Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

“Ksar Echaâb” (Palais du peuple) à Bordj Bou-Arréridj

Un symbole du mouvement populaire fermé pour travaux


à la veille du 14e vendredi, le palais du peuple “Ksar Echaâb” à Bordj Bou-Arréridj a été fermé aux manifestants par l'installation de barricades de chantier et l’entame de travaux de construction à l’intérieur du bâtiment. En effet, les services de l’urbanisme ont imposé cette fermeture afin de ne laisser aucun accès à cette bâtisse emblématique des manifestations du mouvement populaire, depuis le 22 février dernier.

La mesure en question intervient après l'expertise des services du Contrôle technique des constructions (CTC), selon laquelle la structure présenterait des risques pour les manifestants en raison de déformations, conséquence de corrosion et de défaut de construction. Mais cette explication des responsables locaux n’a pas réussi à convaincre les manifestants, qui se demandent comment cette bâtisse, qui a supporté plusieurs vendredis le poids des milliers de manifestants, est devenue soudainement pas sûre. “D’ici à vendredi, nous allons trouver une solution”, dira un jeune manifestant.
Pour rappel, depuis le 22 février, en plus des gigantesques marches pour le changement du pouvoir, les différentes formes d’expression utilisées par les habitants pour évoquer leur quête d’une nouvelle république ne manquent pas d’attrait. Les manifestants ont adopté un immeuble en construction, qu’ils appellent fièrement palais du peuple, comme “siège des revendications”, situé au carrefour d’El-Djebaas, au centre-ville de Bordj Bou-Arréridj, est devenu le fief des rencontres et le point de départ des manifestations.

Il s’agit d’une bâtisse en construction de plusieurs étages, drapée dans l’emblème national, de banderoles et de gigantesques tifos dont le contenu reflète pertinemment une maturité politique, les orientations futures et les attentes des contestataires. Sa réputation ayant fait le tour d'Algérie et du monde, beaucoup de manifestants veulent passer une journée de hirak dans ce qui est devenu comme son épicentre. “Pour cette raison, les responsables veulent fermer ‘Ksar Echaâb’ et museler les manifestants. Mais notre détermination est plus grande et plus solide que ces murs en béton”, dira un manifestant.
 

Chabane BOUARISSA



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER