Égypte: un général tué dans un attentat au Caire (police)Le bilan du naufrage d'un ferry en Corée du Sud s'élève à 150 morts (officiel)Venezuela: nouvelle rencontre entre gouvernement et opposition prévue jeudiLigue 1 de football : Un match à huis clos pour la JS Kabylie, Hannachi fait appelPour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Samedi, 21 Juillet 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Dr Mouleye Djifeye, directeur de l’hôpital de Gao, à “Liberté”

“SVP, pas d’armes à l’hôpital !”

Par : Farid Abdeladim

Liberté : En tant que premier responsable de la structure de santé la plus importante de Gao, comment arrivez-vous à gérer la situation de crise ?
Dr Djifeye : Après la fermeture de toutes les structures de la région, au début de la crise, le 31 mars 2012, nous avons aussitôt provoqué une réunion qui avait rassemblé tous les professionnels de la santé. Et compte tenu de l’insécurité, nous avons décidé à cette occasion de rester à l’hôpital central de Gao et renforcer nos effectifs par les personnels du reste des structures de la région. Après quatre jours passés à déblayer la structure, car ayant été complètement saccagée suite à son attaque par un groupe armé au tout début de la crise, nous avons décidé de mettre en œuvre un sous-projet de collaboration avec la société civile. Nous avons construit notre idée autour d’un seul vocable : aide humanitaire à Gao. La fermeture des structures a coûté la vie à deux femmes qui allaient accoucher. C’est bien dommage  !

Les capacités de votre hôpital suffisent-elles depuis, pour répondre à la demande de la population ?

En termes d’effectif, nous avons un nombre de 110 personnes, personnels médical et paramédical compris. Nous avons un seul médecin spécialiste, un traumatologue, mais grâce à la présence de quelque 13 médecins formés à l’hôpital et qui ont une bonne expérience, nous arrivons tout de même à prendre en charge d’autres spécialités. Notre grand problème se pose notamment en termes d’équipements, sachant que le matériel de l’hôpital a été pillé au début de la crise. Toutefois, et grâce à l’implication de la société civile nous avons pu récupérer une bonne partie de ce matériel. Reste que l’autre sérieux problème est lié à la difficulté d’approvisionner notre structure en médicaments et autres besoins. La présence des groupes armés nous dérange. Notre grand souhait est de travailler sans la présence des armes. “SVP, pas d’armes à l’hôpital !” Notre profession est d’abord humanitaire.

Avez-vous déjà eu à soigner des éléments des groupes armés ?

Évidemment qu’on a eu à recevoir des dizaines de blessés parmi ces gens. La ville de Gao a vécu notamment deux évènements majeurs, à savoir les affrontements entre les groupes armés du MNLA et ceux d’Ançar Eddine et du Mujao. Durant ces deux évènements, l’un en mai dernier et l’autre le 27 juin, nous reçûmes respectivement 12 et 30 blessés, dont deux graves, entre civils et éléments armés. Parmi ces derniers, nous avons compté 8 morts.

Qu’en est-il de la maladie du choléra qui réapparaît en ces moments de crise ?

Effectivement, le choléra nous inquiète plus que jamais. Au moins 50 cas ont été déclarés le 30 juin, dans la commune rurale de Warabia. Parmi les personnes hospitalisées chez nous, deux sont décédées. Cette semaine, on a encore signalé quatre cas, et l’on parle de la mort de trois d’entre eux. Néanmoins, ces cas restent encore non confirmés. Pour faire face à cette situation, nous avons entamé de faire le bilan sur cette maladie afin de procéder le plus possible à la décontamination des eaux affectées.


F. A.

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 23 AVRIL 2014
Galerie Agrandir

LE SCRUTIN EN IMAGES

CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Vote à Nedroma (Tlemcen)
Vote à Nedroma (Tlemcen)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière

Élection Présidentielle

Voir toute La rubrique

Dernières infos