Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Samedi, 07 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

L’ONU rejette l’option militaire

Pourquoi l’Algérie n’interviendra pas au Mali

Par : Djilali BENYOUB

Pour la troisième fois, le Conseil de sécurité accorde la priorité à l’option politique qui prône le dialogue  et le retour à l’ordre constitutionnel tout en garantissant l’intégrité territoriale du Mali.

La position de l’Algérie se trouve ainsi confortée, elle qui a toujours plaidé pour une solution politique et appelé à un dialogue entre toutes les parties maliennes excluant cependant l’atteinte à l’intégrité et à la souveraineté du Mali. Tout comme elle refuse toute intervention militaire.
Tout comme elle fait une nette distinction entre les parties maliennes impliquées dans la déstabilisation du Nord et les groupes terroristes qui profitent de cette situation pour se renforcer et mener leurs activités criminelles.
L’ONU a appelé encore une fois à l’élaboration d’une stratégie intégrée tout en rappelant son rejet de l’indépendance déclarée par les rebelles de l’Azawad mais surtout que la menace vient d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).  
La Cédéao qui a, au départ, opté pour une intervention militaire semble revenir à la solution politique. Malgré l’annonce de sa disposition à l’envoi d’une force de 3 000 hommes, ses objectifs restent vagues. Bamako voudrait stabiliser le Sud en proie à un désordre depuis le coup d’État du 22 mars suivi malheureusement par l’agression du président par intérim, Dioncounda Traoré, alors que la junte avait signé un accord pour le retour à l’ordre constitutionnel au mois d’avril. Dans les faits, la situation est encore instable, la junte refusant tout de même de se soumettre entièrement aux accords.
Le SG de l’ONU a appelé les pays de la région et la communauté internationale, après l’agression du président par intérim, à assurer la sécurité des personnalités, président et membres du gouvernement ainsi que les institutions et les points stratégiques et sensibles du pays. Consciente de la nécessité et de l’urgence de protéger les institutions de transition et en réponse à l’appel de l’ONU aux pays amis du Mali, l’Algérie a décidé de répondre en apportant son soutien pour le renforcement de la stabilité au Mali. Cette réponse exclut, cependant, l’intervention ou la présence physique de militaires ou d’experts algériens à Bamako. Ce soutien, a-t-on appris de sources sûres, sera sous forme de formation du personnel appelé à assurer la sécurité des personnalités et des sites sensibles, d’assistance et de conseil pour assurer cette mission. En aucun cas, l’Algérie, qui rejette dans le principe toute intervention militaire ou atteinte à la souveraineté du Mali, s’impliquera dans cette crise comme le souhaitent des capitales occidentales et africaines.
Par ailleurs, le soutien qu’apporte l’Algérie aux autorités de transition est en conformité à la fois avec la législation algérienne en matière de sécurité des infrastructures, sites et points sensibles ainsi qu’aux accords bilatéraux signés avec le Mali concernant la sécurité, l’entraide et l’assistance en la matière.
La stabilisation du Sud peut ouvrir la voie à la solution dans le Nord. L’Algérie a appelé les parties en conflit, le MNLA et Ançar Eddine à privilégier la voie de la négociation et à ouvrir le dialogue avec Bamako.
La même option à laquelle est revenue la Cédéao avec la désignation du président burkinabé, Blaise Compaoré comme médiateur.
Le Conseil de sécurité de l’ONU appuie cette initiative et insiste sur la mutualisation des efforts des pays amis du Mali, des pays de la région, de la Cédéao ainsi que l’Union africaine en adoptant une stratégie globale pour le Mali incluant le développement et la lutte contre Aqmi qui représente, selon le Conseil de sécurité de l’ONU, une menace pour la paix internationale.


D B.

 

Commentaires 

 
#6 piednickele 08-07-2012 08:50
Citation en provenance du commentaire précédent de NAJMAWAHILAL:
bravo à la politique extérieure cohérente de l'Algérie
fiers et heureux de notre pays toujours fidèle à ses convictions

quelle politique exterieur ? on s'est trompé sur la lybie , l'irak,la tunisie,la syrie et maintenant le Sahel...
elle est loin l'algerie capital des revolution en afrique
 
 
#5 salaheddineelayoubi 07-07-2012 21:22
Cerains journalistes trés zélés ont critiqué la position de l'Algérie concernant La Lybie , la même manière concerne le problème malien . Certains croient que la solution militaire est la plus adéquate dans ce genre de problème . Il n'en est rien .La solution militaire n 'est qu' une infime partie de la solution .Voyons ce qui se passe en Lybie actuellement , Le Yemen , La Syrie et j' en passe , sans oublier les guerres oubliées. la solution politique prendra du temps certes , mais ce sera la meilleure pour ne pas dire la mauvaise solution , car il doit y avoir des concessions de part et d'autres des bélligérents. Celà fera mal mais la paix se trouvera au bout du compte.
 
 
#4 taxibleu 07-07-2012 16:53
pourquoi c est a l algerie d intervenir pas d autres pays?
 
 
#3 mecipsa 07-07-2012 16:30
Vous avez une drôle de vision de la chose politique, soyons pas idiot, nous savons que la manipulation et mensonges sont partout, alors soyons modeste et exprimer seulement notre vision de la politique.
 
 
#2 kad 07-07-2012 13:19
Pourquoi les pays de la régions y compris le notre ne prennent pas leur courage à deux mains et intentent un procès au près du CPI contre BHL N. Sarkozy pour déstabilisation d'une région, dissémination d'armes de guerre et collusion avec les tenants de redistribution du nouveau monde arabe.
 
 
#1 NAJMAWAHILAL 07-07-2012 12:47
bravo à la politique extérieure cohérente de l'Algérie
fiers et heureux de notre pays toujours fidèle à ses convictions
 
DIlem
DILEM DU 25 OCTOBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos