Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Complices d’un réseau de passeurs récemment démantelé

Trois policiers arrêtés et écroués à Tamanrasset

© Liberté

Les concernés opéraient en collaboration avec d’autres personnes chargées  d’acheminer  les  migrants  clandestins  vers  la  ville  de Tamanrasset en contournant les itinéraires contrôlés.

Un réseau de passeurs de migrants clandestins impliquant trois agents de police a été récemment démantelé à Tamanrasset. De sources bien informées, on a appris que les mis en cause ont été auditionnés par une commission de la Dgsn qui a été saisie pour examiner de plus près le cas des policiers à la dérive. 

Ces derniers, indique la même source, opéraient en collaboration avec un transporteur clandestin, instituteur de profession, et un taxieur, tous les deux chargés d’acheminer les migrants clandestins vers la ville de Tamanrasset en contournant les itinéraires contrôlés.

Ils prennent donc le relais des passeurs qui transportaient les migrants ayant réussi à franchir les frontières pour remonter jusqu’au village d’Amsel, sis à 30 km du chef-lieu de wilaya de Tamanrasset, où ils devaient être récupérés pour atteindre leur destination finale. La première mission des transporteurs arrêtés était d’éviter le barrage de la Gendarmerie nationale dressé à l’entrée de cette localité.

Cependant, cette  course  négociée  préalablement   à des prix élevés, voire exagérés, ne  marque pas  la  fin  du  calvaire des migrants  car, une  fois le barrage dépassé, ils  subissent  le  pire  des  scénarios : une  mise en scène d’une descente policière fomentée de toutes pièces pour les délester de leurs biens et objets de valeur avant de les renvoyer vers leur pays d’origine. 

Les  plus  récalcitrants  seraient  même  passés  à tabac, comme c’était le cas d’un jeune migrant qui aura miraculeusement réussi à échapper aux supplices infligés par les auteurs du faux barrage. 

Une  fois  arrivé  au chef-lieu  de  la  wilaya,  le  Subsaharien  rescapé  s’est directement rendu au commissariat de police pour déposer une plainte.

À la grande surprise des limiers  engagés dans le  cadre  de  cette affaire, on découvre que  les  plans  des “agressions” et  des “escroqueries” dénoncées étaient  minutieusement  échafaudées  de connivence  avec trois policiers en civil, dont deux d’entre eux  figuraient sur  la liste  des prochaines  mutations après avoir accompli  la  période requise  de  service  dans  cette  wilaya du Grand-Sud. 

Arrêtés en premier, les deux transporteurs auraient balancé leurs complices et révélé  des  informations  utiles aux  enquêteurs  qui  semblent  être  plus que déterminés à faire aboutir  leurs  investigations  à  même  de  démasquer  les éléments  de  la  pègre  et  de  remonter  jusqu’au  cerveau  de  ce  réseau de passeurs.

Pour de plus amples informations, nous avons contacté le chef de la sûreté de wilaya  de Tamanrasset, Terki Khaldoune, qui dit n’avoir “aucune information” en mesure d’infirmer ou de confirmer cette affaire. 
 

RABAH KARECHE


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER