Tous les moyens en matière de TIC ont été mobilisés pour assurer un bon déroulement de l'élection (Derdouri)Abdelaziz Bouteflika va voter en personne jeudi (direction de campagne) Présidentielle 2014: le président de la CNISEP reçoit la mission d'observateurs britanniques  ''Le secrétaire d'Etat, John Kerry, était en Algérie et nous y avons discuté de diverses questions dont notre coopération sur les questions de lutte contre le terrorisme et le renforcement de nos partenariats stratégiques, et cela se poursuivra certainement''(porte-parole du département d'Etat américain) Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Lundi, 14 Novembre 2011 10:00 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

IL SERA JUGé EN APPEL à ORAN

Mobilisation autour d’un jeune chrétien algérien

Par : D. LOUKIL

La mobilisation en faveur de  S. K., un jeune Algérien de 29 ans résidant à Oran, converti au christianisme et condamné en mai dernier à 5 ans de prison “pour offense au Prophète Mohamed”, prend de l’ampleur, notamment sur les réseaux sociaux, qui se relaient, à la veille de son procès.

C’est de l’inquisition ! Telle est la qualification attribuée par d’aucuns au procès de S. K. dont le tort est de s’être converti au christianisme. Ce procès intervient après une succession ces dernières années de condamnations ciblant d’autres Algériens chrétiens pour prosélytisme ou encore pour ces jeunes condamnés pour n’avoir pas fait Ramadhan, le tout dans un climat marqué par l’intolérance religieuse.
Depuis plusieurs jours la mobilisation en faveur de S. K , un jeune Algérien de 29 ans résidant à Oran, converti au christianisme et condamné en mai dernier à 5 ans de prison “pour offense au Prophète Mohamed”, prend de l’ampleur notamment sur les réseaux sociaux, qui se relaient, à la veille de son procès en appel prévu le 17 novembre à la cour d’Oran. Une page spéciale sur facebook a même été créée et intitulée : “Collectif de soutien au citoyen algérien S. K.”, faisant réagir de simples citoyens ou encore des organismes de défense des libertés comme Amnesty International ou encore celui du représentant de l’Église protestante d’Algérie, Mustapha Karim.
Un appel à se rassembler devant le ministère de la Justice la veille du procès est encore lancé pour dénoncer ce que d’aucuns qualifient de véritable inquisition. Pour rappel, S. K. avait été dénoncé par l’un de ses voisins qui l’accuse de prosélytisme (il lui avait remis un DVD) et d’avoir proféré des insultes à l’encontre du Prophète Mohamed.
C’est sur la base de ces assertions que le jeune homme en question a été condamné le 25 mai 2011 à 5 ans de prison et 200 000 DA d’amende au titre de l'article 144 bis 2 du code pénal.
L’avocat de S. K., que nous avons contacté, déplore que les dispositions de la Constitution et la loi relative à la liberté religieuse et la protection des minorités religieuses n’existent que “sur le papier” et d’expliquer plus concrètement : “Dans l’argumentaire qui a amené la condamnation de mon client, il n’y a aucune preuve matérielle, même la personne qui l’a dénoncé, nous ne l’avons jamais vue, elle ne s’est jamais présentée à l’audience et tout a été basé sur cette dénonciation, y compris les DVD saisis au domicile de S. K., qui n’ont jamais été présentés au tribunal… Quant à l’offense au Prophète, il nie totalement !...” Ce qui provoque l’indignation autour de cette affaire, c’est que, dans la motivation du jugement, le terme de “rida” a été employé, ce qui signifie “apostasie” et pour un enseignant à la faculté de droit et militant des droits de l’Homme, le juge en l’état a agi “par idéologie et non en gardien de la loi”. Et notre interlocuteur à son tour de rappeler que “l’Algérie en ratifiant la Déclaration universelle des droits de l’Homme se doit de respecter l’article 18 relatif à la liberté de conscience, de religion et de pensée”.
D. LOUKIL

 

Ce contenu a été verrouillé. Vous ne pouvez plus poster de commentaire.

DIlem
DILEM DU 16 AVRIL 2014
Galerie Agrandir

Élection Présidentielle

CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Bouira, 15 avril, lLe RCD a eu sa marche
Bouira, 15 avril, lLe RCD a eu sa marche
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos