Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Isabelle Ribot, gestionnaire des projets auprès de l’Union européenne

“La motivation et l’adhésion sont les enjeux majeurs du programme”

© S. H. Liberté

Liberté : L'Union européenne a déjà expérimenté le programme-type dans d'autres pays. Quels sont ses principes de base ?
Isabelle Ribot : Comme vous le savez, l'Union européenne est très attachée à la démocratie. Elle a d'ailleurs lancé une campagne #EU4Democracy afin de continuer à sensibiliser les citoyens sur le fait que la démocratie est un engagement sans cesse renouvelé et jamais un acquis. Le droit des citoyens de participer à la gestion des affaires publiques fait partie des principes démocratiques communs. La commune constitue le niveau de pouvoir le plus proche des préoccupations du citoyen. Le principe de “Démocratie locale” permet donc aux citoyens d’avoir la possibilité d’influencer les réponses aux questions qui les concernent.      

Globalement, quels résultats ont été obtenus dans les pays où le projet a été appliqué et pensez-vous qu'il aboutira à un bilan similaire en Algérie ?
Chaque expérience est unique et dépend de facteurs multiples. Chaque pays trouve sa façon de s’organiser. Il y a cependant certains points communs. On constate, depuis les 50 dernières années, un renforcement du positionnement et du niveau de responsabilité des collectivités territoriales en Europe, qu’elles soient locales ou régionales et, en parallèle, une évolution du concept “classique” de démocratie. L’implication de la population locale se trouve au cœur de la philosophie du programme, qui se fonde sur l’échange de biens et de services. Le projet a été sélectionné dans le cadre des meilleures pratiques du Prix européen pour le secteur public / European Public Sector Award 2015.

Le CapDel est certes à sa phase de démarrage. Quelles contraintes avez-vous déjà identifiées dans son exécution ?
Tout programme de réforme, toute entreprise à vocation participative ou démocratique est un processus en perpétuelle mutation et demande l'adhésion renouvelée et l'engagement de tous vers un changement de culture de la relation entre administrateurs et administrés. Ce sont ces enjeux de motivation, d'adhésion des citoyens et d'engagement et d'acceptation que les solutions ne sont pas uniquement celles qui nous viennent à l'esprit qui présentent les enjeux majeurs du CapDel (…) Quand on a en effet dix projets, on ne peut en financer que deux et il y a parfois des choix très pénibles à faire.
Un autre problème fréquemment rencontré est que les collectivités territoriales et les services publics ne parviennent pas à apporter une solution immédiate aux problèmes identifiés. Il faut en effet du temps pour moderniser les services publics, il faut du temps pour que les citoyens voient l'impact des investissements financiers. Souvent les citoyens se désintéressent de la participation publique car ils sont découragés de ne pas voir de réalisations immédiates. C'est ce risque qu'il faudra surmonter.


S. H.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER