Séisme-Alger: 6 morts et 420 personnes légèrement blessées (ministère) Deux secousses telluriques ont frappé Alger ce vendredi. La première, à 5h11, d'une magnitude de 5,6 sur l'échelle de Richter. La seconde, à 5h26, était d'une intensité de 4,6.600 lance-flammes, 45 bombes lacrymogènes, 40 tasers, 17 fumigènes et 03 barres de fer, ont été saisis suite à l’interception, dimanche,de deux véhicules par la police judiciaire de Rouiba (DGSN)Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Samedi, 07 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

L’ONU rejette l’option militaire

Pourquoi l’Algérie n’interviendra pas au Mali

Par : Djilali BENYOUB

Pour la troisième fois, le Conseil de sécurité accorde la priorité à l’option politique qui prône le dialogue  et le retour à l’ordre constitutionnel tout en garantissant l’intégrité territoriale du Mali.

La position de l’Algérie se trouve ainsi confortée, elle qui a toujours plaidé pour une solution politique et appelé à un dialogue entre toutes les parties maliennes excluant cependant l’atteinte à l’intégrité et à la souveraineté du Mali. Tout comme elle refuse toute intervention militaire.
Tout comme elle fait une nette distinction entre les parties maliennes impliquées dans la déstabilisation du Nord et les groupes terroristes qui profitent de cette situation pour se renforcer et mener leurs activités criminelles.
L’ONU a appelé encore une fois à l’élaboration d’une stratégie intégrée tout en rappelant son rejet de l’indépendance déclarée par les rebelles de l’Azawad mais surtout que la menace vient d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).  
La Cédéao qui a, au départ, opté pour une intervention militaire semble revenir à la solution politique. Malgré l’annonce de sa disposition à l’envoi d’une force de 3 000 hommes, ses objectifs restent vagues. Bamako voudrait stabiliser le Sud en proie à un désordre depuis le coup d’État du 22 mars suivi malheureusement par l’agression du président par intérim, Dioncounda Traoré, alors que la junte avait signé un accord pour le retour à l’ordre constitutionnel au mois d’avril. Dans les faits, la situation est encore instable, la junte refusant tout de même de se soumettre entièrement aux accords.
Le SG de l’ONU a appelé les pays de la région et la communauté internationale, après l’agression du président par intérim, à assurer la sécurité des personnalités, président et membres du gouvernement ainsi que les institutions et les points stratégiques et sensibles du pays. Consciente de la nécessité et de l’urgence de protéger les institutions de transition et en réponse à l’appel de l’ONU aux pays amis du Mali, l’Algérie a décidé de répondre en apportant son soutien pour le renforcement de la stabilité au Mali. Cette réponse exclut, cependant, l’intervention ou la présence physique de militaires ou d’experts algériens à Bamako. Ce soutien, a-t-on appris de sources sûres, sera sous forme de formation du personnel appelé à assurer la sécurité des personnalités et des sites sensibles, d’assistance et de conseil pour assurer cette mission. En aucun cas, l’Algérie, qui rejette dans le principe toute intervention militaire ou atteinte à la souveraineté du Mali, s’impliquera dans cette crise comme le souhaitent des capitales occidentales et africaines.
Par ailleurs, le soutien qu’apporte l’Algérie aux autorités de transition est en conformité à la fois avec la législation algérienne en matière de sécurité des infrastructures, sites et points sensibles ainsi qu’aux accords bilatéraux signés avec le Mali concernant la sécurité, l’entraide et l’assistance en la matière.
La stabilisation du Sud peut ouvrir la voie à la solution dans le Nord. L’Algérie a appelé les parties en conflit, le MNLA et Ançar Eddine à privilégier la voie de la négociation et à ouvrir le dialogue avec Bamako.
La même option à laquelle est revenue la Cédéao avec la désignation du président burkinabé, Blaise Compaoré comme médiateur.
Le Conseil de sécurité de l’ONU appuie cette initiative et insiste sur la mutualisation des efforts des pays amis du Mali, des pays de la région, de la Cédéao ainsi que l’Union africaine en adoptant une stratégie globale pour le Mali incluant le développement et la lutte contre Aqmi qui représente, selon le Conseil de sécurité de l’ONU, une menace pour la paix internationale.


D B.

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 31 JUILLET 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos