Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Dimanche, 28 Avril 2013 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

En décalage avec la scène politique nationale

Le FLN parle de ses propositions pour l’amendement de la Constitution

Par : Djilali BENYOUB

À travers cette initiative sur la révision constitutionnelle, le parti cherche ainsi à sortir de l’anonymat médiatique causé par sa crise organique.

Fin de la disette au FLN. Resté en marge des évènements, de l’agitation, toute l’activité politique qui anime la scène nationale, particulièrement depuis le 31 janvier, date du retrait de confiance à Abdelaziz Belkhadem, le FLN est enfin sorti de son hibernation pour marquer sa présence à travers une rencontre sur ses propositions pour la révision de la Constitution. Un peu tard puisque la commission mise en place à cet effet est déjà à pied d’œuvre.
Et comme propositions, le FLN a repris celles qu’il avait déjà faites, il y a plus d’une année. Avec le même suspense autour de la limitation ou non et la durée du mandat présidentiel.
Les propositions ont été présentées par Boudjemaâ Souilah lors de la rencontre présidée par Abderrahmane Belayat. La présence de membres du CC et du BP est un signe, selon Belayat, de bonne santé du parti. Avant de laisser la voie à Souilah pour égrener les propositions qui sont, selon lui, à même de renforcer le contrôle sur l’Exécutif, assurer un équilibre des pouvoirs et quelques nouveautés. Le gouvernement doit être issu de la majorité et composé d’au moins deux tiers de cette majorité dont est issu le Premier ministre.   
Le FLN propose, par ailleurs, de rajouter au Sénat le pouvoir d’amendement des textes adoptés par l’Assemblée nationale. Le président gardera le rôle arbitral et le pouvoir de dissolution de l’Assemblée en cas d’affrontement avec l’Exécutif.
Concernant l’État, le FLN propose d’ajouter la neutralité de l’administration avec exigence dans le statut des hauts cadres de la nationalité algérienne d’origine ainsi que leurs conjoints. Le FLN propose, également, la révision de la composante du Conseil constitutionnel en la ramenant à sept membres dont trois désignés par le président de la République et quatre élus des deux Chambres désignés par leur président. Comme il propose d’étendre le champ d’action du Cnes à l’environnement. Pour garantir les libertés et les droits de l’Homme, le FLN suggère la désignation d’une personnalité reconnue comme un médiateur. Et une cour spéciale pour le jugement des présidents qui auraient commis de grands délits comme la trahison une fois leur immunité expirée en fin de mandat.
Pour meubler davantage la rencontre, Lamine Cheriet s’est étalé sur les droits des groupes aux besoins spécifiques, la famille, la maternité, l’enfant, les personnes âgées, les handicapés. Il a proposé, par ailleurs, l’intégration des droits au travail, syndical et le renforcement des libertés dans la Constitution.
En décalage sur les évènements, il a insisté sur la nécessité de mettre l’accent sur le caractère de service public des chaînes de télévision et radio privées alors que le texte les régissant est déjà ficelé et a balisé le champ audiovisuel en ouverture. Il a tenu, enfin, à préciser que les amendements actuels de la Constitution n’ont aucun lien avec la prochaine présidentielle.
Ceux qui attendaient quelque chose sur l’évolution de la situation interne du parti, de la concertation lancée par Belayat avec les différentes parties en “conflit” sont restés sur leur faim. C’est encore et toujours le statu quo. Il n’y a aucun accord et l’information avancée sur la tenue de la session du comité central a été démentie. Aucune avancée à ce sujet. Et chaque camp campe encore sur ses positions. Désaccord sur le mode de désignation du prochain SG, sur les candidatures et surtout celle de Belkhadem, le profil du futur SG… Des positions opposées et inconciliables qui plongent le parti dans une sorte de coma politique et l’éloignent des débats actuels.


D B

 

Commentaires 

 
#13 Afalkou 28-04-2013 19:01
Le FLN d'après 1962 est le cancer de l'Algérie, s'il reste , il finira par métastaser tout le pays . Sa mise au musée est plus que vital pour l'Algérie.
 
 
#12 LE PEUPLE 28-04-2013 15:23
LA MEILLEURE PROPOSITION QUE VOUS POUVEZ FAIRE , C'EST DE CESSER D'UTILISER LE SIGLE " FLN " COMME REGISTRE DE COMMERCE POUR VOUS ENRICHIR ET FOUTRE CE PAYS DANS LA MERDE COMME VOUS L'AVEZ FAIT ET DE LE RENDRE A CELUI A QUI IL APPARTIENT : LE PEEEEUUUUUPLE. LE PEUPLE ........LE PEUPLE..
 
 
#11 anonymous 28-04-2013 14:21
notre seule proposition pour la future constitution , c est que le FLN soit rendu a nos martyrs et sa place est au musee de la revolution
 
 
#10 dz_borntobefree 28-04-2013 13:31
Jusqu'à quand, vont-ils arrêter de nous montrer la tête de A. Belayat.. Rappeliez-vous quand celui-ci alors ministre de l'habitat faisait avantager en matière de logements les gens de l'intérieur au détriment des Algérois. Son fils à l'époque, très jeune alors que moi j'en rêvais d'en avoir un, occupait un logement à Garidi. Aujourd'hui, il réapparait comme si de rien n'était. Très sincèrement, j'en ai marre de voir, revoir et re-revoir ces mêmes personnes qui nous ont tant dirigé plus que rès mal. Cela dit, nous voulons du sang neuf et qui n'ont jamais été atteint pardessus le marché par la corruption, des personnes sachant parler au moins comme Said Saadi, Mokrane Ait-Larbi. Sic.
 
 
#9 Benyoucef 28-04-2013 13:26
Dans son projet de Constitution, le FLN veut même juger son président d'honneur.
C'est la deuxième fois que Belayat montre à Bouteflika que le FLN l'a lâché à cause des scandales dans lesquels lui et son clan sont impliqués.
Sales temps pour un tyranneau !
 
 
#8 mecipsa 28-04-2013 13:20
Cela fait 50 ans qu'il dirige le pays, vu les résultats et la décadence dans le pays, s'il y a un parti qui doit la fermer, c'est ce parti.
 
 
#7 LE COMBLE 28-04-2013 13:03
SUR CETTE PHOTO ,LE MAL QUI A MIS LE PAYS A GENOUX. UNE BANDE DE VIEILLARDS NON ENCORE RASSASIES PLEINEMENT . CES C.......DOIVENT COMPRENDRE UNE BONNE FOIS QUE LE FLN C'EST LE PEUPLE ET NON UN GROUPE DE MALFRATS.
 
 
#6 mecipsa 28-04-2013 12:52
C'est un parti qui n'aurait dû, jamais existé, à la fin de la guerre, ils avaient supprimé l'A.L.N. pour la remplacée par l'A.N.P., ils auraient fait pareil avec le sigle F.L.N., pour ne pas le salir comme ils font depuis 1962.
 
 
#5 Algéroplus 28-04-2013 12:49
La seule initiative intelligente que ce parti FLN post indépendance (dont je tiens à rappeler que, dans sa démarche actuelle et dans les faits, c'est l'antithèse mème du FLN historique), la seule initiative intelligente donc, que ce parti puisse prendre, c'est de se servir du peu d'honnèteté qu'il reste à quelques uns de ses membres pour se retirer carrément de l'arène politique, ou tout au moins changer d'appellation. Seulement voilà : ses membres et autres affidés lacheront-ils aussi facilement le morceau, eux qui, ne l'oublions pas, ont réussi à pérenniser le concept de rente pétrolière et gazière monopolistique dans la mesure où ils en sont toujours les premiers et indécrotables bénéficiaires ?
 
 
#4 nakini 28-04-2013 12:03
Un parti pour la libération nationale , 51 ans après l'indépendance.Libérez-nous de vous mêmes, seulement.! Ses vrais créateurs et militants l'ont quitté dès 1962 pour laisser place aux négateurs de notre vraie identité qu'ils continuent à faire semblant d'ignorer en se disputant les places du comité central avec des dobermans ou la justice de minuit.Sortez de là , créez vos partis selon vos idées et nous verrons tous (vous avec) ce que vous valez,chiche.
 
DIlem
DILEM DU 23 OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos