertise canadienne et un appui stratégique pour une réingénierie de la formation professionnelle en Algérie”, a déclaré Geneviève des Rivières, ambassadeur du Canada à Alger. Pour sa part, le ministre de la formation et de l’enseignement professionnels a souligné que “c’est une formation graduelle et ciblée. C’est une autre approche de la formation professionnelle”. Il a ajouté que “cette formation, qui a déjà fait ses preuves au Canada, a été adaptée selon les besoins du marché algérien. L’APC donne à nos stagiaires l’opportunité d’être plus compétitifs sur le marché du travail”.
Le ministre a fait savoir qu’une rencontre est prévue, dimanche prochain, entre lui et l’ambassadeur du Canada pour lancer l’enseignement à distance. Car, a-t-il indiqué, le canada est leader aussi dans le secteur. Le projet APC a concerné quatre centres de formation professionnelle à travers le territoire national dans les domaines des arts et industries graphiques, froid et climatisation, gestion
des ressources en eau et mécanique automobile, ce qui a permis à 150 stagiaires de bénéficier de la formation, ainsi que 125 cadres de
l’Ifep et 6 autres de l’Erpeq aptes à animer des sessions de formation de deux à trois jours.
La formation a coûté 10 millions de dollars canadiens et a été financée à 100% par la partie canadienne.


D. S.

 

Commentaires

 
#5 lad jladj miloud 24-04-2013 16:21
wallah rien que du khorti
l'apc ,il lui faut des moyens tres grands elle s'apllique dans les pays ou il n'y pas de voleur
quand l'etat debourse de l'argent c'est acheter des equipements neufs et non occasion et attache l'importance à la formation des formateur et exige des stages chez les fournisseurs pour les coincernés et non pour les gens qui n'ont rien à voir avec la formation et une documentations technique consequente pour le suivi du matérie .... enfin ras. et sans commentatires!! !!!!!! biled el 3adjayeb
 
 
#4 mms 06-06-2012 20:57
ton que ceministre se trouve a la tete de la FP elle ne voie pas le jour
 
 
#3 fire 06-06-2012 11:25
des jeunes qui sort de l'école a l'age de 15,16,17ans pour les jettes a la débauche ou bien les donné les moyens comme un fourgon de transport sans même pas savoir de quoi marche t'ils,la formation professionnelle et une écoles de formation obligatoire après un déficits a l'école,mois personnellement messieurs le ministre cette formation c'est une éducation continue c'est un équilibre pour un adolescent c'est un gagne de temps pour un embouche exacte c'est une ANEM des jeune .
 
 
#2 elmehboul 05-06-2012 19:17
Ce qui pensent aleur avenir se sont deja cassé du bled . Un pays ou on oblige les jeunes a faire la greve de la faim toute la journée meme s'ils n'ont rien a voir avec cette p... de religion; un pays ou rabbi est omnipresent sans l'etre vraiment ; un peuple abruti par le pouvoir du FLN ..... circuler , y'a rien a voir dans ce pays.
 
 
#1 BLABLA 05-06-2012 13:55
La formation professionnelle ,approche par compétence,acco rds avec les étrangers et......et.........
Que de beaux termes qu'on entend de temps en temps jaillir du ministre de la formation professionnelle algérien,mais quand on cherche sur le terrain,surpris e,désert!!!
Il est presque impossible de trouver en Algérie,un maçon,un électricien,un plombier,....compétent qui travaille selon les règles de l'art.Alors,on se demande pourquoi un tel ministère qui a prouvé son fiasco a mettre sur le marché algérien des diplômés compétents avec des métiers valables!
On veut des résultats Mr Ould Khaldi et non pas des paroles et jusqu'à présent ton ministère est une carcasse son âme.
 
DIlem
DILEM DU 01ier OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos