Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Complexe sidérurgique d’El-Hadjar

Reprise de la production

Comme annoncé, juste après la mise à feu du haut-fourneau n°2 il y a une dizaine de jours, le complexe sidérurgique d’El-Hadjar doit entrer en production ce matin au premier shift, affirme le secrétaire général du syndicat d’entreprise, Noureddine Amouri.
Ainsi donc, après un arrêt des installations provoqué par une pénurie en eau qui avait impacté négativement la production, à la mi-septembre, les responsables de la wilaya d’Annaba ainsi que la direction du site sidérurgique ont été amenés à prendre des mesures urgentes pour pallier la situation. “Cette mise à feu a été réalisée avec succès, toutes les conditions d’une exploitation sécurisée ont été réunies et des mesures d’accompagnement ont été prises pour que cette remise en service soit menée avec efficacité”, se félicite ce responsable syndical.
Et d’ajouter : “Il nous a fallu 10 jours pour que le haut-fourneau atteigne la température voulue ce qui nous a permis de le conditionner pour enfin entrer en production. La crise de l’eau est dépassée pour le complexe puisque nous avons constitué des provisions au niveau des réserves du site et cette disponibilité nous met dans de bonnes conditions techniques.”
Une bouffée d’oxygène pour le complexe et ses quelque 5 200 ouvriers mais aussi pour l’économie de la région dont l’usine d’El-Hadjar est la principale richesse.
Pour rappel, l’ADE est tenue d’alimenter continuellement le complexe sidérurgique en eau brute, qui est ensuite traitée pour les besoins des installations. Pour ce faire, des canalisations sur 22 km à partir du barrage de Mexa en plus des forages et des captages ont été posées à partir de l’oued Seybouse.
Les réservoirs d’une capacité de 10 000 m3 sont à présent remplis à ras bord alors que le château d’eau du complexe d’une capacité de 310 000 m3, qui assure le refroidissement des zones de production telles que les aciéries et la centrale à oxygène est entièrement plein. De quoi rassurer les responsables du site sidérurgique, mais pour combien de temps ? s’interrogent certains observateurs inquiets de la sécheresse, qui prévaut encore dans la région d’Annaba.

A. Allia


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER