Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

45e mardi de contestation estudiantine

Oran nargue les baltaguia

Les étudiants d’Oran ont marché malgré la menace des baltaguia. © S. Ould Ali/Liberté

Nullement impressionnés par la violence qu’ils ont subie la semaine dernière, les Oranais ont tenu promesse, ce mardi, en investissant la rue en réponse à ceux qui veulent étouffer le mouvement populaire du 22 février.

Le 45e mardi de contestation  de la  communauté universitaire soutenue par les  citoyens avait valeur de test, encore une fois, pour la solidité et l’abnégation du hirak oranais, trois jours après les agressions physiques et verbales dont ont été victimes les manifestants vendredi dernier. 

Le choc émotionnel étant toujours présent, les appels au meurtre résonnant encore, ceux qui se sont retrouvés mardi dernier sur la place du 1er-Novembre ont eu le courage de braver l’inconnu d’autant plus qu’aucune arrestation dans les rangs des baltaguia n’a été signalée bien que leurs identités soient connues des services de sécurité et que des vidéos circulent sur les réseaux sociaux les montrant à visage découvert, certains poursuivant les manifestants avec différentes armes à la main.

Même si le nombre des présents n’était pas très important comparé à celui des dernières semaines, vacances universitaires et veille du réveillon obligent, les manifestants ont tenu à battre le pavé et reprendre l’itinéraire qu’ils parcourent depuis le 22 février dans une marche pour briser le mur de la peur.

En effet, l’appréhension était au rendez-vous et beaucoup craignaient un remake de vendredi dernier et on pouvait entendre, de surcroît, des remarques désobligeantes reprenant la terminologie nauséabonde des trolls qui sévissent sur la Toile. Deux mots d’ordre ont accompagné ce 45e mardi estudiantin : “Chaâb chaâb, khawa khawa, lidarou fitna, maâ lkhawana” (Tous les Algériens sont frères et les tenants de la sédition sont avec les traîtres) et l’éternel et indémodable “Dawla madania machi aâskaria” (État civil et non militaire). 

D’autres slogans appelant à la libération des détenus d’opinion ont été scandés par la foule. Si vendredi, les manifestants étaient livrés aux bandes de voyous qui se sont attaquées aux femmes et aux enfants, ce mardi, on a remarqué une présence policière visible à la place des Victoires, à la jonction avec Saint-Pierre. 

Dès que la procession des marcheurs a dépassé ce point, un 4X4 et un fourgon de la police se sont mis sur leurs pas. L’appel citoyen et les condamnations de ce qui s’est passé à Oran, dénonçant la passivité des services de sécurité ont eu apparemment un effet bénéfique sur la sécurité des manifestants.
 

Saïd OUSSAD

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER