Scroll To Top
FLASH
  • Éliminatoires de la CHAN 2018: L'Algérie éliminée après son nul au match retour face à la Libye (1-1)
  • Au match aller, les Verts avaient été battus à Constantine par deux buts à un.
  • Le but algérien inscrit au match retour (disputé à Sfax, tunisie) a été l'oeuvre de Bendebka à la 20'. Les libyens ont égalisé par El Lafi (45'+2)

A la une / Actualité

Au lendemain de la grève du personnel de Maintenance de la compagnie

Le malaise s’installe à Air Algérie

Les voyageurs étaient abandonnés à leur sort. ©Yahia Liberté

Un malaise profond se serait installé au lendemain de cette grève aux retombées néfastes sur le plan économique et sur l’image de l’entreprise, déjà entamée par la mauvaise gestion qui perdure depuis plusieurs années.

Vingt-quatre heures après le mouvement de grève du personnel de maintenance d’Air Algérie, qui avait paralysé, avant-hier, l’ensemble des aéroports du pays, la direction de la compagnie observe toujours le silence. “Quand j’aurai quelque chose, je (vous le) communiquerai”, s’est contentée de nous répondre, hier au téléphone, la chargée de communication d’Air Algérie, Mounia Bertouche. Voilà qui cache mal la rétention de l’information au sein même de la compagnie et, vraisemblablement, un malaise profond qui s’y serait installé au lendemain de cette grève aux retombées néfastes et sur le plan économique et sur l’image de l’entreprise déjà entamée par la mauvaise gestion qui perdure depuis plusieurs années.
Sinon, comment expliquer la dérobade de la direction qui avait déjà brillé par son absence le jour de la grève où elle n’a pas distillé la moindre information à ses clients abandonnés à leur sort dans les différents aéroports ? Pis encore, la direction d’Air Algérie avait même fait l’impasse sur l’annonce de la fin de grève, une tâche qu’elle a “déléguée” au Syndicat national des techniciens de la maintenance des avions (Sntma). En effet, Ahmed Boutoumi, président du Sntma, était le seul à avoir communiqué sur la fin de la grève décidée à la suite d’âpres négociations entre le syndicat et l’employeur qui a signé un engagement écrit pour ouvrir le dialogue avec le partenaire social.
Le P-dg de la compagnie nationale, Bekhouche Alleche, s’est contenté d’une déclaration laconique au JT de la télévision publique.
“J’ai engagé avec les cadres de l’entreprise un dialogue franc et sincère. Nous sommes en train d’aboutir à un accord pour mettre en place un groupe de travail constitué de techniciens de la maintenance et des représentants de la direction”, a-t-il déclaré sans donner la moindre explication sur les retombées de cette grève qui aura provoqué des retards, voire l’annulation de plusieurs vols sur un ensemble de 29 vols internationaux et 39 vols domestiques programmés durant la journée d’hier mardi 16 mai.
Il convient de rappeler que la revendication phare du Sntma portait sur la hiérarchisation des salaires des techniciens et des ingénieurs
de la maintenance, au nombre de 780 au niveau national. Plus précisément, le syndicat réclame la réhabilitation du classement hiérarchique de cette catégorie d’employés d’Air Algérie en deuxième position juste après le personnel navigant, à savoir les pilotes, et ce, conformément à la convention collective de l’entreprise datant de 1999 et, par là même, aux standards internationaux en la matière. Le syndicat rappelle que les techniciens et les ingénieurs de la maintenance des avions ont été “injustement” relégués, dans le cadre de la nouvelle grille des salaires, à la troisième position, soit derrière les pilotes et les stewards et les hôtesses de bord. Pour réparer cette situation, la direction s’engage à installer une commission ad hoc qui sera composée de représentants du syndicat et de la direction. Elle a fixé, révèle le président du Sntma, un délai pour la fin de l’année afin de satisfaire la revendication exprimée par les grévistes. Le compte à rebours a commencé.

Farid Abdeladim


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
muhand le 18/05/2017 à 12h39

Quand on regarde ce que font les prédateurs au pouvoir en Algérie force est de déduire que derrière tout cela le but, le seul objectif visé est de casser la pays, ' de le ruiner comme s'ils ont une dent contre le peuple. Bouteflika est revenu pour cela. Le silence des intellectuels, le je-m'entisme des citoyens, pour ne pas dire leur complicité, est dangereux pour le pays surtout que beaucoup de pays rêvent de casser l'algerie. Un sursaut citoyens et vite ou sinon le chaos.

Commentaires
1 réactions