Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Louisa hanoune dit tout sur la fameuse rencontre de dar diaf et le 5e mandat

“Mes vérités…”

© Archives Liberté

Près de 9 mois après  sa  sortie  de prison, Louisa  Hanoune livre à “Radio M” sa version des faits sur la fameuse rencontre avec Saïd Bouteflika et le général Toufik qui lui a valu le tribunal militaire…  

Plus d’une année et demie après la démission d’Abdelaziz Bouteflika, dont le pouvoir été emporté par une vague de protestation populaire sans précédent,  les  langues  commencent  à  se  délier.  De  la  période  qui  a précédé l’annonce du 5e mandat, de la révolte populaire et surtout des derniers jours de règne des Bouteflika en passant par la prise en main de la situation par le défunt général Ahmed Gaïd Salah, la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, se livre à des révélations fracassantes.

Au micro de notre confrère El-Kadi Ihsane, qui l’interrogeait, vendredi, sur Radio M, Louisa Hanoune est revenue, pour la première fois, sur la fameuse rencontre (elle refuse de parler de réunion) du 27 mars 2019 où elle avait rencontré, à Djenane El-Mithak Saïd Bouteflika et le général Toufik.

C’est entre autres à cause de cette  entrevue  qu’elle  a  passé  neuf mois de détention à la prison de Blida. Avant d’entrer dans les détails de la discussion entre elle et Saïd Bouteflika, alors conseiller d’Abdelaziz Bouteflika, mais qui apparaissait comme le véritable  détenteur  du  pouvoir, Louisa Hanoune est revenue sur le contexte.

Elle  révèle  que  contrairement  au  scénario  présenté  aux  Algériens par le pouvoir, Abdelaziz Bouteflika avait annoncé sa démission, d’abord à Ahmed Gaïd Salah, le 23 mars, donc un mois après le début de la contestation. “Ils se sont même dit adieu”, précise-t-elle. L’annonce officielle allait intervenir quelques jours plus tard.

Mais le chef de l’armée a  décidé  d’opérer “un  coup  de  force”. Il part, le 25 mars, à Ouargla, où il presse le chef de l’État d’appliquer l’article 102, donc de démissionner.  Pour  contrecarrer  cette  annonce, Saïd Bouteflika  tente  de trouver une issue. Il appelle même Hanoune  pour  une  concertation. “Il fallait tenter par tous les moyens d’empêcher qu’il y ait une dérive.

Je voyais bien que l’entourage et la famille était aux abois, alors que le chef d’état-major avait annoncé la couleur”, se rappelle la secrétaire générale du Parti des travailleurs qui avait dénoncé, à l’époque, les agissements du général de corps d’armée qui, révèle-t-elle encore, était à l’origine du 5e mandat. 

Avant l’arrivée de Louisa Hanoune sur le lieu de la rencontre, Saïd Bouteflika, se sachant sur le départ, avait rencontré d’autres responsables, dont le général Toufik. Elle indique que la rencontre n’a pas duré très longtemps. “En réalité on n’était pas sur la même longueur d’onde, dès le départ.

Si moi je militais pour une Assemblée constituante, Saïd et Toufik cherchaient une personnalité pour assurer une transition de six mois, le temps de préparer de  vraies  élections.  Plusieurs  noms  ont  été  avancés,  avant  qu’ils  ne s’accordent sur celui de Liamine Zeroual”, raconte-t-elle.

Si elle précise que Liamine Zeroual “fait  partie  du  système”, elle admet également que l’ancien président de la République “était respecté des militaires et du peuple”. Il aurait accepté de “jouer un rôle”, mais il se serait rétracté à la dernière minute, révèle encore Louisa Hanoune, qui cite le témoignage du général Toufik devant le tribunal militaire.

“Toufik a affirmé devant les juges militaires, et à l’intérieur du tribunal militaire qu’il avait pris attache avec Zeroual pour lui proposer le rôle d’assumer la transition, et l’ex-président a répondu : ‘Pourquoi pas’”, raconte la femme politique qui poursuit “mais le lendemain, à son arrivée à Alger, Zeroual a changé d’attitude en disant qu’il était malade”. 

“Jusqu’à novembre, il n’y avait pas de 5e mandat”
Interrogée sur ces rencontres  avec  des  dirigeants rejetés par la population, Louisa Hanoune se défend. Elle rappelle qu’étant à la tête d’un parti politique, il était de son devoir de “parler à ceux qui ont la décision”. Elle rappelle qu’elle avait  ainsi  défendu  des  entreprises  publiques  alors  que  les  oligarques voulaient les acheter et avoir pris la défense de travailleurs non payés en prenant contact avec les dirigeants.

Elle dit avoir gardé  contact  avec  Abdelaziz Bouteflika et  son  entourage par “tactique” mais qu’elle n’a “aucune leçon à recevoir” elle qui a fait de la prison en 1983 avant d’être “kidnappée par la sécurité militaire” lors des événements d’Octobre 1988. Dans ses  révélations, Louisa  Hanoune  a remonté le temps. Jusqu’aux mois qui ont précédé la fameuse annonce du 5e mandat. 

Citant Saïd Bouteflika  et  sa  sœur  Z’hor, elle  assure  que  jusqu’au  mois  de “novembre inclus” de 2018, l’option du 5e mandat était exclue. “Jusqu’au mois de novembre 2018, le frère affirmait qu’un nouveau mandat était impossible, estimant que  le  quatrième mandat  a  été  ingérable”, insiste-t-elle. Z’hor Bouteflika confirmait, elle aussi qu’“on a hâte que ce mandat se termine pour qu’il se repose. Il n’y aura pas de 5e mandat”.

La secrétaire générale du PT indique même qu’à cette période, des noms de possibles candidats du système circulaient. Mais “les choses ont changé à la mi-janvier 2019”, estime l’ancienne syndicaliste, une des icônes de la gauche algérienne. Comment ? L’oratrice, qui n’a rien perdu de sa verve, soupçonne que  cela  soit  le  fait  de  “l’intervention  d’autres  acteurs  politiques  et économiques qui vont peser pour maintenir le statu quo et peser pour un autre mandat”.

“J’ai dit au frère  du président qu’il allait faire sortir son frère par le trou de la serrure”, témoigne Mme Hanoune qui fait savoir que Saïd Bouteflika avait justifié ce choix par l’incapacité du pouvoir “à trouver un successeur”. “Non, l’Algérie n’est pas stérile”, aurait-elle répliqué.

Sur sa lancée, Louisa Hanoune confirme ce que beaucoup d’Algériens, et la classe politique en particulier, soupçonnaient : c’est Saïd Bouteflika qui gérait, du moins la présidence de la République, tout au long du 4e mandat. “(…) jusqu’en 2013, il me semblait qu’Abdelaziz Bouteflika avait récupéré le pouvoir. Mais vu son état de santé, je pense que l’équilibre a basculé”, a-t-elle répondu quant à la réalité du pouvoir.

Elle  révèle  même  s’en  être  remise  à  Saïd  Bouteflika  sur  des  dossiers économiques et particuliers lorsque le  Premier  ministre ou les ministres ne répondaient pas. “Je m’adressais à la Présidence et c’est lui qui répondait et réglait les problèmes (…), il disait s’en remettre à son frère, mais, cela, je ne peux le vérifier”, se défend-elle. 

Toujours sous le coup d’une peine de prison  avec  sursis  malgré un appel introduit auprès de la Cour suprême — elle dit vouloir être acquittée parce qu’elle  n’a rien  à  se  reprocher — la  secrétaire  générale  du  Parti  des travailleurs n’a pas l’intention de se taire.

Elle estime que “le système n’a pas changé”. Preuve  en  est  que le pouvoir réprime toujours. “Je ne me sens pas libre”, a-t-elle indiqué tout en rappelant que la prison fait partie des risques pour les militants. Ce régime “est fini. Il faut qu’il parte”, a-t-elle tranché !
 

Ali BOUKHLEF

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER