Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Mardi, 26 Mars 2013 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Le syndicat national des travailleurs de Sonelgaz réclame son récépissé de création

Retour à la protestation devant le ministère du Travail

Par : Malika Ben

Attendant depuis des mois son récépissé de création, le Syndicat national autonome des travailleurs de Sonelgaz (Snatgs), affilié au Snapap-Malaoui, revient à la charge. Loin d’être échaudé par la forte répression du dernier rassemblement de plusieurs autres syndicats confrontés au même problème, le Snatgs annonce son retour à la protestation. “Les adhérents au Snatgs ont décidé de tenir deux rassemblements de protestation devant le ministère du Travail les 3 et 4 avril prochain pour réclamer leur droit légitime”, note le communiqué envoyé hier par ce syndicat et signé par son président Abdallah Boukhalfa. Et de faire savoir que “les manifestants se dégagent de toute responsabilité sécuritaire et civile”.
À rappeler que le dernier sit-in des syndicats en quête de leur reconnaissance officielle a été avorté en raison de la mise en place d’un important dispositif sécuritaire.
Pas de syndicat Snapap à l’Institut de formation du froid !
Par ailleurs, les travailleurs de l’Institut de formation professionnelle du froid de Bir-Mourad-Raïs agitent la menace de grève pour dénoncer le refus de l’administration de reconnaître la section syndicale nouvellement créée sous la houlette du Snapap-Felfoul. Selon le chargé de communication de ce syndicat, “le directeur de l’institut ne veut pas que le Snapap parraine la section syndicale de l’institut et lui préfère l’UGTA, ce que la majorité des travailleurs refuse”. Un refus qu’ils n’ont pas manqué de manifester par une première action de protestation au sein même de l’institut en menaçant d’aller vers un débrayage. De son côté, le directeur se dit ouvert au dialogue avec toute section syndicale, mais dans le respect des procédures légales.


M. B.

 
DIlem
DILEM DU 30 SEPTEMBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos