Scroll To Top
FLASH
  • Accidents de la circulation : 66 morts et 2.322 blessés en une semaine (Protection civile) 
  • Année scolaire 2015-2016: la rentrée est fixée au 6 septembre prochain (Ministre de l'Education nationale)
  • Turquie: trois soldats tués mardi dans deux nouvelles attaques attribuées au PKK (Agences) 
  • Tripoli exclut toute intervention militaire étrangère (Premier ministre)
  • Plus de 2.000 migrants morts en Méditerranée cette année (OIM)
  • Un incident technique à l'origine de l'interruption du trafic du tramway d'Alger 

A la une / Actualité

Quatre jours après le début de la campagne électorale à Tizi Ouzou

Le RCD empêché par le FFS de tenir un meeting à Azeffoun

À peine la campagne électorale entamée, voilà que les vieux démons se réveillent déjà entre les deux frères ennemis, le RCD et le FFS, qui se disputent le terrain sur fond de tension et de pratiques censées être révolues après une vingtaine d’années d’apprentissage politique. Hier encore, c’est dans la région d’Azeffoun, à une soixantaine de kilomètres au nord-est de la ville de Tizi Ouzou, qu’un affrontement entre les militants de ces deux partis démocratiques, connus pour être les plus ancrés dans la région, a été évité de justesse. Dans une déclaration rendue publique dans la même journée d’hier, le RCD explique que ses candidats qui étaient accompagnés de militants et de sympathisants se sont rendus au village Tifezouine à l’effet de tenir un meeting, mais à leur grande surprise, “ils se sont vus empêchés d’accéder au centre du village par un groupe d’individus se réclamant du FFS, banderoles et affichage à l’appui”. “Le RCD, parti démocrate et légaliste, interpelle les auteurs de tels actes et ceux qui comptent en tirer profit de telles initiatives, condamne fermement toute utilisation de la violence et porte à la connaissance des citoyens que ces pratiques sont d’un autre âge et sont passibles des tribunaux”, lit-on dans la déclaration du RCD qui invite les acteurs politiques locaux à la retenue et surtout à se démarquer et à condamner tout dépassement ou acte de nature à empêcher l’expression dans un cadre convivial et civilisé.