Une des deux boites noires de l'appareil du vol AH5017 qui s'est crashé jeudi dans le nord du mali a été retrouvée vendredi (le ministre des Transports, Amar Ghoul) Crash de l'avion affrété par Air Algérie : le président Bouteflika décrète un deuil national de trois jours Crash de l'avion espagnol affrété par Air Algérie: Aucun survivant, l'épave retrouvée L'avion de la compagnie espagnole Swift Air affrété par Air Algérie s'est écrasé au Mali (Lamamra)  Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Samedi, 23 Février 2013 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Assassinat de Chokri Belaïd

La police a procédé à des arrestations

Par : R. I./Agences

Les autorités tunisiennes ont annoncé jeudi des arrestations dans l’affaire de l'assassinat de l'opposant anti-islamiste Chokri Belaïd, plus de deux semaines après le meurtre qui a plongé le pays dans la tourmente. Le chef du Parti des patriotes démocrates unifié (PDPU) avait été abattu le 6 février de trois balles tirées à bout portant devant son domicile à Tunis. “L'enquête a bien progressé au point d'arriver à l'arrestation de suspects”, a déclaré à la presse le ministre de l'Intérieur, Ali Larayedh, sans préciser l'identité ou le nombre des personnes arrêtées. “L'enquête n'a pas abouti encore à l'identification du tueur, de ceux qui sont derrière cet assassinat et des mobiles”, a ajouté M. Larayedh, se refusant de donner plus de détails par respect du secret de l'instruction. Jusqu'à cette annonce, le long silence sur l'enquête avait nourri les spéculations dans un pays plongé dans une crise politique sans précédent depuis la révolution, qui s'est traduite par la démission du Premier ministre Hamadi Jebali. Ainsi, le journaliste Jamel Arfaoui assurait mercredi au micro de Shems FM que l'assassin avait été identifié : “Un ancien criminel en cavale devenu membre d'une cellule salafiste”, a-t-il affirmé en citant “une source du ministère de l'Intérieur”. “Intox et informations erronées”, a répondu Lotfi Hidouri, un conseiller du ministère, ajoutant que les enquêteurs étaient “partis sur de nombreuses pistes” et qu'ils avaient “beaucoup avancé” tout en invoquant lui aussi le secret de l'instruction.
Les compagnons de Chokri Belaïd, pourfendeur des islamistes, s'inquiètent pour leur part du fait que les ministres de l'Intérieur et de la Justice, deux dirigeants du parti islamiste Ennahda au pouvoir, puissent contrôler l'enquête. “Nous n'avons aucune confiance” dans les deux ministères, a déclaré Zied Lakhdhar, un cadre du PDPU, estimant que le meurtre n'était “pas l'œuvre d'individus mais d'un réseau disposant d'appuis logistiques”.
Ennahda a été montré du doigt et son chef, Rached Ghannouchi, traité  “d'assassin” après le meurtre qui a choqué le pays, provoqué des émeutes et exacerbé une crise politique culminant mardi avec la démission du chef de gouvernement, l'islamiste Hamadi Jebali, deux ans après la révolution de 2011. Sur la défensive, Ennahda a démenti toute implication dans l'assassinat. Et en recevant la semaine dernière une délégation de députés français, le parti islamiste a demandé conseil sur la mise en place d'une commission d'enquête parlementaire.
Avant sa démission, M. Jebali a prédit “des révélations graves”, mais l'opposition, sceptique, attend la nomination de personnalités indépendantes aux ministères de l'Intérieur et de la Justice. “Nous sommes inquiets, j'ai le sentiment qu'on veut escamoter la vérité et épargner les vrais commanditaires”, a déclaré à l'AFP Mohamed Jmour, numéro deux et avocat du PDPU. “Le juge d'instruction a auditionné des témoins, sans révéler la moindre information”, a-t-il ajouté, s'étonnant de “fuites” dans les médias sur la filière salafiste. “Je ne défends pas les salafistes mais de son vivant, Chokri Belaïd ne s'en était jamais pris à eux, il les a même défendus devant la justice”, a ajouté Me Jmour, expliquant que des avocats avaient constitué un “comité de défense du martyr” en vue de saisir la justice internationale. Opposants et organisations internationales ont aussi demandé une enquête indépendante. “Une parodie d'enquête ne suffira pas”, a prévenu Amnesty International.


R. I./Agences

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 24 JUILLET 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos