Une des deux boites noires de l'appareil du vol AH5017 qui s'est crashé jeudi dans le nord du mali a été retrouvée vendredi (le ministre des Transports, Amar Ghoul) Crash de l'avion affrété par Air Algérie : le président Bouteflika décrète un deuil national de trois jours Crash de l'avion espagnol affrété par Air Algérie: Aucun survivant, l'épave retrouvée L'avion de la compagnie espagnole Swift Air affrété par Air Algérie s'est écrasé au Mali (Lamamra)  Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Lundi, 09 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Répercussions de la baisse des prix du pétrole sur les équilibres budgétaires

Le ministre des Finances s’explique

Par : Meziane Rabhi

La baisse des prix du pétrole, observée sur les deux derniers mois, inquiète l’Algérie mais ne menace pas ses équilibres budgétaires, a indiqué, hier le ministre des Finances sur les ondes de la radio Chaîne III.

“Le prix du baril constaté à un moment donné ne doit pas dicter des actions structurelles”, a affirmé M. Djoudi. La baisse des prix du pétrole, observée sur les deux derniers mois, inquiète l’Algérie mais ne menace pas ses équilibres budgétaires, a indiqué, hier le ministre des Finances sur les ondes de la radio Chaîne III. Le grand argentier explique que si les dépenses budgétaires inscrites dans le budget sont calculées sur la base d’un prix du baril à 120 dollars, les dépenses effectives, constatées, en fin d’exercice sont fondées sur un prix du baril à 75 dollars le baril. En d’autres termes, les dépenses effectivement réalisées durant l’année budgétaire n’atteignent pas celles affichées dans le budget.
Par ailleurs, Karim Djoudi souligne que  l’Algérie a accumulé, les dernières années à travers les réserves de changes, le Fonds de régulation de recettes et la réduction de son endettement externe, une capacité de financement. “Les réserves de changes, le Fonds de régulation, la capacité d’endettement externe sont des éléments d’ajustement qu’il s’agit d’utiliser en dernière instance”, a estimé le grand argentier du pays. À ces éléments de sécurité budgétaire, s’ajoute l’accroissement annuel de 20% des recettes de la fiscalité ordinaire, tirées par la demande publique qui, à son tour, tire la croissance hors hydrocarbures. Le ministre des Finances semble exclure la réduction des dépenses d’équipement. “Le prix du baril constaté à un moment donné ne doit pas dicter des actions structurelles”, excluant ainsi une baisse des dépenses d’investissement. Une dépense d’investissement, a-t-il expliqué, est une dépense qui génère de la croissance, de l’emploi et des revenus. La baisse du prix pétrole doit être l’élément structurel pour agir sur ce type de dépense. “Aujourd’hui, la tendance à la baisse du prix du pétrole n’est pas source de mise en difficulté des équilibres externes et internes”, annonce
M. Djoudi, estimant qu’“il est difficile d’envisager de réduire la dépense d’investissement”.  En outre, le ministre a indiqué que 80% des dépenses programmées dans le cadre du plan quinquennal 2010–2014 ont déjà été notifiées aux différents secteurs. “Il n’y a pas réellement de contrainte en matière de budget d’équipement,” a-t-il indiqué. Concernant les nouveaux projets, il s’est montré très prudent : ils seront financés en fonction “du niveau de maturation et des conditions financières”. La dépense publique a été le moteur de la croissance et la demande privée, aujourd’hui, ne peut prendre suffisamment le relais. Le grand argentier du pays veut plutôt agir sur le budget de fonctionnement. “Sur la dépense de fonctionnement, notre souhait est que nous puissions la plafonner”, prévoit-t-il. Le ministre des Finances n’a pas été très clair sur ce point. Karim Djoudi  explique que les dépenses s’articulent autour de trois sources essentielles : salariale, transferts sociaux et soutien des prix. “Ces trois sources de dépense ne seront pas touchées”,  a-t-il précisé. Alors quelles sont les dépenses de fonctionnement que le ministre souhaite plafonner ? D’autant qu’il a, cette fois-ci, clairement, indiqué que la démarche de l’État est de maintenir la politique de soutien des prix du  lait, des blés, de l’huile, du sucre mais également de l’eau, de l’électricité et du gaz. Le grand argentier du pays a rappelé que l’État a eu à racheter pour plus de 200 milliards de DA de dettes bancaires de
Sonelgaz. Le ministre des Finances annonce que les dépenses de fonctionnement seront ramenées à “un niveau plus acceptable” notamment avec la fin des opérations du versement des rappels relatifs aux régimes indemnitaires et statuts particuliers.
Interrogé sur les réserves de changes et la revendication récurrente de certains acteurs de les rapatrier, le ministre des Finances  explique que “l’équivalent en dinars” des réserves de changes a déjà été versé dans l’économie. “Les réserves de changes sont un élément de sécurisation de l’économie”, a souligné Karim Djoudi.


M. R.

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 24 JUILLET 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos