Égypte: un général tué dans un attentat au Caire (police)Le bilan du naufrage d'un ferry en Corée du Sud s'élève à 150 morts (officiel)Venezuela: nouvelle rencontre entre gouvernement et opposition prévue jeudiLigue 1 de football : Un match à huis clos pour la JS Kabylie, Hannachi fait appelPour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Dimanche, 23 Septembre 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

La commission nationale des œuvres sociales du secteur de l’éducation accuse et menace

“Nous ferons face au blocage délibéré de notre mission !”

Par : Malika Ben

Accusant des “parties occultes” qu’elle finira par nommer : tutelle et UGTA, la Commission nationale des œuvres sociales de l’éducation menace de durcir le ton pour mettre fin aux tergiversations et autres lenteurs visant l’entrave de ses activités.

Les travailleurs de l’éducation nationale ne sont décidément pas près de profiter des sommes faramineuses des œuvres sociales du secteur. Et pour cause ! La bataille autour de ce dossier délicat, qui a constitué le cheval de bataille de nombreux syndicats, n’est toujours pas finie. Après le long combat autour de la gestion des œuvres sociales, les travailleurs devront faire face désormais à un autre combat aussi rude que le premier. Il s’agit de celui de lever toutes les contraintes qui entravent le lancement des activités de la Commission nationale et des commissions de wilaya.
Il faut savoir que, pour l’heure, ces différentes structures “sont bloquées” et n’arrivent toujours pas à lancer officiellement leurs activités. Installés le 20 mai dernier, les membres de la Commission nationale n’ont pas encore commencé à activer officiellement pour diverses raisons, entre autres “entraves délibérées et voulues”. C’est, du moins, la précision de taille que le président de la CN a tenu à dévoiler lors d’un point de presse au siège de la structure “sans eau et sans électricité pour non-paiement de factures”.
Selon Abderrahmane Belmecheri, “des parties occultes bloquent délibérément les activités de la Commission nationale des œuvres sociales pour faire avorter le projet démocratique du président de la République”. Pointés du doigt par d’autres syndicats en raison de la lenteur dans leurs activités, les membres de la commission ont décidé de briser leur silence et “d’apporter des précisions via la presse”.
Au début de sa première rencontre avec la presse, le président de la CN a hésité à nommer clairement les choses et désigner par leur nom les “mains ou parties occultes qui bloquent” les œuvres sociales de l’éducation. Mais il a fini par confirmer si besoin est que c’est “le ministère de l’Éducation et l’UGTA” dont dépend la Fédération nationale des travailleurs de l’éducation nationale qui avait la mainmise des années durant sur les œuvres sociales, qui en sont derrière. “Sinon, comment expliquer le fait qu’avant, quand les membres de la commission étaient désignés, les passations se faisaient en à peine une semaine. C’est ce que nous attendons depuis cinq mois, alors que notre mandat est de trois ans uniquement”, soutient Belmecheri.
Et d’expliquer que les procédures permettant à la CN d’activer n’ont pas été finalisées en raison de la lenteur dans la mise en place de la structure de gestion centrale qui est en fait le vecteur principal de la commission. Les membres de cette structure : ordonnateur et exécuteur doivent être désignés par la tutelle. “C’est cette structure qui débloque l’argent nécessaire au financement de projets ou prestation sur la base de PV de délibération signés par la CN.” Sans cette structure, la commission ne peut rien faire car ne pouvant pas toucher aux fonds.
Pis, les commissions de wilaya sont bloquées à cause d’absence de sièges ou de décisions du wali. “Le blocage est total, même les membres élus n’ont toujours pas eu droit à leur détachement officiel et peuvent être considérés absents au sein de leur établissement.” Haussant le ton, le président de la commission avertit que cette rencontre avec la presse n’est que le premier pas dans le combat qui sera mené pour faire bouger les choses. “Si rien n’est fait par la tutelle qui a été interpellée pour une demande d’audience restée sans réponse à ce jour, nous allons durcir le ton.” Un appel est d’ailleurs lancé aux travailleurs du secteur et aux partenaires sociaux pour la mobilisation et le soutien.

Une commission gouvernementale pour examiner le passif
Le président de la CN se réjouira de n’avoir pas été contraint de “s’occuper du passif”. C’est-à-dire du bilan de gestion du syndicat UGTA qui avait la mainmise sur les œuvres sociales. “C’est une commission du gouvernement qui sera chargée de recenser et de faire l’inventaire de tous les biens et fonds des œuvres. Elle établira un rapport détaillé au bout de six mois.” Mais là, encore, c’est le blocage total ! La commission tarde à voir le jour ! “Nous comptons prendre des décisions par rapport au passif à la réception du rapport de cette commission gouvernementale.”  

Polémique autour du montant des fonds !
Selon Belmecheri, en dépit de la décision du gel des œuvres sociales de l’éducation prise en juin 2010, “certaines commissions ont poursuivi leurs activités et dépensé de l’argent des fonds des œuvres sociales jusqu’au 31 décembre 2010”. Il révélera que le chiffre de 2 000 milliards de centimes avancé n’est pas réel. “Nous ne connaissons pas le montant exact, mais nous savons qu’en 2010, le montant des œuvres était de plus de 661 milliards de centimes, dont 80% ont été dépensés. Et en 2011, il s’élevait à plus de 693 milliards de centimes.”


M B

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 23 AVRIL 2014
Galerie Agrandir

LE SCRUTIN EN IMAGES

CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Vote à Nedroma (Tlemcen)
Vote à Nedroma (Tlemcen)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière

Élection Présidentielle

Voir toute La rubrique

Dernières infos