Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Actualité Mardi, 26 Juin 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Fonds national d’investissement (Fni)

Un employé dénonce

Par : Badreddine KHRIS

Les faits remontent à septembre dernier quand la direction générale du Fni refusait l’accès au siège à cet employé. Motif avancé est le refus par H. H. des sanctions prises à son encontre par la DG. Il s’agit de la décision n°178/2011 du 28 juin 2011 qui contient deux sanctions. La première, de second degré, est une mise à pied de 8 jours. “Cette mesure est en contradiction flagrante avec l’article 28 du règlement intérieur (RI). Le DG a paraphé la décision de sanction en l’absence de mon rapport. Car je n’ai pas été sollicité pour présenter ma version personnelle”, explique ce cadre.
Or, l’article 28 du RI stipule que “la sanction du 1er et 2e degrés est prononcée sans consultation de la commission de discipline sur décision motivée de la hiérarchie habilitée et sur rapport écrit des deux parties après une éventuelle audition”. La deuxième sanction a trait à son éviction de la direction du crédit et des relations extérieures (DCRE) et sa mise à la disposition du personnel. “Aucun article du RI ne prévoit cette disposition notamment l’article 20”, avoue cet employé. L’autre décision, n°249/2011 du 14 août 2011, prise par la DG, consiste en l’affectation de H. H. vers la direction juridique (Dejc) par mesure disciplinaire, portée d’ailleurs, indique-t-il, sur la décision en question. “Je l’ai refusée car la décision disciplinaire n°178/2011 est infondée et tout ce qui en découle l’est aussi”, affirme-t-il en décidant de ne rejoindre aucune autre direction. “Au regard du RI, mon refus ne m’expose à aucune sanction. En revanche, si la décision d’affectation était motivée par une nécessité de service, mon refus m’aurait coûté une présentation devant le conseil de discipline tel que le signifie l’article 25 alinéa 19”, précise H. H. devant cette situation, la DG a chargé un huissier de justice pour lui remettre deux mises en demeure alors que, affirme-t-il, “j’étais dans l’enceinte de l’institution à attendre une révision des décisions”.
Ce qui a suscité le courroux de ce cadre est le fait que “la direction du personnel change la raison de mon affectation portée sur la décision 249/2011, signée par le DG qui était d’ordre disciplinaire en une nécessité de service dans le but de me mettre en faute et appliquer à mon encontre l’article 25, alinéa 19. Celui-ci, stipule que le refus d’une affectation pour nécessité de service est une  faute du 3e degré”, déplore-t-il. Outre les réponses aux deux mises en demeure, H. H. estime que l’abandon de poste dont il a été accusé n’est pas fondé d’autant plus qu’il était présent quotidiennement au siège.
Ce n’est pas l’avis de la direction du personnel qui estime que la présence d’un employé doit être dans son bureau et non pas à la réception. Contactée, la directrice du personnel avoue qu’il ne s’agit pas d’un licenciement abusif mais d’une faute grave à savoir abandon de poste. Elle ajoute que les différentes sanctions ont été décidées par le directeur général. “L’employé en question n’a pas rejoint son bureau en dépit des deux mises en demeure que nous lui avons envoyées”, précise-t-elle. “Si nous l’avions lésé, la justice ne l’aurait pas débouté”, argue ce responsable.


B. K.

 

Commentaires 

 
#5 VICTIME 29-01-2014 11:14
Je soutien H.H, ont souffre avec ce nouveau directeur général Haddad, c'est un malade hagare et courant de jupon, il a profité de l'argent du FNI lui et sa famille, SOS au secours Monsieur le Président BOUTEFLIKA, sauvent nous, nous les travailleurs
 
 
#4 moi-même 11-10-2012 18:41
Citation en provenance du commentaire précédent de NAVIRE:
CONCERNANT L'AFFAIRE DE M.HAMEL HOCINE ,deux questions restent posées:

1- pourquoi les syndicalistes ne sont pas intervenus ?
2- pourquoi le jour ou le responsable de la sécurité sur ordre de Mme la directrice du personnel a convoqué les agents de sécurité de la sonatrach pour cHasser M.HAMEL , aucun travailleur n'a réagi?


QUANT A LA POSITION DE SA HIERARCHIE , SON CHEF DE SERVICE ET SON CHEF DE DEPARTEMENT ,ELLE EST DECEVANTE -PERSONNE N' A VOULU SE METTRE LE DG SUR LE DOS



non ,le chef de service et de département ont fait preuve de courage ,
 
 
#3 moi-même 11-10-2012 18:38
le deuxième paragraphe de navire est faux , bien au contraire je salue le courage du chef de service et du chef de département
 
 
#2 NAVIRE 05-07-2012 18:45
CONCERNANT L'AFFAIRE DE M.HAMEL HOCINE ,deux questions restent posées:

1- pourquoi les syndicalistes ne sont pas intervenus ?
2- pourquoi le jour ou le responsable de la sécurité sur ordre de Mme la directrice du personnel a convoqué les agents de sécurité de la sonatrach pour cHasser M.HAMEL , aucun travailleur n'a réagi?


QUANT A LA POSITION DE SA HIERARCHIE , SON CHEF DE SERVICE ET SON CHEF DE DEPARTEMENT ,ELLE EST DECEVANTE -PERSONNE N' A VOULU SE METTRE LE DG SUR LE DOS
 
 
#1 et pourtant 03-07-2012 15:48
le directeur général ne t'a jamais pardonné ton soutien a tes collegues d'oran en greve !
 
DIlem
DILEM DU 20 OCTOBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos