Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Syndicat algérien de l’industrie pharmaceutique

“L’engagement du gouvernement reste insuffisant”

Le Syndicat algérien de l’industrie pharmaceutique (Saip) estime que la production locale de médicaments a encore besoin d’une meilleure protection et d’une prise en charge efficace afin qu’elle puisse prouver sa capacité à couvrir la demande nationale. Tout en saluant la décision prise par le ministère de la Santé liée à la publication d’une liste de produits interdits à l’importation, le Saip avoue que l’engagement du gouvernement reste insuffisant en comparaison aux revendications des industriels locaux. Les adhérents de cette organisation syndicale citent l’exemple de la Tunisie qui continue d’appliquer la règle, jamais remise en cause, à savoir “protéger la santé à travers la protection du produit local”.
Si l’on se réfère à ce credo, l’on doit être convaincu que tout produit fabriqué localement ne peut être importé. Les producteurs locaux affiliés au Saip s’inscrivent en faux en ce qui concerne les déclarations de certains acteurs rapportées récemment par la presse selon lesquelles tous les problèmes soulevés dans le secteur pharmaceutique sont résolus et que la production locale est sortie indemne définitivement de la zone de turbulences. “Au contraire, nous y sommes en plein dedans”, commente un membre du Saip. Curieusement, ces déclarations, remarque-t-il, n'évoquent pas du tout l'importation des médicaments alors que c'est le “talon d’Achille” d'une politique d'industrialisation en Algérie. Car, “l'importation concurrence et paralyse la production locale et n'accorde pas la crédibilité nécessaire pour aller de l'avant d'une manière franche et directe”, affirme le Saip. Heureusement, nuance-t-il, que la liste des produits interdits à l’import tempère un tant soit peu les méfaits de l’introduction perfide de médicaments fabriqués localement. À propos de cette liste, le Saip met l’accent sur la nécessité de l’actualiser et de procéder à un toilettage surtout en cette période de crise. Il s’agit, pour le syndicat, d’ajouter à cette liste tous les produits farfelus et parasites. Pire, ils devraient être soumis à l'enregistrement au ministère du fait qu'ils sont censés être administrés pour guérir des malades. Le Saip renie, par conséquent, le fait d’importer, à coups de milliards d’euros, des accessoires inutiles. Ces produits s’incrustent ainsi sur le marché national et viennent concurrencer ceux issus de la production nationale tout en bénéficiant d’un remboursement à 100% ! Or, des médicaments essentiels en cancérologie, pour ne citer que cette maladie, restent introuvables sur le marché... “Pour l’assainissement de cette liste, il faut faire attention aux indicateurs et à la manipulation de ces derniers et les éliminer du remboursement du fait qu’ils concurrencent le produit local qui constitue en réalité la véritable richesse du pays, crée de l’emploi et contribue à la fiscalité et cotise au profit des caisses de la Sécurité sociale”, relève le Saip.

B. K.

ARTICLES CONNEXES

  • Dr Rachid Ghebbi, expert en industrie pharmaceutique
    “La réglementation doit être actualisée”

    La production locale de médicaments a représenté plus de 50% de l’offre en 2016 alors que les autorités ont fixé pour objectif un taux de couverture de 70%.

  • développement de l’Industrie pharmaceutique
    Une flopée d’obstacles à lever

    L’essor de l’industrie pharmaceutique reste tributaire de la levée des obstacles qui entravent son développement.

  • Dépôt des programmes d'importation des produits pharmaceutiques
    Dernier délai : le 14 octobre prochain

    Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière demande aux importateurs, dans une note qu’il leur a transmise le 29 août 2017(...)


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER