Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Jeudi, 16 Août 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

M. Liès Kerrar, P-DG Humilis Corporate Finance, à “LIBERTÉ”

La valeur du dinar est en train de baisser

Par : Meziane Rabhi

Liès Kerrar revient sur les conséquences de la dépréciation du dinar par rapport au dollar, mais également par rapport à l’euro. Il estime que des budgets équivalents à celui de 2012 ne s’équilibrent qu’à un prix du baril du pétrole à 140 dollars. Mais ils ne sont pas soutenables à long terme, quelle que soit la conjoncture pétrolière.

Liberté : Quelle est votre analyse sur la dernière dépréciation du dinar ?

Liès Kerrar : Ce qui est observé depuis un peu plus de deux mois, c’est une dépréciation du dinar tant par rapport à l’euro que par rapport au dollar américain. C’est donc, une dépréciation qui ne peut être expliquée par la fluctuation du cours de l’euro par rapport au dollar, mais une réelle baisse de valeur de la monnaie.

Quelles en sont les conséquences sur notre économie ?
L’effet le plus évident est celui sur l’inflation. Quel est donc le contexte de l’inflation observée actuellement ? Selon des données publiées par l’ONS, nous connaissons depuis le début de l’année des niveaux d’inflation sans précédent. À fin juin 2012, l’inflation nationale annuelle, c’est-à-dire les variations des prix entre juin 2011 et juin 2012, est de 8,7%.
Cela veut dire qu’à la fin juin, les prix, selon l’indice calculé par l’ONS, étaient plus élevés de 8,7% par rapport à la même date l’année précédente. Ce qui coûtait 100 DA en mai 2011, coûtait 108,70 DA en juin 2012. Si on veut observer la tendance économique, c’est la mesure de l’inflation la plus simple à appréhender.
On compare le niveau des prix par rapport au même mois de l’année précédente. L’inflation calculée de cette manière, depuis janvier 2012, se situe dans une fourchette comprise entre 9% et 12% (voir graphique). Elle a atteint un pic de 11,9% en avril 2012. En 2011, elle se situait dans une fourchette de 4% à 8%. Après avoir connu près d’une décennie (jusqu’à 2009) d’inflation affichée contenue en dessous de 5%, celle-ci a dépassé, pour la première fois, 10% cette année. D’où vient cette inflation ? Ce que l’on observe aujourd’hui, ce n’est pas une inflation conjoncturelle.
Tout comme l’a mentionné la Banque d’Algérie dans son rapport annuel, c’est une inflation due à des facteurs fondamentaux qui créent une tendance qui dure. Le premier facteur est lié au coût des importations.
En effet, au niveau des coûts, une série de mesures ont augmenté le coût des importations, que ce soit les frais supplémentaires directs relatifs au crédit documentaire (0,4% à 1,3%), la taxe à l’importation des services (3%) ou ceux ayant un rapport avec les autres démarches liées à l’importation (certificat de conformité par exemple), ainsi que l’augmentation induite du besoin de fonds de roulement. Compte tenu de la part importante des importations, cette augmentation des prix à l’importation a eu un effet domino sur les coûts et les marges des produits et services locaux.
Prenons l’exemple des produits agricoles locaux. Dans le coût des produits, il y a la part qui a subi l’inflation des coûts à l’importation, que ce soit les semences, les engrais ou l’amortissement des équipements.
Ensuite, l’agriculteur, tout comme le grossiste et le détaillant, consomme des produits importés comme tous les Algériens. Il va donc aussi prendre une rémunération plus élevée pour pouvoir maintenir son pouvoir d’achat. C’est ça l’effet domino.
L’autre élément que la Banque d’Algérie a cité de façon pertinente dans son rapport annuel est le niveau de concurrence. L’instauration de l’obligation du crédit documentaire et les autres mesures visant “l’assainissement du commerce extérieur”, qui, au demeurant, peuvent être justifiés dans certains secteurs, ont eu pour effet collatéral naturel de réduire le nombre d’acteurs et, ainsi, la concurrence.
Or, c’est la concurrence qui permet de maintenir les prix bas. Enfin, la masse monétaire a augmenté de 24% en 2011, beaucoup plus que l’augmentation des richesses du pays.
C’est le résultat de la hausse des salaires et des autres transferts sans lien avec l’augmentation de la productivité. Dans ce contexte, la dépréciation du dinar, si elle n’est pas de courte durée (c’est-à-dire si le dinar ne se redresse pas dans les mois à venir), aura pour effet d’alimenter cette inflation.

Quel serait l’impact de la rigueur budgétaire que le gouvernement compte introduire dans l’avant-projet de la loi de finances 2013 ?

Je n’ai pas eu accès à ce document pour pouvoir le commenter. Le projet de la loi de finances pour 2013 devrait être débattu à l’APN, et ce document devrait normalement être public et disponible à tous lorsqu’il sera déposé à l’assemblée.
À ce moment-là, les analystes pourront commenter la forme de la “rigueur budgétaire” annoncée. Ce qui est évident, c’est que des budgets équivalents à celui de 2012 qui ne s’équilibre qu’à un prix du baril du pétrole à 140 dollars (75 dollars pour les seules dépenses de fonctionnement) ne sont pas soutenables à long terme, quelle que soit la conjoncture pétrolière.
Au-delà de l’exercice budgétaire, il y a aussi un consensus des analystes économiques sur le besoin de profondes réformes pour avoir un environnement d’affaires qui permette de créer de la richesse en dehors de la rente pétrolière.


M. R.

 

Commentaires 

 
#10 oxo 18-08-2012 09:32
Bonjour,
on voit ici et là des commentaires dénigrant les Algériens tels que celui de paris16 ... Les Algériens ne sont pas des fainéants mais des gens comme paris16 sont des agitateurs, pseudo bien pensants à la critique facile. L'Algérie n'a pas besoin de tels personnes. Si vousê êtes cohérents, quittez donc l'Algérie et allez vivre ou survivre ailleurs si cela n'est pas déjà fait. A bon entendeur, salut.
 
 
#9 paris 16 18-08-2012 09:07
Citation en provenance du commentaire précédent de reda94:
paris 16 c est toi le bras casse car avec un pseudo comme le tiens soit t un fils a papa qui vit dans la 16 ou alors vu l orthographe de tes post une personne qui a un complexe d inferiorite certe l algerie a des defauts mais en aucun cas il faut y associer les algeriens car si on est des bras casses alors qu est qu on fait a la nasa ...

Citation en provenance du commentaire précédent de reda94:
paris 16 c est toi le bras casse car avec un pseudo comme le tiens soit t un fils a papa qui vit dans la 16 ou alors vu l orthographe de tes post une personne qui a un complexe d inferiorite certe l algerie a des defauts mais en aucun cas il faut y associer les algeriens car si on est des bras casses alors qu est qu on fait a la nasa ...

on peut etre a la nasa et etre balayeur,a la nasa toutes les professions sont representees
 
 
#8 benah 17-08-2012 11:18
comment savoir la manière dont sont gérés les budgets des institutions de l'état?
quelle stratégie de la planification économique que l'état prévoit pour arriver à ce que la société Algérienne devienne active?
quelle stratégie doit on ériger pour combattre cette mendicité à grande échelle car nos institutions économiques ne produisent rien du tout et ne demande que l'aide de l'état?
la mauvaise gouvernance a cassé tout ce qui est productif et avantage l'importation plutôt que l'investissement au su et au vu du monde entier.
 
 
#7 fgouraya 16-08-2012 23:39
tant que l'on restera sur le concept seculaire de l'ecommie de rente propre au systeme autocratique
il est à douter que l'algrrie entre dans une ere de modernite.
Tant que l'impot sera leve !!!!! hamdullah
 
 
#6 reda94 16-08-2012 18:45
paris 16 c est toi le bras casse car avec un pseudo comme le tiens soit t un fils a papa qui vit dans la 16 ou alors vu l orthographe de tes post une personne qui a un complexe d inferiorite certe l algerie a des defauts mais en aucun cas il faut y associer les algeriens car si on est des bras casses alors qu est qu on fait a la nasa ...
 
 
#5 Reda16 16-08-2012 17:49
Le probleme, c'est que les décennies de faineantises encouragées par les gouvernements succèssifs (juste par populisme) devient aujourd'hui un fardeau insupportable pour la majorité de la population et en même temps insoluble pour le gouvernement (effet boomerang) : personne ne peut faire remettre les algériens au travail au risque de générer l'anarchie totale. L'argent facile c'est la règle et c'est partout. L'inflation? Il n'y a que ceux qui se rémunèrent par un salaire (employés) qui la ressentent.
Faire serrer la ceinture aux algériens, "t'es malade!". Même Obama ne pourra pas s'y aventurer. Trop tard ...
 
 
#4 vichy 16-08-2012 16:27
il viendra un jour oû l'Etat ne sera plus en mesure de payer tous ces fonctionnaires , ces moudjahidines et toute cette masse d'argent pour acheter la paix sociale ( subventions sur les prix du lait,semoule...) . Ce jour là sera trop tard. et on payera toutes ces maladresses.
 
 
#3 TCHIPA et CHKARA 16-08-2012 13:31
il va falloir travailler. Jamais de la vie. Participer à l'émission de Récitation du coran et ganger une voiture oui. Imaginez des Hommes en Khamis qui ne travailleront jamais mais qui H 24 discutent par grappes de 10. Mosquée à 2 milliards de dollars pour entretenir des fainéants . Études en sciences islamiques, pour former des fainéants. Un bon fainéant ouvre une épicerie (hanout), puis il pille le peuple afin d'effectuer son pèlerinage à la Mecque.
Demandez à ali belhadj le SNP quelle est sa profession et demandez lui de vous présenter ses bulletins de salaire.
Demandez ensuite à un moudjahid de 66 ans (il est monté au maquis à 14 ans)sa profession puis de vous montrer ses bulletins de salaire. Les jeunes suivent l’exemple de leurs ainés.Des millions de Leurs ainés n'ont jamais travaillé. Pourquoi travailleraient ils ?. Gardiens de parking, terroriste, imam, petit dictateur.... c'est plus facile
 
 
#2 Ali B 16-08-2012 11:40
‘…la masse monétaire a augmenté de 24% en 2011 … C’est le résultat de la hausse des salaires et des autres transferts sans lien avec l’augmentation de la productivité’.

Non monsieur arrêté votre propagande et votre désinformation. La masse monétaire a augmenté de 24% en 2011 par ce que la Bank Central d’Algérie imprime l’argent comme une folle. C’est la seul et unique raison. Il ne faut confondre Cause et Effet.
 
 
#1 paris 16 16-08-2012 11:09
le dinar est une monnaie de singe,dans quelques annees il y a plus de petrole,il va falloir travailler,mais j'ai peur que c'est tard,la valeur du monnaie reflete l'economie nationale d'un pays,l'economie algerinne c'est 90% d'exportation de petrole pour acheter du ble,lait,essenc e,gas oil etc,les algeriens ont les bras casses ce sont des feignants,des rentiers,ils n'aiment pas le travail,ce n'est pas leur culture
 
DIlem
DILEM DU 30 OCTOBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Voir toute La rubrique

Dernières infos