Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Dimanche, 29 Avril 2012 10:00 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

L’UGTA dresse un bilan de ses acquis sociaux

Les mouvements de contestation occultés

Par : Nissa HAMMADI

La Centrale syndicale a jugé opportun de célébrer la Fête du travail en dressant un bilan des acquis des travailleurs algériens sur plus d’une décennie.

L’UGTA attribue le mérite de ces réalisations sociales au président de la République en occultant le fait que les augmentations de salaires et autres acquis ont été arrachés grâce à un mécontentement social constant et croissant. Pas moins de 70 mouvements de contestation ont été observés pour le seul mois de mars 2011.
Dans un long document, riche en chiffres, l’Union générale des travailleurs algériens présente un bilan positif des réalisations sociales sur une période s’étalant de 2000 à 2012. Elle affirme qu’environ en une décennie, le SNMG a fait l’objet d’une revalorisation de l’ordre de 300% à l’issue d’une dizaine de rencontres gouvernement-syndicat, soit 35,71% de la totalité des négociations sur un total de 28 rencontres. Quatorze autres rencontres ont été consacrées durant la même période au traitement du dossier de la Fonction publique, soit 50% des rencontres bipartites (gouvernement-UGTA et tripartites gouvernement-UGTA-patronat). Il en a résulté la promulgation de l’ordonnance n°06-03 du 15 juillet 2006 portant statut général de la Fonction publique, contenant 60 statuts particuliers et 60 régimes en faveur des salariés du secteur de la Fonction publique.
S’agissant des allocations de retraites, elles ont connu une revalorisation de l’ordre de 55% en dix ans, à en croire la Centrale syndicale. Cette organisation cite, dans le détail, le taux de revalorisation fixé à 10% en 2011 et qui a concerné
2 019 848 retraités bénéficiaires pour un impact financier global de l’ordre de 23 milliards de dinars.
À la charge de la Caisse nationale des retraites également la revalorisation de la majoration pour conjoint à charge des pensions de retraite, passant de 700 DA en 2000 à 1 731 DA en 2011 ; l’ exonération de l’IRG des pensions de retraite dont le montant est inférieur à
20 000 DA (loi de finances complémentaire pour 2008) et l’abattement de l’IRG de 10 à 80% pour les pensions de retraite dont le montant est compris entre 20 000 DA et 40 000 DA (loi de finances complémentaire de 2010). L’UGTA évoque, outre l’amélioration du pouvoir d’achat des retraités, les avantages qui leur sont accordés ainsi que leurs ayants-droit par le truchement des mécanismes du tiers payant pour les médicaments, mais aussi depuis le début de cette année, les consultations et les actes médicaux, à travers les conventions avec les pharmacies et les médecins traitants du secteur privé. Évidemment, la Centrale syndicale s’est attardée sur le relèvement du seuil de la pension minimum (75% du SNMG), suite aux relèvements du SNMG, dont la dernière augmentation à 18 000 DA qui a pris effet à compter du 1er janvier 2012 et le relèvement, dans le même temps du montant minimum de la pension à 15 000 DA quelque que soit le nombre des années de cotisation.
Cette mesure, prise par le gouvernement, est assortie d’une revalorisation des pensions et allocations de retraite selon un taux dégressif variant entre 30% et 15% selon le montant de pension et de l’allocation de retraite, à compter de 1er janvier 2012. Dans son document, l’UGTA consacre aussi un chapitre substantiel aux revalorisations des régimes indemnitaires de la majorité des branches d’activité du secteur public (santé, éducation, enseignement supérieur, Fonction publique…). Elle attribue le mérite de l’amélioration du pouvoir d’achat de ces centaines de milliers de salariés de l’État, à la générosité des pouvoirs publics, en premier lieu le chef de l’État. Le bilan de la Centrale syndicale prend effet, d’ailleurs, à la première année de l’accession de M. Bouteflika à la magistrature suprême. Elle ne parle, évidemment, pas du poids de la pression sociale, qui a fait fléchir le gouvernement. Pour le seul mois de mars 2011, pas moins de 70 mouvements de contestation sociale, exclusivement fondés sur des revendications salariales, ont été comptabilisés. La mobilisation des salariés du public, par corporation, a porté ses fruits.
Il n’en demeure pas moins que les augmentations obtenues qu’on dit avoir grevé le budget de l’État n’ont pas rendu le quotidien des bénéficiaires plus confortable, tant l’inflation a suivi de manière exponentielle la courbe des augmentations salariales. De l’aveu même de cette organisation syndicale, une famille de six personnes a besoin d’un revenu minimum de 37 000 dinars par mois, pour faire face aux dépenses incompressibles.


N. H.

 

Commentaires

 
#13 lzdlal 14-06-2012 21:56
pas de justice et hasbouna lah
 
 
#12 hoho633 02-05-2012 11:58
comment voulez vous q'un ministre depute et autre puissent ce mettre a la place d'un retraite avec un ecart de revenus aussi important du 20 fois, sans compter les avantages....!!!!!!
 
 
#11 hamidhassi 30-04-2012 07:08
l'UGTA n'a jamais ete la propriete de sidi said mais un heritage de aissat et benhamouda et beaucoup d'autres soit vivants ou marhomines. l'UGTA est symbolisé par; ses martyrs ses 3millions d'adherants ses 650 cadres syndicalistes victiment du terrorisme ses participations aux travaux des tripartites sa place au BIT et pour clore avec un scoop la seule organisation ne disposant et ne nécéssitant pas d'agrement car le sien est écrit avec le sang des martyrs. ALORS DE GRACE POINTEZ VOS FLECHETTES DE PATE AILLEUR
 
 
#10 benh 30-04-2012 05:04
vous êtes le tremplin de tous le opportunistes et les voleurs en séries des institutions de l'état .
toutes les entreprises économiques ont été lapidées par les responsables de l'UGTA qui sont parrainés par les dictateurs et décideurs sans scrupules.le plus grand entonnement,ces dirigeants syndicalistes sont d'un certain niveau intellectuel médiocres .
un jour la vérité vous désignera comme les plus grands saboteurs de l'économie Algérienne et la clochardisation de toutes les institutions de l'état.ou vous reconnaissez votre tord ou vous dégagez de la scène.
 
 
#9 ghodbane3labladi 30-04-2012 04:37
Il ne reste plus à l'UGTA que les privilégiés de Sonatrach et les retraités et ce sont ceux qui perçoivent les pensions les plus élevées qui gardent les plus défavorisés sous le joug de ce syndicat du pouvoir car il faut bien le précisez : les retraités ne représentent pas une corporation : on y trouve le smigard et le cadre supérieur.
 
 
#8 lolo 29-04-2012 20:37
Qu'elle commence avec le bilan des œuvres sociales des enseignants dilapidé depuis 62....
 
 
#7 MESSAOUDENE madjid 29-04-2012 19:55
BONJOUR
FRANCHEMENT EN PARLE D'UN BILAN QUEL BILAN QUI A FAIT DISPARAÎTRE LES USINES EN ALGERIE ETL' . U.G.T.A EN ALGERIE C'EST LA MONARCHIE IL NY AURA JAMAIS L'EXEMPLE DE AISSAT IDIR ET LE DEFUNT BOULAM HAMOUDA PLUS JAMAIS L' U G T A NA PLUS RIEN AVOIR
 
 
#6 nasri azedine 29-04-2012 18:17
Vous dites n'a pas rendu le quotidien des bvénéficiaires confortables, mais dites nous si ltous les bénéficiaires méritent sincérement de telles augmentation.Je ne vis pas en forêt mais bien en milieu urbain.A l'heure où tout un chacun devrait être sur son lieu de travail, moi je vois des employés de l'état faire des commisions à 9 à 10 heures à n'importe quel moment de la matinée. Ils quittent le travail avant l'heure et ils arrivent aprés l'heure. Dés fois ils rentrent au bureau pour faire un acte de présence, ils ressortent ensemblent lui et son collégue prendre un café à 9 heures.Passé acheter le journal.Chose qui devrait se faire avant 8 heures. Q'ils se la ferment, ils nous ont eu, nous avons été plus sérieux qu'eux et moins payés qu'eux.
 
 
#5 lepasha 29-04-2012 18:07
l'une des causes essentielles qui ont fait que l’Algérie marche vers l'arrière (comme dans les bus ou le receveur invite toujours les voyageurs d'avancer vers l'arrière!) c'est l'UGTA ou certains font carrière depuis des années en usant est abusant des biens sociaux des entreprises qu'ils ont coulé ou qu'ils font couler sans état d’âme..en accumulant des acquis mal acquis sur le dos des travailleurs , je pense qu'il plus juste si cette organisation fasse le bilan des avantages que les syndicalistes ont pris et continuent à prendre en raison de leur statut au vu et au su des travailleurs honnêtes.
 
 
#4 SNATARDJI 29-04-2012 17:43
Rien ajouter a ce qu' écrit Mr MADJOUR. Il arésumé de façon magistrale les 15 années de régne de SIDI SAID.
 
DIlem
DILEM DU 23 OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos