Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Dimanche, 24 Juin 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Marché de l’automobile

Les clients se plaignent des délais de livraison

Par : Ali Farès

Acheter un véhicule neuf est-il toujours synonyme de bonheur pour le consommateur algérien ? Cette question a fait l’objet d’une conférence de presse organisée par le Forum d’El Moudjahid et animée par l’Association de protection et orientation du consommateur et son environnement de la wilaya d’Alger (Apoce) sous le thème : “Les infractions dans l’exercice de l’activité de commercialisation des véhicules neufs et les droits des consommateurs.” D’emblée le président de cette association, le Dr Mustapha Zebdi, annonce que le décret 07/390 n’est non seulement pas respecté par certains concessionnaires mais en plus il devrait faire l’objet d’amendements eu égard à des vides juridiques constatés dans ses dispositions. Pas moins d’une vingtaine de points liés à ces infractions sont relevés. Des retards de livraison allant de quelques jours sont passés carrément à quelques années alors que la réglementation ne tolère pas plus de 45 jours, le contrat de vente liant le concessionnaire avec un client est “non conforme et ne mentionne dans beaucoup de cas de date de livraison exposant du coup l’acheteur à la perte de ses droits sans parler qu’en choisissant la couleur du véhicule, il se retrouve sans aucun préavis avec une autre couleur à sa grande déception”, fait noter le conférencier, précisant que le contrat est pourtant clair à ce sujet.
Plus loin, il se dit sidéré de voir que des concessionnaires vont jusqu’à proposer le changement du véhicule demandé par un autre, et ce, après une longue durée d’expiration du délai de livraison. Allez savoir pourquoi ? Le consommateur n’est pas au bout de ses peines puisqu’en dépit du contrat de vente, il n’est pas à l’abri d’une augmentation des prix qu’on justifie par des hausses au niveau mondial.
L’intervenant note également un manque de considération à l’égard du consommateur en matière de dépassement des délais de livraison où aucune compensation n’est accordée.
Parfois ce dernier constate à ses dépens que beaucoup d’accessoires manquent au véhicule acheté sans pour autant qu’il puisse en être dédommagé. Comme il relève aussi ce manque de propositions d’un véhicule de remplacement en cas d’immobilisation de plus de 15 jours, conformément aux dispositions du contrat. Indisponibilité de pièces de rechange, des rendez-vous avec le service après-vente très lointain, certaines réparations non enregistrées sur le livret d’entretien, mauvaise gestion des stocks, tromperies diverses, sont encore quelques points cités par le conférencier.
Mais là où son étonnement est à son paroxysme, c’est cette indisponibilité de communiquer avec le personnel du service clientèle qui souvent ne répond pas. Pis encore, il trouve énigmatique que les commandes ne soient pas satisfaites dans les délais alors que des véhicules en grandes quantités sont proposés sur le marché parallèle.
“Quant aux garanties, c’est l’anarchie totale”, dira le conférencier, citant quelques exemples comme le cas de ce camion acheté sur la base d’un 5 tonnes alors qu’en réalité, il s’agit d’un 3 tonnes. Le cas d’un 12 tonnes vendu pour un 20 tonnes a même été enregistré. “Imaginez les dégâts qui auraient pu en découler sur l’autoroute par rapport à sa charge utile”, s’exclame l’orateur.
Malek Serraï, en tant que consultant, déplore la pratique élevée des prix, expliquant que les véhicules vendus proviennent généralement des vieux stocks des pays exportateurs.
Abordant le volet accidents de la route, il pense qu’il faut responsabiliser les concessionnaires sur la conformité du produit vendu, car, dira-t-il, “certains véhicules ne répondent pas aux normes appliquées ailleurs”, tout “en déplorant que des lobbies bloquent l’application de la loi”.
Le président de l’association Apoce que le nombre de vrais concessionnaires ne dépasse pas cinq alors qu’on compte actuellement plus de 45 mais qui ne sont en réalité que des revendeurs. L’État doit intervenir au plus vite.


AF

 

Commentaires 

 
#8 sub-zero 24-06-2012 16:10
c'est même concessionnaire on poussait le pouvoir pour interdire l’importation de véhicule moins de 3 ans ou autres soit disons concurrence déloyale pour après prendre le monopole et faire vivre l'enfer au client, si j'avais le pouvoir FI bled Mickey Walah j'abrogerais la loi qui interdit l'importation, soit ils travaillent honnêtement avec la devise le client et roi pas un chien soit ils mangent leurs voitures.
 
 
#7 zidabouzid 24-06-2012 15:05
l'état ?!
 
 
#6 mahakhmecht loulou 24-06-2012 14:55
On en a bavé avec diamal cfao et après nos pièces de rechanges s'ont en mer ! il ne faut pas ètre préssé .
 
 
#5 napo 24-06-2012 13:51
Appliquez donc les normes européennes regissant la commercialisaio n de la filiére automobile.
 
 
#4 napo 24-06-2012 13:49
Appliquer la reglementation européenne regisant la commercialisati on de la filiere automobile.
 
 
#3 Ben. 24-06-2012 13:33
Mais bien sur qu'il y a une longue durée du délai de livraison, c'est pas une pizza hein... ! l’algérien pour son propre intérêt est plus qu'impatient !!
 
 
#2 mohamed9140 24-06-2012 13:22
jusqu'à quand allons nous supporter le dictat de ces concessionnaire s qui vous proposent un délai de livraison de 14 mois alors que vous trouvez des véhicules sur le marché chez les trabendistes. Que l'Etat bouge et protége les consommateurs sans celà nous vivons dans la jungle des affairistes. Pauvre Algérie ou est l'autorité pour faire respecter les lois
 
 
#1 shaouli 24-06-2012 13:07
D'après cet article , c'est la loi de la jungle .Ni foi ni loi , ni consideration pour autrui ....
L'argent , l'argent , puis l'argent .Qui peut mettre fin à cela ?Casser ce lobbie .
Le gouvernement dort ... Les députés s'occupent de leur salaires et affaires ,
Bref ....pauvre consommateur .
 
DIlem
DILEM DU 23 OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos