Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Lundi, 09 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Contre le retour du colonialisme dans le continent

Naissance d’un Front citoyen africain

Par : Hafida Ameyar

Le Collectif algérien de l’initiative du forum citoyen africain (Caifca), en collaboration avec le Comité national algérien de soutien au peuple sahraoui (Cnasps), ont organisé, hier, à l’hôtel El-Aurassi (Alger), une conférence panafricaine du Front citoyen africain pour la démocratie et contre le retour du colonialisme en Afrique. Outre les ambassadeurs, dont celui de la République sahraouie (Rasd), des représentants de plus d’une trentaine de pays africains (Afrique du Sud, Mali, Sénégal, Niger, Nigeria, Tunisie, Burkina Faso…), ont pris part à cette rencontre de deux jours, qui se tient au moment où l’Algérie fête le cinquantenaire de son Indépendance.
Un membre du Caifca a justifié la tenue du forum d’El-Aurassi par le constat fait des intellectuels et hommes politiques africains, quant aux “manœuvres auxquelles s’adonnent les anciennes puissances coloniales pour récupérer des richesses”. Pour le Dr Ayachi, ces puissances ont utilisé différentes “formes de déstabilisation” des États africains pour arriver à leurs fins. Plus grave encore, des groupes d’intérêts internationaux, sous le couvert des puissances occidentales, se livrent carrément au pillage, en semant la mort et la désolation, ajoutera-t-il. “Le temps est venu pour ces élites, qui sont conscientes du danger néocolonialiste, de constituer un front citoyen pour mettre en échec cette prédation des richesses des pays africains”, a encore indiqué le représentant du Caifca.
Au cours de la rencontre, plusieurs intervenants se sont succédé à la tribune. Ils ont fait part de leurs inquiétudes notamment sur la Libye dont “les richesses sont aujourd’hui spoliées”, sur le Mali “menacé dans l’intégrité de son territoire” et sur la question du Sahara Occidental, dont le peuple “attend toujours d’exercer son droit inaliénable à l’autodétermination et à l’indépendance”. Il a aussi été question de l’Algérie et de “l’exemple” qu’elle a représenté dans la lutte contre le colonialisme, mais aussi de l’espoir qu’elle a fait naître chez les peuples d’Afrique et d’ailleurs.
D’aucuns ont témoigné de l’apport de l’Algérie, “terre de combat et de dignité”, aux mouvements de libération nationale et aux peuples en lutte. Ils ont rappelé le rôle joué par l’Algérie “pour l’expulsion du régime raciste de Pretoria de l’Assemblée générale de l’ONU” et dans l’adoption, par la même AG, de la Déclaration 1514 (14 décembre 1960) portant octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux. D’autres, comme l’actuel maire aux Îles Comores, qui avait suivi ses études universitaires dans notre pays, ont exprimé leur “reconnaissance” à l’égard de l’Algérie “qui a contribué à la formation de l’élite africaine”.
“L’Afrique demeure aujourd’hui un enjeu fondamental, dans la rivalité entre les puissances qui convoitent nos richesses”, a souligné, de son côté, le Premier ministre malien, en invitant les dirigeants et les élites à s’interroger sur la nature des systèmes politiques et à refonder “une nouvelle démocratie sur le socle de la justice sociale”. Le haut responsable malien a, par ailleurs, témoigné du soutien de son pays à l’Algérie et au FLN, dans leur combat libérateur, ainsi que de son opposition aux essais nucléaires dans le Sud algérien. “L’Algérie souhaite aujourd’hui une solution malienne forgée par les Maliens. Elle a compris, mieux que d’autres pays, que nul ne peut se substituer à notre peuple”, a-t-il affirmé.


H A

 

Commentaires 

 
#7 NAJMAWAHILAL 10-07-2012 10:21
Citation en provenance du commentaire précédent de Exilé:
la menace ne vient pas d'anciennes puissances coloniales, mais du quatar de l'arabie saoudite...des pays Arabe qui financent le terrorisme et les islamistes radicaux, nous sommes concients du problème et du danger, reste a la mafia qui nous gouvernent de se soumetrent a leurs exigences sous peine de perdrent leurs legitimitée et serons jugés pour leurs crimes.
tahya el djazair et que le peuple soumi CREVE qu'il CREVE.

nuance svp, il y a une différence entre "soumis" et "discipliné"
ne confondez pas les valeurs merci
 
 
#6 NAJMAWAHILAL 10-07-2012 08:54
ni les harkis ni les traitres n'empêcheront les Hommes de l' AFRIQUE à revendiquer leurs droits à vivre libres et indépendants et à profiter de leurs richesses sans être envahis et livrés à la prédation coloniale
J ADHERE ET JE SOUSCRIS A LA CHARTE DE L AFRIQUE LIBRE
VIVE L AFRIQUE LIBRE
 
 
#5 ghodbane3labladi 09-07-2012 22:49
Les nouveaux colons locaux sont plus voraces et plus nuisibles que les anciens colons. Les travailleurs colonisés qui ont rejoint ces derniers ont un niveau de vie plus élevé que celui de ceux qui sont restés et qui travaillent chez les nouveaux colons locaux.
 
 
#4 taxibleu 09-07-2012 19:01
le peuple soutient le terorisme .faut pas cacher le soleil avec le tamis.30 millions d algeriens sont sympatisants de terorisme .
 
 
#3 joujou 09-07-2012 18:14
Le colonialisme dans le continent et en Algérie n'est pas le fait des occidentaux. Pour preuve la France compte 6 millions d'arabes, qui y travaillent, paient leurs impôts, produisent des richesses.... Nous pourrions aisément déclarer que ces 6 millions d'arabes sont des colons. Mais il n'en est rien.
Le danger pour l’Afrique et l’Algérie ce sont les arabes du moyen orient qui financent le terrorisme international, qui financent les mosquées et le fondamentalisme musulman à travers la planète. Les monarchies du golf l’Égypte et autres pays arabes lorgnent sue les 200 milliards de réserves de change algériennes. Le qatar comme ORASCOM, comme djezzy pillent l'Algérie
 
 
#2 Laulo32 09-07-2012 17:05
Citation en provenance du commentaire précédent de Exilé:
la menace ne vient pas d'anciennes puissances coloniales, mais du quatar de l'arabie saoudite...des pays Arabe qui financent le terrorisme et les islamistes radicaux, nous sommes concients du problème et du danger, reste a la mafia qui nous gouvernent de se soumetrent a leurs exigences sous peine de perdrent leurs legitimitée et serons jugés pour leurs crimes.
tahya el djazair et que le peuple soumi CREVE qu'il CREVE.

Vous avez oublié les Chinois et les Américains...
 
 
#1 Exilé 09-07-2012 13:10
la menace ne vient pas d'anciennes puissances coloniales, mais du quatar de l'arabie saoudite...des pays Arabe qui financent le terrorisme et les islamistes radicaux, nous sommes concients du problème et du danger, reste a la mafia qui nous gouvernent de se soumetrent a leurs exigences sous peine de perdrent leurs legitimitée et serons jugés pour leurs crimes.
tahya el djazair et que le peuple soumi CREVE qu'il CREVE.
 
DIlem
DILEM DU 25 OCTOBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos