Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Il s’en sert comme d’une carte pour rester à la tête du FLN

Ould Abbes bat le rappel des mouhafedhs

© Louiza Ammi/Archives Liberté

Le secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbes, réunit ce matin, à Alger, les mouhafedhs et les présidents des commissions transitoires des mouhafadas, selon un communiqué diffusé par le parti sans donner aucune précision sur l’ordre du jour de cette rencontre.
Même en l’absence de communication sur l’ordre du jour, il est clair qu’il s’agira d’évoquer la préparation des prochaines élections locales qui se dérouleront l’automne prochain. Et c’est à ce niveau-là que la machine (électorale) du parti semble grincer, la situation du parti à la base n’étant pas encore assainie. Des responsables locaux sont décriés, contestés ou carrément malmenés par les militants donnant ainsi un prolongement sans limite à la crise qui perdure à la tête du parti.
Il s’agira sans doute, également, de faire le point sur les dossiers de candidature pour les élections locales et dont certains ne sont toujours pas parvenus à la direction du parti. Ould Abbes doit alors entamer une course contre la montre pour ficeler ce dossier et pouvoir, éventuellement, passer avec succès le test des locales pour éviter le scénario des dernières législatives où le parti a marqué un net recul par rapport au scrutin précédent. S’il réussit à relever ce défi, parce que c’en est un, il pourra avoir un argument à faire valoir contre ses détracteurs, notamment les redresseurs qui réclament désormais sa destitution.
L’autre enjeu est d’arriver à avoir le soutien de la majorité des mouhafedhs après celui d’une grande partie des membres du comité central pour faire face à ses adversaires qui manœuvrent pour son remplacement à la tête du FLN, pour éviter, dans l’immédiat, selon eux, une autre débâcle électorale.
Cependant, pour prouver dans ce challenge que ses choix étaient judicieux, le patron du FLN n’innove pas. Il reprend la méthode déjà éprouvée par son prédécesseur, Amar Saâdani, qui consiste à s’assurer d’un large soutien de la base, à commencer par les mouhafedhs au poids incontestable pour contrecarrer l’activisme des redresseurs. À charge, aussi, pour les responsables locaux, qui pilotent directement l’opération électorale, le choix des candidats.
Mais là aussi, certaines commissions chargées des dossiers de candidature ne sont même pas encore installées. Un point qui sera aussi abordé lors de la rencontre d’aujourd’hui et qui doit surtout être réglé rapidement, d’autant plus que les redresseurs ne veulent même pas qu’Ould Abbes reste et que soit préparé sous sa coupe le scrutin local de l’automne.
Ould Abbes tient toutefois à rester en place jusqu’à ce que l’objectif de sa mission soit atteint : remettre de l’ordre dans la maison FLN. Une position qui va sans doute faire durer davantage la crise avec le risque de déteindre sur les résultats du parti aux prochaines élections locales. Une perspective que les protagonistes disent vouloir éviter mais sans réagir dans le sens de l’éviter.


Djilali B.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Brahim Brakmi le 12/08/2017 à 15h10

Je le dis une fois pour toute à tout le monde (lecteurs,citoyens, journalistes etc), ce n'est pas la peine de nous faire croire que le FLN est en difficulté, que Ould Abbès est contesté (ou non), que Ould Abbés a des difficultés(ou pas) avec les redresseurs, et tatati et tatata, car au final, avec ou sans Dieu (pardon pour le juron qui peut écorcher des oreilles) mais le FLN sera vainqueur à la prochaine élection communales, sans aucun problème! Que les choses soient définitivement claires !

Commentaires
1 réactions