Algérie: Le rythme d'inflation annuel s'est stabilisé en juillet à 1,5% soit le même taux d'évolution enregistré en juin dernier(ONS) Accidents de la circulation : 14 morts et 108 blessés dans 45 en une journée (Gendarmerie)Crash de l'avion ukrainien à Tamanrasset: début de l'opération d'identification des victimesLIBYE: 15 corps de migrants africains ont été découverts dimanche en mer près de Tripoli, à côté d'un canot pneumatique éventré, 09 jours après le naufrage d'une embarcation qui a coûté la vie à quelque 170 migrants clandestins Football/Match retard (2e journée) : ES Sétif - USM Bel-Abbès, le 6 septembre à 19h00 (LFP)Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Jeudi, 02 Mai 2013 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Quelle sera sa place dans la prochaine constitution ?

Liberté de la presse : le chemin de croix

Par : Karim Kebir

À la précarité sociale des journalistes s’ajoutent les problèmes de professionnalisme et des problèmes structurels des entreprises de presse, notamment en matière de management et de leurs relations avec les pouvoirs politiques et financiers.

C’est l’un des paradoxes algériens qui intriguent même les Occidentaux : alors que la vie politique est verrouillée, les droits de l’Homme malmenés au quotidien, les manifestations publiques interdites, la presse, en revanche, jouit d’une relative liberté de ton que semblent nous envier même certains pays arabes. S’agit-il alors d’une simple concession des autorités pour lesquelles elle constitue un faire-valoir devant l’opinion internationale ? Ou parce que son influence dans la société est circonscrite ?
Pourtant, en interne, le constat est unanime : à la veille de la célébration de la Journée internationale de la liberté de la presse et à la veille de la révision constitutionnelle, la presse algérienne ne s’est jamais portée aussi mal. À la précarité sociale des journalistes (salaires dérisoires, absence de couverture sociale pour certains, problèmes de logement, etc.), s’ajoutent les problèmes de professionnalisme et des problèmes structurels des entreprises de presse, notamment en matière de management et de leurs relations avec les pouvoirs politiques et financiers.
Autre contrainte et non des moindres : le carcan juridique. Alors que la liberté d’expression et d’opinion — qui va de pair avec la liberté d’information et plus spécifiquement la liberté de la presse — est garantie par la Constitution (articles 41 et 36) et par l’article 19 de la déclaration universelle des droits de l’Homme, celle-ci est paradoxalement remise en cause par certaines dispositions contenues dans la loi organique sur l’information de janvier 2012. Même si l’article 83, à titre d’exemple, somme “toutes les instances, les administrations et les institutions à fournir au journaliste toutes les informations et les données qu’il demande de manière à garantir au citoyen le droit à l’information dans le cadre de la loi organique et de la législation en vigueur”, l’article suivant (84) dresse des balises qui, de l’avis des juristes et des professionnels et même des politiques, ouvrent la voie aux restrictions et même à l’arbitraire.
En effet, il est stipulé explicitement que “le droit d’accès aux sources d’information est reconnu au journaliste professionnel, excepté lorsque l’information concerne le secret de défense nationale tel que défini par la législation en vigueur, l’information porte atteinte à la sûreté de l’État et/ou à la souveraineté nationale de façon manifeste, l’information porte sur le secret de l’enquête et de l’instruction judiciaire, l’information concerne le secret économique stratégique, l’information est de nature à porter atteinte à la politique étrangère et aux intérêts économiques du pays”. Ainsi, les institutions et, de façon générale, les autorités ont toute latitude de refuser de donner l’information sous prétexte qu’elle touche à l’un des cas cités ci-dessus.
Et si l’on ajoute le maintien du monopole sur la publicité, le diktat des annonceurs, les tergiversations autour de l’ouverture de l’audiovisuel, le cahier des charges dissuasif imposé aux postulants ou encore les structures de régularisation qui apparaissent comme des satellites de l’administration, autant dire que le chemin est encore long pour une liberté de la presse effective, dans son acception universellement admis. La future Constitution saura-t-elle lever les hypothèques ?
Il est sans doute trop tôt de se prononcer. Mais une chose demeure certaine : la liberté d’expression et son corollaire la liberté de la presse est une donnée démocratique qui ne peut s’accommoder que d’une démocratisation générale de la vie nationale.


K K

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 31 AOUT 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Mohamed Mebarki, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, au forum de “Liberté” du 04 août
Mohamed Mebarki, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, au forum de “Liberté” du 04 août
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos