Scroll To Top

A la une / Actualité

L’association Numidya d’Oran célèbre LE 37e Printemps amazigh

Mouloud Mammeri, Abdellah Hamane et Farid Ferragui à l’honneur

Une nouvelle fois, le Printemps amazigh doit à l’association Numidya d’être célébré à Oran où l’attention des autorités reste braquée sur la campagne électorale et celle des citoyens sur la mercuriale préoccupante des produits de large  consommation à quelques semaines du Ramadhan. Les pouvoirs publics ne s’étant, du reste, jamais réellement souciés de cet événement majeur dans l’histoire post-independance de l’Algérie, encore moins de sa commémoration, Numidya a, cette année, le double mérite de mettre au-devant de la scène le Printemps amazigh et d’offrir aux Oranais l’occasion d’échapper au battage fait autour des législatives en “revisitant” la culture berbère. La commémoration du 37e anniversaire des événements de 1980 commencera aujourd’hui jeudi par des activités culturelles à l’École préparatoire de l’Usto et un programme culturel à la cité universitaire C1. Vendredi matin, des films pour enfants seront projetés au siège de l’association tandis que les adultes amateurs du 4e art sont invités à un spectacle théâtral de la troupe “Action et parole” à la maison de jeunes d’El-Barki. La semaine prochaine, une rencontre littéraire aura lieu au siège de l’association autour du doyen des écrivains amazighs à Oran, Abdellah Hamane, poète à qui l’on doit une riche production littéraire dont la traduction en langue amazighe des célébrissimes quatrains d’Omar Khayyam. Les 12 et 13 mai, Farid Ferragui et Mouloud Mammeri seront mis à l’honneur par Numidya : le premier est attendu pour animer un gala artistique au cinéma Maghreb tandis que la mémoire et l’œuvre du second feront l’objet d’une journée d’études organisée par le HCA dans le cadre du Centenaire de sa naissance.

S. Ould Ali

ARTICLES CONNEXES

  • Tahar Ould Amar, journaliste et écrivain en langue amazighe, à “Liberté”
    “Tamazight a besoin des moyens de l’État”

    Dans cet entretien, Tahar Ould Amar, ancien journaliste et écrivain en langue amazighe, lauréat en 2008 du prix Apulée pour son roman Bururu et auteur de Tafunast I Ittezzgen pétrole(...)

  • Brahim BenTaleb, écrivain
    “Le développement de tamazight passe par la connaissance de l’histoire”

    Le développement de la langue amazighe doit passer par la connaissance de son histoire millénaire et la compréhension de ses origines, a indiqué, hier, mercredi, lors d'une rencontre à Tizi Ouzou, l’écrivain Brahim Bentaleb.

  • 37e anniversaire du Printemps berbère d’avril 80
    Tamazight, le long chemin de la réhabilitation

    En dehors du folklore habituel des célébrations, les actions tendant à concrétiser les aspirations identitaires de pans entiers de la société algérienne demeurent insignifiantes.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER